Confiez la rédaction de vos contenus médicaux à nos rédacteurs

Profitez de l'expertise de notre équipe et du savoir-faire de nos rédacteurs professionnels spécialisés pour faire rédiger vos contenus médicaux, rapidement et sans effort.

Un service sur mesure pour

Des contenus médicaux de qualité

Une icône représentant deux bulles de discution

Choix parmi 978 rédacteurs spécialisés

Une icône représentant un bouclier miroitant avec en son centre une coche

Qualité garantie et retours gratuits

Une icône représentant un rouage devant un dossier bleu rempli de document

Commandes récurrentes et gros volumes

Une icône représentant trois pièces d'or devant une projection d'un graphique dont la tendance est à la baisse

Tarifs dégressifs avantageux

Commande #24614

Réécriture de texte pour blog psychologie Amour - Un texte

Consignes générales du client :

Réécrire le texte ci-dessous sans qu'il en soit un duplicata. Merci
-------

Je t’aime moi non plus : une passion destructrice et non pas de l’amour ?

Ce genre de relation tient plus de la passion amoureuse que de l’amour vrai. Oui il y a de l’amour mais la passion prédomine et détruit tout le reste. Elle est comme une longue plainte intérieure, une souffrance contenue.
L’objet de cette passion, la personne aimée, devient alors également objet de souffrance. « Je te hais parce que je t’aime ». Et ce paradoxe ronge car on passe tour à tour de l’amour à la haine et inversement.
Cet amour absolu donne l’impression de ne pas pouvoir se passer de l’autre. D’être incapable de sortir de cette spirale infernale. A force de vivre ainsi, dans un amour destructeur, on s’en nourrit. Cela devient plus qu’une envie, plus qu’un sentiment amoureux c’est un besoin, une addiction.

On est en plein dans ce paradoxe que constitue cette frontière si fine entre l’amour et la haine. Aimer devient une souffrance et l’être aimé devient l’objet et la raison de notre mal.

Aimer dans une relation basée sur le « je t’aime moi non plus » est une source d’angoisse permanente. L’amour est trop destructeur, trop fragile et trop déséquilibré pour apaiser le cœur et tranquilliser l’esprit. Il s’agit plus d’un jeu que d’amour.

Texte #1
240 mots
Terminé

Réécrire le texte ci-dessous sans qu'il en soit un duplicata, merci.
-------

Je t’aime moi non plus : une passion destructrice et non pas de l’amour ?

Ce genre de relation tient plus de la passion amoureuse que de l’amour vrai. Oui il y a de l’amour mais la passion prédomine et détruit tout le reste. Elle est comme une longue plainte intérieure, une souffrance contenue.
L’objet de cette passion, la personne aimée, devient alors également objet de souffrance. « Je te hais parce que je t’aime ». Et ce paradoxe ronge car on passe tour à tour de l’amour à la haine et inversement.
Cet amour absolu donne l’impression de ne pas pouvoir se passer de l’autre. D’être incapable de sortir de cette spirale infernale. A force de vivre ainsi, dans un amour destructeur, on s’en nourrit. Cela devient plus qu’une envie, plus qu’un sentiment amoureux c’est un besoin, une addiction.

On est en plein dans ce paradoxe que constitue cette frontière si fine entre l’amour et la haine. Aimer devient une souffrance et l’être aimé devient l’objet et la raison de notre mal.

Aimer dans une relation basée sur le « je t’aime moi non plus » est une source d’angoisse permanente. L’amour est trop destructeur, trop fragile et trop déséquilibré pour apaiser le cœur et tranquilliser l’esprit. Il s’agit plus d’un jeu que d’amour.

CR15-3148 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client