Confiez la rédaction de vos contenus spécialisés dans le BTP à nos rédacteurs

Profitez de l'expertise de notre équipe et du savoir-faire de nos rédacteurs professionnels spécialisés pour faire rédiger vos contenus spécialisés dans le BTP, rapidement et sans effort.

Un service sur mesure pour

Des contenus spécialisés dans le BTP de qualité

Une icône représentant deux bulles de discution

Choix parmi 978 rédacteurs spécialisés

Une icône représentant un bouclier miroitant avec en son centre une coche

Qualité garantie et retours gratuits

Une icône représentant un rouage devant un dossier bleu rempli de document

Commandes récurrentes et gros volumes

Une icône représentant trois pièces d'or devant une projection d'un graphique dont la tendance est à la baisse

Tarifs dégressifs avantageux

Commande #32125

Rewriting - 3 textes

Consignes générales du client :

Les textes doivent être 100% originaux concrets, agréables à lire, neutres avec les mots clés pour la recherches facile sur internet.

Texte #1
3000 mots
Terminé

Texte à reécrire ( rewriting)
Texte pour mise à jour de notre site *** URL MASQUÉE ***
DOIT ETRE 100% ORIGINAL! A VERIFIER!!!
Mots-clés: ballon thermodynamique, installer ballon thermodynamique, choisir ballon thermodynamique, société Clim Pour Vous et d'autres

Chauffe-eau thermodynamique
Le chauffe-eau thermodynamique permet de consommer entre 3 et 4 fois moins d'énergie. Son prix est en plus très abordable. Il s'agit donc d'une solution performante et économique pour subvenir aux besoins en eau chaude sanitaire de toute la maison.
Quelle Energie recommande grandement le chauffe-eau thermodynamique comme solution économe en énergie. En effet, il dispose de plusieurs avantages :
• jusqu’à 70% d’économies sur votre facture d'eau chaude
• un prix très abordable : dès 2.000 € pour un ballon de 300L, répondant aux besoins de 4 à 6 personnes
• des aides qui réduisent considérablement l’investissement : crédit d’impôt à 30% et Prime Quelle Energie
• un temps de chauffe très court : environ 8h pour un ballon de 250L
Le chauffe-eau thermodynamique est donc un système de production d'eau chaude performant, économique et rapidement rentable.
Consommez entre 3 et 4 fois moins d'énergie
Le chauffe-eau thermodynamique, aussi appelé cumulus thermodynamique, capte l'énergie gratuite présente dans l’air. Il consomme donc jusqu'à 3 fois moins d'énergie qu'un chauffe-eau électrique. Vos factures d’eau chaude sanitaire peuvent donc être aussi divisées par 3 ou 4. Le prix du chauffe-eau thermodynamique est compris entre 2.000 € et 4.000 € pour un ballon de 300 l pouvant couvrir les besoins d'une famille de 4 à 6 personnes. Vous pouvez aussi bénéficier d'un crédit d’impôt et de subventions pour l'installation d'un chauffe-eau thermodynamique. Les économies d'énergie réalisées permettent de rentabiliser rapidement l'investissement d'un chauffe-eau thermodynamique.
Prix chauffe-eau thermodynamique
Fonctionnement d'un chauffe-eau thermodynamique
Un chauffe-eau thermodynamique fonctionne comme une pompe à chaleur aérothermique : le chauffe-eau utilise les calories présentes dans l'air afin de chauffer un liquide caloporteur. Ce fluide restitue ensuite la chaleur au ballon pour produire de l’eau chaude sanitaire. Un comparatif de différents chauffe-eau souligne la performance des chauffe-eau thermodynamiques et solaires. Ils permettent d’économiser plus de 50 % d’énergie par rapport aux productions intégrées à une chaudière, et jusqu’à 70% par rapport aux chauffe-eau électriques ou à gaz.
Fonctionnement chauffe-eau thermodynamique
Chiffrez vos économies d'eau chaude
Avant de changer votre système de production d'eau chaude sanitaire, mieux vaut savoir précisément ce que vous pourrez économiser sur votre facture annuelle. L'installation d'un chauffe-eau thermodynamique diminue votre consommation d'eau chaude par 3. Le simulateur gratuit de Quelle Energie vous propose donc des estimations chiffrées précises pour vous aider à faire votre choix.
Simulateur Gratuit : chiffrez vos économies d’eau chaude
Crédit d'impôt du chauffe-eau thermodynamique
Depuis le 1er septembre 2014, vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt de 30% pour l'installation d'un chauffe-eau thermodynamique.
Bénéficiez du crédit d'impôt pour l'installation d'un chauffe-eau thermodynamique
Simplicité d'installation d'un chauffe-eau thermodynamique
Pour l'installation d'un chauffe-eau thermodynamique, il est recommandé d'implémenter le chauffe-eau dans un local annexe au logement où la température ne tombe pas sous les 5 °C. Dans le cas contraire, une gaine permettant de pomper l’air dans une pièce voisine peut également convenir. Le chauffe-eau thermodynamique a besoin d’une surface de 10 m² au sol pour fonctionner correctement. Cela représente un volume moyen d'environ 20 m³ d’air à brasser.
Chauffe-eau thermodynamique : une consommation économe
La consommation d’un chauffe-eau thermodynamique est directement liée à la performance globale de l’installation. L’idéal est de disposer d’une source d’air aux alentours de 20 °C et de ne pas chauffer l’eau chaude sanitaire au-dessus de 50 °C. Dans ces conditions, les économies d’énergie peuvent atteindre 70% par rapport à un ballon électrique à effet Joule. Pour une consommation économique, il est déconseillé d'installer le chauffe-eau thermodynamique à l’intérieur des pièces de vie d’un logement, car cela pourrait entraîner une surconsommation de chauffage.
Consommation chauffe-eau thermodynamique
Un COP entre 3 et 4 et un temps de chauffe court
Le chauffe-eau thermodynamique combine une pompe à chaleur aérothermique à un ballon d’eau. Les principales caractéristiques à connaître pour juger de la consommation d'un chauffe-eau thermodynamique sont :
• Le COP = (Quantité de chaleur produite) / (Quantité d'électricité consommée), sans unité.
• Le temps de chauffe. Celui-ci est plutôt court : environ 8h pour un ballon de 250 l.
Ces deux caractéristiques vous permettent de vérifier les économies que vous pouvez réaliser avec un chauffe-eau thermodynamique.
Qu'est-ce qu'un chauffe-eau thermodynamique ?
Le chauffe-eau thermodynamique utilise l’aérothermie pour chauffer l’eau sanitaire. Son principe, semblable à celui de la pompe à chaleur, est de récupérer, via un compresseur, les calories naturellement présentes dans l’air extérieur (entre -5 à +35°C), dans l'air ambiant non chauffé ou extrait d'une VMC pour transmettre la chaleur à l’eau d'un ballon. Un appoint électrique prend le relais en cas de températures extérieures extrêmes ou d’un besoin d’eau chaude exceptionnel.

De quel espace dois-je disposer pour installer un chauffe-eau thermodynamique ?
Un chauffe-eau thermodynamique a le double avantage de chauffer l'eau d'une manière plus économique et de donner droit à un crédit d'impôt. Il convient donc d'être informé sur les caractéristiques de ce type d'appareil.
Avant de changer votre système de production d'eau chaude sanitaire, il vaut mieux vaut savoir précisément ce que vous pourrez économiser sur votre facture annuelle. Le simulateur gratuit de Quelle Energie vous propose donc des estimations chiffrées précises pour vous aider à faire votre choix.
Le fonctionnement de l'appareil
Ce type de chauffe-eau est constitué par l'installation combinée d'une pompe à chaleur et d'un ballon d'eau chaude. La pompe à chaleur prélève les calories présentes dans l'air ambiant. Ces calories procurent la chaleur avec laquelle le fluide caloporteur permettra au ballon d'eau chaude d'amener l'eau à la température souhaitée. Par ailleurs, ce système fonctionne à toute époque de l'année, même si le chauffage de la maison est éteint.
L'espace nécessaire pour l'installer
Pour fonctionner d'une manière économique et optimale, votre chauffe-eau doit pouvoir capter les calories présentes dans un volume d'air atteignant au moins 20 m³. Par conséquent, il doit être installé dans un local ayant au moins 10 m2 de superficie. Cet élément doit être pris en compte si vous faites faire les plans d'une maison en vue de la faire construire ou si vous achetez une nouvelle maison.
L'installation d'un chauffe-eau thermodynamique
La pompe à chaleur et le ballon d'eau chaude sont installés dans une pièce non chauffée et ayant une température stable. Il faut que la pièce soit à l'extérieur de la maison, ce qui permet d'éjecter l'air refroidi vers le jardin. En outre, il est recommandé de choisir des appareils ayant la certification NF prévue pour ce type de chauffe-eau. Enfin, si le professionnel choisi est suffisamment compétent, votre chauffe-eau thermodynamique sera opérationnel en 48 heures.
Quelle sont les différences entre un chauffe-eau thermodynamique "split" et "compact" ?
Choisir un chauffe-eau thermodynamique (CET) présente plusieurs avantages ; c'est un produit adaptable qui prend soin de la nature tout en pensant à votre porte-monnaie. Il existe plusieurs types de CET. Dans cette rubrique, Quelle Energie vous explique la différence.
Vous souhaitez connaître les économies sur la facture de chauffage que vous pourriez obtenir grâce à l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique ? Quelle Energie met à votre disposition un simulateur gratuit.
Le chauffe-eau thermodynamique classique puise les calories dans l’air d’un local non chauffé de type buanderie ou garage pour chauffer l’eau et la stocker dans un ballon d’eau chaude. Il existe aujourd’hui des modèles dits « split », dans lesquels le ballon d’eau chaude est dissocié de la pompe à chaleur, cette dernière étant placée à l’extérieur du logement.
Le chauffe-eau installé totalement en intérieur a l’avantage d’être compact. Le choix d’une version split est pertinent lorsque vous ne disposez pas de local non chauffé pouvant accueillir le chauffe-eau thermodynamique, que ce local a un volume inférieur à 20m3 ou encore que ce local est trop proche des chambres (il y a alors un risque de gêne provoquée par le bruit de l’appareil). Dans ce cas, il est judicieux de placer la pompe à chaleur à l’extérieur du logement. Il faut tout de même savoir que l’unité extérieure peut provoquer du bruit, ce qui peut gêner le voisinage. Il faut donc s’assurer que le dispositif soit placé suffisamment loin des habitations voisines.
Un avantage du chauffe-eau thermodynamique split est son temps de chauffe, généralement plus court que pour un chauffe-eau thermodynamique monobloc. Le choix peut également se faire sur le prix car le chauffe-eau split est en moyenne moins cher que le chauffe-eau thermodynamique compact. Ces différences peuvent dépendre du modèle choisi.
Sachez qu’il existe également des chauffe-eau thermodynamiques compacts qui prélèvent l’air extérieur via des conduits muraux. Ils peuvent ainsi être placés dans un placard accolé à un mur extérieur. Ceci permet un gain de place.
Enfin, un dernier type de chauffe-eau thermodynamique existe, il est dit « sur air extrait ». Il est relié au système de ventilation et profite ainsi des calories présentes dans l’air vicié extrait par la ventilation pour chauffer l’eau chaude sanitaire. Il est utile si vous ne disposez pas d'un local non chauffé. Vous pouvez ainsi placer votre chauffe-eau thermodynamique dans une pièce habitable chauffée et le relier à la VMC.
Pour conclure, la configuration à adopter dépend avant tout des caractéristiques de l’habitation.

Quel crédit d’impôt puis-je espérer en installant un chauffe-eau thermodynamique ?
Le crédit d'impôt est une aide de l’Etat qui vous permettra d’alléger considérablement le coût de l’installation chauffe-eau thermodynamique chez vous.
Calculez avec le simulateur gratuit Aides et Subventions de Quelle Energie, le montant des aides dont vous pouvez bénéficier en installant un chauffe-eau thermodynamique.
Le montant maximal
Le calcul du financement assuré par l’Etat se fait en se basant sur un pourcentage du coût de l’équipement (30% dans le cadre d’un chauffe-eau thermodynamique). Le montant maximal auquel le propriétaire peut prétendre est dicté par le nombre de personnes vivant dans le foyer fiscal : une personne seule a un plafond éligible de 8.000€, un couple 16.000€, plus 400€ par personne à charge.
Les particularités
A noter toutefois que le crédit d’impôt peut être perçu même par les personnes n’étant pas soumises à l’impôt. Il s’agit en fait davantage d’une subvention que d’une déduction fiscale. Sachez enfin que le crédit d’impôt est octroyé sur des périodes de 5 années glissantes. Cet avantage fiscal vous est accordé si le chauffe-eau thermodynamique est destiné à votre résidence principale et s’il est installé par un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement.
Quel est le prix d’un chauffe-eau thermodynamique ?
Un chauffe-eau thermodynamique vous permet de réaliser jusqu’à 70% d’économies d’énergie sur votre facture d’eau chaude puisqu’il consomme jusqu’à 3 fois moins qu’un chauffe-eau électrique.
Un chauffe-eau thermodynamique fonctionne comme une pompe à chaleur aérothermique : les calories présentes dans l’air sont utilisées pour chauffer un liquide caloporteur. Ce fluide restitue par la suite la chaleur au ballon d’eau pour chauffer l’eau.
Combien coûte un chauffe-eau thermodynamique ?
Un chauffe-eau thermodynamique coûte environ 2.550 € pour un ballon de 300L qui alimente les besoins d’un ménage de 4 à 6 personnes. Vous pouvez aussi obtenir un chauffe-eau d’une capacité moins importante (200L) pour environ 1500€
Quelles sont les aides dont vous pouvez bénéficier ?
De nombreuses aides existent pour vous accompagner financièrement dans votre projet. Le crédit d’impôt transition énergétique est destiné aux particuliers souhaitant réaliser des travaux dans leur résidence principale. La prime énergie est disponible pour les travaux d’économies d’énergie, il vous suffit de faire une demande à travers notre simulateur. Vous pouvez également bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro, si vous réalisez un bouquet travaux ou si vous atteignez un certain plafond de performance énergétique. Si vous êtes éligible, les aides de l’ANAH peuvent vous aider à financer votre projet, puisque ces aides concernent les travaux lourds de réhabilitation d'un logement et les travaux d'amélioration de l'habitat dont les travaux de lutte contre la précarité énergétique. Enfin vous pouvez bénéficier d’une réduction du taux de TVA, soit d’une TVA à 5,5%.
A combien s’élèvent les économies réalisables ?
Globalement vous pouvez réduire de 70% votre facture d’eau chaude. En moyenne, les économies s’élèvent à 108€ par an pour l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique.
Le chauffe-eau thermodynamique est donc un système de production d'eau chaude économique, efficace et rapidement rentable.

Peut-on relier un chauffe-eau thermodynamique aux radiateurs ?
Le chauffe-eau thermodynamique capte les calories dans l’air ambiant pour chauffer un ballon et produire de l'eau chaude sanitaire.
Le chauffe-eau thermodynamique n’est pas conçu pour assurer le chauffage d’une maison mais bien pour fournir de l’eau chaude sanitaire. Cette incompatibilité provient essentiellement de la puissance de ces appareils.
En effet, une chaudière fioul (il en est de même pour une chaudière gaz ou bois) possède une puissance de chauffe bien supérieure à la puissance d’un chauffe-eau thermodynamique : en moyenne 20kW pour une chaudière fioul et seulement 2kW pour un chauffe-eau thermodynamique.
Remplacer votre chaudière fioul par un chauffe-eau thermodynamique pourrait donc être une bonne idée si vos besoins en chauffage étaient extrêmement faibles. Cela peut être le cas pour des maisons dites « passives » pour faire un chauffage d’appoint.
Dans ce type de maison, la chaleur dégagée par les êtres vivants et les appareils électriques ainsi que celle apportée par le soleil suffit à chauffer l’habitation. L’appoint nécessaire est donc très faible. Il est également important de noter qu’il ne faut surtout pas mélanger le circuit d’eau chaude sanitaire et le circuit de chauffage central.
Comment doit-on entretenir un chauffe-eau thermodynamique ?
Le chauffe-eau thermodynamique ne nécessite pas un entretien extrêmement poussé, même s'il est important de veiller à ce qu'il soit toujours en bon état pour profiter d'un fonctionnement optimal au quotidien.
Comment fonctionne un chauffe-eau thermodynamique ?
Tout comme une pompe à chaleur, le chauffe-eau thermodynamique transforme l'énergie présente dans l'air ambiant pour chauffer un liquide calorifère, qui répartit ensuite sa chaleur dans tout votre ballon d'eau chaude. Grâce à lui, vous pouvez facilement réduire vos dépenses énergétiques, et donc faire de grandes économies.
Comment doit-on entretenir un chauffe-eau thermodynamique ?
Le chauffe-eau thermodynamique s'entretient comme un ballon d'eau chaude ordinaire, mais ne peut être pris en charge que par des professionnels qualifiés, habitués à travailler avec les pompes à chaleur (surtout en cas de panne). Généralement, de simples contrôles de routine sont préconisés tous les ans ou tous les deux ans, la durée de vie moyenne du chauffe-eau s'étalant entre 15 et 20 ans.
Les pannes classiques du chauffe-eau thermodynamique
La plupart des pannes rapportées sur ces modèles de chauffe-eau sont liées à un défaut d'entretien périodique de l'évaporateur. Lors de vos contrôles, si vous constatez une pression d'eau très faible dans le circuit ou un mauvais fonctionnement du ventilateur, vérifiez que l'évaporateur fonctionne, et qu'il n'est pas bouché ou congelé. Les grilles peuvent également s'obstruer au bout d'une certaine période, et demander un nettoyage plus ou moins régulier (selon les conditions de stockage de votre chauffe-eau). Enfin, il peut arriver que le ventilateur ou les sondes soient défaillants ; dans ces derniers cas, faites appel à un professionnel (installateur de chauffe-eau) pour qu'elles soient remplacées au plus vite.

Quelle est la durée de vie moyenne d'un chauffe-eau thermodynamique ?
Investir dans un chauffe-eau thermodynamique semble de plus en plus intéressant et rentable, mais se pose la question de la durée de vie. En effet, investir pourquoi pas, mais pour combien de temps ?
Le fonctionnement du chauffe-eau thermodynamique
Le chauffe-eau thermodynamique a un type de fonctionnement simple, mais efficace. Semblable à une pompe à chaleur, il utilise les calories que l'on peut trouver dans l'air afin de chauffer un liquide caloporteur. Par ailleurs, ce dernier est compressé afin d'augmenter sa température. Ceci permet donc de chauffer l'eau du ballon quand le liquide se détend. De plus, le procédé fonctionne dans une pièce non chauffée, puisqu'il a besoin d'une température extérieure comprise entre 5 et 35 degrés. Ceci revient donc à dire qu'il fonctionne été comme hiver, sans interruption.
On constate donc que le procédé est simple, performant et économique. Il permet en somme d'économiser entre 50% et 70% d'énergie par rapport aux procédés classiques, tout en réduisant les factures d'eau chaude sanitaire par 2 ou 3.
Un produit de qualité pour une durée de vie optimale
En moyenne, un chauffe-eau thermodynamique dure entre 15 et 20 ans. Bien entendu, cela dépend du modèle choisi, et de sa qualité. Néanmoins, on comprend que c'est un matériel de moyen terme qui offre des perspectives d'économie et d'efficacité très intéressantes.
Un conseil pour garder son chauffe-eau thermique le plus longtemps en bonne santé : l'entretien périodique
En effet, il est fortement recommandé de nettoyer l'évaporateur chaque année, afin d'enlever les poussières probablement accumulées. Cette opération d'entretien reste toutefois très simple et peut être réalisée par l'utilisateur lui-même.

Y a-t-il des labels de qualité pour le chauffe-eau thermodynamique ?
Choisir un chauffe-eau thermodynamique présente plusieurs avantages ; il s'adapte à tous les types de maisons, est économique et écologique. Le label "NF Performance Chauffe-eau thermodynamique" vous permet d'être sûr de la performance de votre appareil.

Comment fonctionne-t-il ?
Le chauffe-eau thermodynamique fonctionne comme une pompe à chaleur et permet de chauffer l'eau sanitaire d'une habitation. Il n'utilise pas de résistances électriques mais est équipé d'une petite pompe à chaleur située au sommet de la cuve. En simplifiant, on peut dire que cette pompe récupère l'air ambiant de la pièce (non chauffée et non ventilée) et le transforme en énergie qui va chauffer l'eau sanitaire. Encore faut-il choisir un chauffe-eau qui soit performant.
Un label comme gage de qualité
Lors du choix de ce type de chauffe-eau, il faut s'assurer qu'il a bien reçu le label "NF Performance Chauffe-eau". Cette certification vous offre une garantie de qualité mais aussi de sécurité et de performance. La certification NF électricité ne garantit que la sécurité électrique de votre appareil alors que la certification NF Performance garantit également des performances plus élevées. La sécurité électrique, des matériaux résistants et les performances sont garantis par ce label.
Un chauffe-eau écologique
Ce type de chauffe-eau permet de préserver les ressources de la planète puisqu'il utilise les calories de l'air qui sont inépuisables. Les dépenses d'énergie fossile sont donc fortement réduites alors que les performances de l'appareil sont très bonnes. De plus, depuis le 1er septembre 2014, il est possible de bénéficier d'un crédit d'impôt de 30% pour installer ce genre de chauffe-eau. Le coefficient de performance et l'alimentation du chauffe-eau par l'air ambiant non chauffé permet de préserver la nature.

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
merci!
Texte #2
7500 mots
Terminé

Texte à reécrire ( rewriting)
Texte pour mise à jour de notre site *** URL MASQUÉE ***
DOIT ETRE 100% ORIGINAL! A VERIFIER!!!
Mots-clés: pompe à chaleur, pompe à chaleur air-air, pompe à chaleur air-eau, choisir pompe à chaleur, installer pompe à chaleur air-air, air-eau, société Clim Pour Vous,
Aide de l’Etat pour l’installation d’un pompe à chaleur
Les avantages de pompe à chaleur
Jusqu'à 10500€ d'aides à l'installation grâce aux dispositifs existants
Une facture de chauffage réduite jusqu'à 80%
Intégration facile au système de chauffage existant
La PAC ne dégage aucune odeur, contrairement au fioul

Comment est-ce possible ?
En cumulant les différentes aides mises en place par le gouvernement dans le cadre de la transition écologique :
Une aide forfaitaire de 2500€ à 4000€ grâce aux CEE (Certificats d'Économies d'Énergie)
Jusqu'à 50% du coût HT des travaux (matériel et pose inclus) pris en charge par le programme Habité Mieux Agile de l'ANAH
30% de crédit d'impôts grâce au CITE (Crédit d'Impôts pour la Transition Énergétique) dans tous les cas

Quels sont les critères
Ils ont été déterminés par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et reposent sur :
- Vos revenus
- Votre département
- Le nombre de personne composant votre foyer
Faire installer sa pompe à chaleur : les 4 grands principes
Les installateurs sont formels : l’installation réussie d’une pompe à chaleur - c’est-à-dire qui apportera un confort optimal aux occupants et générera des économies notables sur la facture chauffage - est intimement liée à quatre critères essentiels. À savoir, le dimensionnement, le COP ou coefficient de performance, la consommation et le rendement. Décryptage avec nos installateurs.
ETUDE THERMIQUE, LE PRÉALABLE

Pour que le dimensionnement soit de qualité, il y a un préalable indispensable. L’installateur doit procéder à une étude thermique afin d’évaluer les déperditions de l’habitation. Ladite étude est obligatoire dans le neuf pour l’obtention d’un permis de construire RT2012.
Ce bilan va permettre de déterminer précisément les besoins calorifiques de l’habitation. Mais attention, celui-ci doit être effectué dans les règles de l’art, c’est-à-dire par un professionnel ! C’est un élément clé du bon dimensionnement de sa pompe à chaleur.
De même, dans le cas d’une PAC qui assure à la fois la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire, l’installateur devra également évaluer les besoins en eau chaude sanitaire, l’étude thermique ne la prenant pas en compte.
LE DIMENSIONNEMENT, LA PHASE DÉTERMINANTE
Une fois ce bilan réalisé, il faut, pour calculer le dimensionnement d’une pompe à chaleur, que la puissance thermique nécessaire à l’habitation soit évaluée. Cette étape est gérée par des logiciels de calcul. Ainsi pour une pompe à chaleur air-eau, sont comparées graphiquement différentes données, telles que la puissance calorifique de l’appareil et la température extérieure. Ces logiciels vont aussi intégrer différents paramètres, dont les déperditions thermiques mises en évidence. Entre autres caractéristiques qui vont entrer en ligne de compte, la superficie et la hauteur des pièces de l’habitation, le type d'émetteurs (convecteurs, planchers chauffants, etc.), la zone climatique concernée ainsi que la température annuelle moyenne. Sans oublier, si le projet est une rénovation, les habitudes de consommation d’énergie thermique.
Il faut savoir que le mauvais dimensionnement d’une pompe à chaleur n’est pas sans incidences. Ainsi un sur-dimensionnement de la puissance par rapport aux besoins réels peut se traduire par un surcoût à l'achat, mais aussi des frais d’installation ; une surconsommation d’électricité en multipliant les cycles marche/arrêt ; une perte de performance et une durée de vie plus courte en raison des à-coups. Le sous-dimensionnement va entraîner, quant à lui, une utilisation plus fréquente d’un chauffage d'appoint et une diminution des économies d’énergie.
Un dimensionnement réussi, c’est-à-dire avec une puissance adaptée aux besoins, est donc la condition sine qua none pour faire baisser les consommations.
CONSOMMATION D’ÉNERGIE ÉLECTRIQUE : LA CLÉ DES ÉCONOMIES
Encore faut-il que l’installateur estime la consommation d’énergie électrique d’une pompe à chaleur.
Un exercice difficile dans la mesure où elle dépend, outre le bon dimensionnement, de très nombreux paramètres, souvent indépendants de la pompe à chaleur elle-même. Entrent en ligne de compte :
• La nature de la construction : meilleure est l’isolation, plus les besoins seront faibles, et moins la pompe à chaleur consommera.
• La zone géographique : il est évident que plus le climat est clément, moins la pompe à chaleur consomme d’électricité pour fournir la même puissance calorifique.’
• La nature de l’installation : en relève de chaudière, avec appoint électrique ou non, avec eau chaude sanitaire ou non, etc.
Quels que soient la configuration, le type d’installation ou le type de matériel, les pompes à chaleur assurent, sur le long terme, une réduction importante des consommations énergétiques du foyer. Elles seraient ainsi 2 à 3 fois moins élevées qu’avec des radiateurs électriques. Il est admis qu’une pompe à chaleur, dans des conditions idéales d’installation, est en mesure de faire baisser les consommations jusqu’à 60%. (source Afpac)
Selon les installateurs, spécialisés dans l’installation de PAC, un système de régulation intelligent permettra de tirer profit des caractéristiques de l’installation et donc de faire baisser encore les consommations, de 10 à 25 % par rapport à une installation sans régulation.
Obligatoire depuis septembre 2015, l’étiquette énergétique est un bon moyen de s’informer rapidement sur les niveaux de consommation d’une pompe à chaleur. Si on les compare aux autres modes de chauffage, elles sont positionnées dans le haut de l’échelle de l’étiquette : A+ et A++ pour les systèmes Air/Eau et jusqu’à A+++ pour les pompes à chaleur géothermiques (source Afpac).
QUEL COEFFICIENT DE PERFORMANCE ?
Mesuré dans des conditions d’essais normalisés (EN14511), le COP, ou coefficient de performance, d’une pompe à chaleur quantifie l’efficacité des différentes PAC et permet de comparer leurs performances. Il représente le rapport entre l’énergie électrique consommée et l'énergie thermique produite. Selon nos installateurs, le rapport est variable selon l’écart de température entre la source d’énergie (eau, air ou sol) et celle utilisée dans le dispositif de chauffage ou de production d'eau chaude. Il reflète la performance possible d’une pompe à chaleur. La valeur du coefficient de performance indiquée est la valeur maximale donnée à une température extérieure théorique de + 7°C. Ce qui signifie qu’en cas de température extérieure négative, le COP baisse.
Une pompe à chaleur performante génère des économies d’énergie si son coefficient de performance est supérieur à 3. Un COP égal à 3 signifie que la pompe à chaleur consomme 1 kWh d’électricité et restitue 3 kWh de chaleur. L’énergie thermique restituée pour le chauffage est donc trois fois supérieure à l’énergie électrique consommée. Traduction : la pompe à chaleur fournit plus d'énergie qu'elle n'en consomme. Plus concrètement, plus de 60 % de la production de chaleur ou d’eau chaude fournie par la PAC est d'origine renouvelable.
La valeur minimale de 3 tient compte du rendement moyen d'une centrale électrique, qui est d'environ 33 %. Cela signifie qu'il faut consommer 3 kilowattheures (kWh) d'énergie primaire pour produire 1 kWh électrique. L’installateur vous confirmera donc qu’il faut donc que la pompe à chaleur génère 3 kWh (sous forme de chaleur) pour 1 kWh d'électricité consommée (source Engie).
En effet, plus la différence entre la température de la source de chaleur utilisée et celle de la sortie de la pompe à chaleur est faible, plus le coefficient de performance est élevé et donc, plus l’appareil est performant. Le COP sera donc plus important avec les pompes à chaleur Eau/Eau qui utilise une source plus chaude, à savoir l'eau captée dans le sol, plus stable en température. Un dispositif de chauffage à chaleur douce, comme un plancher chauffant, permet également d’optimiser le coefficient de performance.
Pour les installateurs de PAC, le coefficient de performance annuel moyen est un bon indicateur qui tient compte des conditions climatiques annuelles. En règle générale, Ces derniers conseillent qu’il vaut mieux vaut choisir des systèmes NF PAC présentant un coefficient de performance d’au moins 3,5.
À noter, certaines pompes à chaleur présentent un coefficient de performance supérieur à 5, grâce notamment aux compresseurs à vitesse variable qui limitent les consommations d’électricité.
RENDEMENTS ET VARIATIONS
En diffusant plus d'énergie qu'elles n'en consomment, les pompes à chaleur offrent des rendements qui génèrent 50 à 60 % d’économies d'énergie (source Afpac) par rapport à des systèmes classiques de chauffage.
Selon nos installateurs, le rendement d’une pompe à chaleur est donné par le coefficient de performance (COP) propre à chaque modèle. Concrètement, le COP est, en moyenne, compris entre 3 et 5, ce qui signifie que pour 1 kWh d'électricité absorbée, le rendement d'une pompe à chaleur est entre 3 et 5 kWh. Par exemple, pour 6000 watts consommés pour faire fonctionner la pompe à chaleur et chauffer la maison, sa consommation électrique sera seulement de 2000 watts.
Il faut savoir que la valeur du coefficient de performance indiquée pour une pompe à chaleur est la valeur maximale donnée à une température extérieure théorique de +7°C. Mais, entre hiver et été, le coefficient de performance peut chuter de 3 à 2, voire imposer un chauffage d'appoint pour combler l’intégralité des besoins calorifiques. Par exemple, pour une température intérieure de 20 °C, le coefficient de performance d’une pompe à chaleur aérothermique Air/Eau passe de 3,5 à 2,9 si la température extérieure chute de 10 à 5°C. Impacté par les fluctuations de températures, le rendement des pompes à chaleur aérothermiques Air/Air et Air/Eau peut varier de façon non négligeable. Il est dans tous les cas inférieur à celui des pompes géothermiques qui, elles, ne subissent pas les aléas de températures.
Autres facteurs susceptibles d’interférer sur le rendement et que les installateurs doivent intégrer en amont de l’installation : le niveau d’isolation et la superficie de l’habitation, ainsi que la température moyenne de la région. N’oubliez pas également de prendre en compte le bilan thermique.
Ce qui revient à dire que le bon rendement d’une pompe à chaleur dépend intimement du bon dimensionnement de l’installation et donc du bon choix de sa puissance.
Bon à savoir, le rendement d’une pompe à chaleur géothermique ou hydrothermique (Eau/Eau) sera toujours plus intéressant, dans la mesure où leur coefficient de performance dépend de la température, toujours stable et positive, du sous-sol ou d’une nappe phréatique – la température de l'eau oscillant entre 7 et 12°C.

QU'EST-CE QU'UNE POMPE À CHALEUR AIR/EAU ?
QU'EST-CE QU'UNE POMPE À CHALEUR AIR/EAU ?
En maison individuelle ou en appartement, en neuf comme en rénovation, la pompe à chaleur Air/Eau ne manque pas d’atouts. Zoom sur son fonctionnement.
LA DÉSIGNATION « AIR/EAU » ?
Le premier terme – ici l’air – désigne la source d'énergie extérieure, tandis que le second – l’eau – indique la façon dont celle-ci est restituée.
QUEL EST LE PRINCIPE D’UNE POMPE À CHALEUR AIR/EAU ?
La pompe à chaleur Air/Eau fonctionne sur le principe de l'aérothermie. Mais si elle prélève bien, comme la pompe à chaleur Air/Air, les calories présentes dans l’air extérieur pour produire de l’air chaud et chauffer votre habitation, elle utilise l'eau pour transporter la chaleur.
COMMENT FONCTIONNE UNE POMPE À CHALEUR AIR/EAU ?
Concrètement, une pompe à chaleur Air/Eau puise les calories de l'air extérieur via un fluide frigorigène à l’état liquide, qui monte en température et passe à l’état gazeux. Le compresseur, alimenté en électricité, « modifie » l’état dudit fluide qui passe alors sous haute pression, permettant ainsi de transmettre la chaleur au circuit d'eau chaude du réseau qui alimente des émetteurs basse température (radiateur ou plancher chauffant). Le détendeur – 4e composant essentiel de la pompe à chaleur Air/Eau – fait chuter la pression du fluide frigorigène qui repasse à l’état liquide avant évaporation.
POMPE À CHALEUR « MONOBLOC » OU « BIBLOC » ?
La pompe à chaleur Air/Eau peut être « monobloc », ce qui signifie que le départ du réseau hydraulique se fait directement depuis le groupe placé à l’extérieur. Elle est appelée « bibloc » quand le groupe extérieur est relié à un module hydraulique installé à l’intérieur de la maison.
LES AVANTAGES DE LA POMPE À CHALEUR AIR/EAU :
- C’est un système réversible, qui sera donc utilisé comme rafraîchisseur durant les périodes chaudes.
- Les modèles à haute température peuvent utiliser un réseau existant de radiateurs haute température, de même que, associés à un ballon d’eau, ils peuvent produire de l’eau chaude sanitaire. Ils remplaceront ainsi aisément la chaudière existante sans qu’il y ait besoin de relève.
- Les performances d’une pompe à chaleur Air/Eau génèrent des économies d’énergie tout en respectant l’environnement.

Bon à savoir
Certains modèles perdent de leur efficacité en dessous d’un certain seuil de température (-7°C), nécessitant alors un système de chauffage d’appoint. Atlantic propose des pompes à chaleur Air/Eau dotées d’un appoint électrique intégré qui se déclenche automatiquement en période de grands froids, d’où un confort constant. D’autres modèles peuvent fonctionner jusqu’à des températures de - 25°C.

COMMENT CHOISIR UNE POMPE À CHALEUR ?
COMMENT CHOISIR UNE POMPE À CHALEUR ?

Les différents modèles répondent à des configurations spécifiques. Mieux vaut faire appel à un professionnel qualifié. Lui saura lister les critères et besoins pour choisir le bon produit. En attendant sa visite, voici quelques éléments de réponse
LES CRITÈRES DÉTERMINANTS DANS LE CHOIX D’UNE POMPE À CHALEUR
Première étape, se poser les bonnes questions !
• Le type d’habitation ? S’agit-il d’une habitation neuve et bien isolée ou d’un remplacement de chaudière dans l’existant.
• Les besoins à couvrir : la pompe à chaleur devra-t-elle assurer juste le chauffage ou également la production d’eau chaude sanitaire, voire le rafraîchissement en été.
• Le type d’émetteurs de chaleur : radiateurs ? plancher chauffant ? ventilo-convecteurs ?
• Le lieu d’implantation de l’unité extérieure : le terrain s’y prête-t-il (type de sol et surface) ?
• Le budget disponible
• Les économies d’énergie que l’on peut en attendre.
Autant de critères déterminants pour s’assurer de bien dimensionner l’installation qui nécessitent de s’adresser à un spécialiste qualifié.
LES TENDANCES ACTUELLES
Ce sont les pompes à chaleur aérothermiques qui sont principalement mis en œuvre dans l’habitat. Elles représentent 96 % du marché. Mais celles-ci se distinguent selon une installation en neuf ou en rénovation. En effet, les constructions neuves offrant une isolation plus performante, les pompes à chaleur retenues seront de moindre puissance, à savoir en dessous de 6 KWh, certaines assurant à la fois le chauffage et l’eau chaude sanitaire (ECS).
Le secteur de la rénovation retiendra davantage les pompes à chaleur haute température, en relève de chaudière comme en substitution. Lesquelles permettent de conserver l’ancien circuit de chauffage et ses radiateurs, en fonte par exemple.
Les pompes à chaleur géothermiques et hydrothermiques (calories captées dans le sol ou l’eau) sont plutôt dédiées à la construction neuve, étant donné leur coût, les autorisations administratives auxquelles elles sont soumises (captage et forage) et la complexité de leur mise en œuvre.
LE SAVIEZ-VOUS ?
Le surdimensionnement se traduit par un surcoût à l’achat, une augmentation du nombre de cycles, et donc des consommations électriques et de l’usure.
Le sous-dimensionnement, lui, empêche de couvrir la totalité des besoins, d’où un appoint plus sollicité.
Une installation bien réalisée autorise un retour sur investissement rapide.

QUAND ET POURQUOI INSTALLER UNE POMPE A CHALEUR ?
Un changement d’équipement ou la construction d’une maison sont souvent les éléments déclenchants qui amènent à s’interroger sur les moyens de réduire sa facture énergétique et aussi d’être plus écologique dans sa manière de « consommer ». Eléments de d’analyse…
QUAND INSTALLER UNE POMPE À CHALEUR ?
la question se pose de façon assez courante mais elle devient très légitime lorsque l’on entre dans un projet de construction ou de rénovation de l’existant, ou encore à l’occasion du remplacement du système de chauffage devenu énergivore.
POURQUOI INSTALLER UNE POMPE À CHALEUR ?
Une énergie propre et renouvelable
C’est dans l’air, dans l’eau, ou encore dans le sol, que les pompes à chaleur vont puiser les calories nécessaires à la production de chaleur. Des ressources propres, gratuites et renouvelables. Un argument de taille pour justifier l’achat d’une pompe à chaleur. D’autant qu’il y a là l’opportunité de contribuer à réduire la consommation d’énergies fossiles et leurs rejets de gaz à effet de serre.
LES ÉCONOMIES D’ÉNERGIE !
Voilà sans doute l’argument massue. Dans la plupart des cas, une pompe à chaleur permet de générer jusqu'à 60% d’économies sur la facture annuelle de chauffage.
EN NEUF COMME EN RÉNOVATION
Construction d’une maison : a priori, n’importe quel type de pompe à chaleur peut être installé autour de votre maison, à partir du moment où le terrain offre les qualités requises. À savoir, une surface d’au moins 200 mètres carrés. Seule restriction : une PAC géothermique à capteurs horizontaux ne sera pas envisageable sur un sol rocheux ou arboré. Quant aux PAC aérothermiques, il faudra soigner l’emplacement de l’unité extérieure car certains modèles sont plus bruyants que d’autres.
Changement d’un système de chauffage : certaines pompes à chaleur se prêteront mieux à une configuration donnée que d’autres, notamment s’il y a réutilisation du réseau de chauffage existant ou encore en présence d’émetteurs type radiateurs en fonte. Certains scénarios impliqueront un appoint de chauffage, par exemple dans le cas de l’installation d’une pompe à chaleur aérothermique sous un climat froid.
Dans tous les cas, il conviendra de vérifier l’état de l’isolation et de rectifier si besoin. Car une bonne isolation, c’est l’assurance de limiter les consommations d’énergie, quel que soit le système de chauffage.
Des incitations financières
Elles existent également pour les systèmes de chauffage plus classiques. Renseignez-vous, elles sont multiples et conditionnées à différents critères.
POMPE À CUAND ET POURQUOI INSTALLER UNE POMPE À CHALEUR?

Les pompes à chaleur font-elles du bruit ?
Si les pompes à chaleur se font désormais plus discrètes, la problématique du bruit reste d’actualité. Zoom sur les solutions à mettre en œuvre pour vivre en paix avec ses voisins.
D’OÙ PROVIENT LE BRUIT D’UNE POMPE À CHALEUR ?
Toutes les pompes à chaleur, mêmes les plus récentes, émettent un bruit de fond au niveau de l'unité extérieure. Son intensité, variable, peut dépasser les normes admises, d’autant plus si le matériel est mal installé.
Source potentielle de nuisances sonores, votre pompe à chaleur peut donc s’avérer source de conflits avec le voisinage direct, voire vous mettre en infraction (la législation étant très précise sur le sujet).
LES ÉCUEILS À ÉVITER
• N’orientez pas l’unité extérieure et ses ventilateurs face aux habitations proches. Le voisinage se sentira moins agressé !
• Evitez le socle en béton, qui augmente la réverbération du bruit. Une assise stable et de niveau suffit.
• Evitez de coller la pompe à chaleur au mur. Un espace de 40 à 50 cm permet de limiter la réverbération du bruit.
• Pour les pompes à chaleur dédiées au chauffage des piscines, évitez le montage tout en rigide qui accentue la transmission des bruits solidiens par le sol.
COMMENT LIMITER LE BRUIT DE VOTRE POMPE À CHALEUR ?
• Adressez-vous à un installateur compétent et qualifié.
• Décaissez le sol sur 10 cm, placez-y un géotextile et des graviers. Très peu réflecteurs de bruit, ils vont en plus favoriser le drainage des condensats.
• Maintenez la pompe à chaleur sur 2 traverses horizontales pour la préserver de tout basculement et posez-la de niveau.
• Pour toute installation située à 20 m du voisinage, la pompe à chaleur doit être perpendiculaire au mur de votre maison et orientée vers des zones neutres. À moins de 20 m, prévoyez une enceinte acoustique avec panneau antibruit et pièges à sons.
• Utilisez des composants de forte densité, type panneau de mitoyenneté de 80 mm, pour limiter la propagation des basses fréquences.
• Recourez à des pièges à sons pour une bonne circulation de l'air.
• Mettez en œuvre des panneaux modulables faciles à monter.
• Ménagez une porte ou un panneau démontable pour la maintenance de la pompe à chaleur.
BON À SAVOIR
• Les pompes à chaleur nécessitent une bonne circulation d'air.
• Diviser par deux le bruit de la pompe à chaleur à 3 mètres revient à gagner 3 dB(A).
• Un défaut d’entretien (présence de feuilles, brindilles ou autres) accentue le bruit produit.
• Un abri lasuré ou peint masquera avec esthétique l'installation.

Pompe à chaleur air-air : en bref
Les systèmes de chauffage à base de pompe à chaleur air-air utilisent l’énergie contenue dans l’air extérieur pour produire de l’air chaud et chauffer votre habitation. Bien conçu et installé par un professionnel, ce système "aérothermique" permet à la fois de réaliser des économies d’énergie et de participer à la protection de l'environnement. Opter pour une pompe à chaleur air-air est encouragé par plusieurs aides financières, parmi lesquelles la prime énergie Total, qui réduiront votre investissement initial.

La pompe à chaleur air-air transforme les calories de l’air extérieur en air chaud
Le circuit de la pompe à chaleur air-air contient un fluide frigorigène, un gaz qui permet de transformer les calories de l’air extérieur en air chaud pour l’habitation. L’unité extérieure capte les calories (c’est-à-dire l’énergie) contenues dans l’air. Le fluide frigorigène voit sa température et sa pression augmenter et restitue cette chaleur à l’air qui sera diffusé dans votre habitation par des émetteurs de chaleur. Ces émetteurs fonctionnent sous la forme d’un système de ventilation. Cette solution s’adapte parfaitement à des régions pourvue d’un climat doux. Attention toutefois ; la pompe à chaleur air-air ne peut pas assurer la production d’eau chaude sanitaire pour votre logement.
La pompe à chaleur air-air nécessite un chauffage d'appoint
Comme pour les pompes à chaleur air-eau, qui diffusent la chaleur sous forme d’eau chaude et non d’air chaud, les conditions climatiques jouent un rôle important dans le fonctionnement des pompes à chaleur air-air. Moins il fait froid, plus le rendement de votre pompe à chaleur est important. En revanche, en-dessous de certaines températures, généralement comprises entre -10 et -20° selon le modèle, votre appareil cesse de fonctionner. Il est donc important de conserver un chauffage d’appoint pour ces situations, qui sont plus ou moins fréquentes selon la région où vous habitez. Dans ce cas, une contrainte se pose puisque vous devez avoir deux émetteurs de chaleur différents dans la même pièce, à moins d’opter pour un diffuseur centralisé et des grilles encastrées dans vos murs.
Il faut également savoir que même sans atteindre ces températures extrêmes, le rendement de votre pompe à chaleur air-air est moindre lors des périodes de très grand froid. Si vous habitez dans une région où les hivers sont rigoureux (en montagne par exemple) mais que vous souhaitez installer une pompe à chaleur, un équipement géothermique semble plus approprié, bien que plus coûteux.
Un équipement installé par des professionnels
La pose d'une pompe à chaleur air-air doit être effectuée par un professionnel qualifié qui est le seul compétent pour réaliser une installation au rendement optimal. En effet, le liquide frigorigène est relativement dangereux et doit être manipulé par un spécialiste. Le choix du matériel revêt également une importance toute particulière puisqu'il détermine, en partie, la durée de vie de votre équipement. Là encore, un professionnel vous délivrera de précieux conseils. Il peut notamment trouver l’emplacement le plus adapté afin que le bruit généré par votre appareil ne soit pas une source de nuisances ni pour vous, ni pour le voisinage.
D’importantes économies d’énergie grâce à la pompe à chaleur air-air
L'installation d'une pompe à chaleur air-air permet de réaliser d’importantes économies sur votre facture de chauffage. Ainsi, selon l’Ademe, ce système de chauffage peut fournir 60% de l’énergie que vous consommez chaque année. Sachez également qu’en plus d'utiliser une source énergétique gratuite, certains modèles de pompe à chaleur air-air présentent l'avantage d'être réversibles et servir de climatiseurs pendant la période estivale.
Cette solution vous tente, mais vous ne savez pas si elle est recommandée pour vous ? Utilisez notre simulateur d’économies d’énergie. En répondant à quelques questions concernant votre logement, cet outil vous indique les travaux capables de générer des économies et vous montre si la pompe à chaleur air-air est un bon choix pour votre situation.
Total à vos côtés pour l’achat et la pose d’une pompe à chaleur air-air
L'installation d'une pompe à chaleur air-air demande un investissement financier non négligeable. Sachez cependant que de nombreuses aides financières sont attribuées aux particuliers qui souhaitent équiper leur habitation d'un système de chauffage économique et écologique. Total s'engage pleinement dans cette démarche et vous proposent de bénéficier d’une prime énergie. Eco-prêt à taux zéro, aides de l'Anah, aides locales sont autant de moyens qui peuvent vous aider à financer votre projet, si vous remplissez les critères nécessaires, et qui sont cumulables avec la prime énergie. À noter tout de même qu’une pompe à chaleur air-air ne vous permet pas de bénéficier d’un crédit d’impôt développement durable.
Installation et entretien d'une pompe à chaleur air-air
Les pompes à chaleur air-air sont des systèmes de chauffage à la fois performants et simples à installer par des professionnels. Tous les types de logements peuvent bénéficier de cet équipement, à condition d’avoir un espace suffisant pour accueillir l’unité extérieure qui va puiser l’air nécessaire à son bon fonctionnement.

Pompe à chaleur air-air : les points à surveiller à l'installation
Le choix de l'emplacement du module extérieur de la pompe à chaleur à chaleur air-air doit être réfléchi de manière à réduire la longueur des tuyaux de raccordement à l’unité intérieure. Cette dernière est positionnée selon la configuration de votre logement. Si vous résidez dans un appartement, pensez à vous renseigner auprès de votre copropriété concernant les demandes d’autorisation éventuellement nécessaires pour cette installation. Dans tous les cas, veillez à bien choisir où vous allez installer votre équipement, notamment pour ne pas engendrer de nuisances sonores, aussi bien pour vous que pour votre voisinage. Il se situe en moyenne aux alentours de 45 décibels pour les appareils modernes, soit l’équivalent d’un lave-vaisselle. D'autre part, l'unité extérieure est conçue pour résister aux conditions climatiques difficiles mais doit être placée dans un environnement suffisamment ventilé pour que son fonctionnement soit optimal.
Une installation simple à faire réaliser par un professionnel
Si l'installation d'une pompe à chaleur air-air n'a rien de complexe en soi, elle nécessite cependant de faire appel à un professionnel. Le rendement et l'efficience de votre installation aérothermique, qui détermineront le montant des économies que vous allez réaliser, ne sont pas seulement corrélés au choix du modèle mais dépendent également de l'expertise du professionnel que vous aurez sélectionné. C'est lui qui décide si un seul module extérieur est suffisant, où le positionner, quels diffuseurs de chaleur choisir et en quelle quantité. Surtout, il dispose de l’expérience nécessaire pour parfaitement dimensionner votre pompe à chaleur et faire en sorte qu’elle soit bien adaptée à votre habitation. Au moment de confier l’installation de votre équipement à un professionnel, pensez à vérifier au préalable qu’il dispose de la certification QualiPAC, délivrée par Qualit'ENR.
L'entretien d'une pompe à chaleur air-air
Si vous souhaitez investir dans une pompe à chaleur air-air de plus de 12 kW, vous devrez obligatoirement la faire contrôler chaque année par un professionnel qualifié. Cette vérification est également conseillée si vous avez choisi un modèle de puissance inférieure, d'autant plus que ce type de contrôle permet de vérifier la performance énergétique de l'équipement. D'autre part, les filtres des ventilo-convecteurs doivent être régulièrement nettoyés, opération que vous pouvez réaliser vous-même avec de l’eau savonnée. Si vous utilisez votre système aérothermique comme climatiseur, veillez également à vider les réservoirs qui récupèrent les condensats engendrés par l'humidité ambiante. A l'inverse, en période hivernale, vérifiez que le givre ne s'accumule pas au niveau du module extérieur.
Prix et économies à réaliser grâce à une pompe à chaleur air-air
L’installation d’une pompe à chaleur air-air permet de réaliser des économies d’énergies, mais également d’argent. Un argument important car avec l'envolée des prix de l'énergie, la question de la consommation énergétique s'invite chez les particuliers. Comment réduire sa consommation ? Comment réaliser des économies sur sa facture de chauffage sans renoncer à son confort thermique ?

Les coûts à prévoir pour installer une pompe à chaleur air-air
Le coût d’une pompe à chaleur air-air, pose comprise, peut osciller entre 6 000 et 15 000 € pour une maison de 100 m2. La variation du prix s’explique notamment par le choix du matériel et notamment de sa puissance, mais aussi par les différentes contraintes que peut rencontrer l’installateur en fonction des caractéristiques de votre habitation. À noter également que les modèles de pompes à chaleur air-air réversibles, capables de produire de l’air froid en été, sont plus chers que les modèles classiques. Pour ce qui est des ventilo-convecteurs, il faut compter un budget allant le plus souvent de 300 à 500 € par appareil, hors pose. Avant d’investir dans un tel équipement, il faut savoir si celui-ci est recommandé pour votre habitation. En ce sens, notre simulateur d’économies d’énergie peut vous permettre d’y voir plus clair et vous indiquer les solutions les plus intéressantes sur un plan économique, en prenant en compte les caractéristiques de votre logement et de votre ménage.
La pompe à chaleur air-air : un système performant et économique
Pour réchauffer votre intérieur, une pompe à chaleur air-air a besoin d'électricité et de l’air à partir duquel elle va produire de l’énergie. Si l'installation de l'équipement a été correctement effectuée et que celui-ci est bien dimensionné (d’où l’intérêt de passer par un professionnel), il restitue plus d’énergie qu’il n’en consomme à l'intérieur de votre logement. Ainsi, s’il dispose d’un coefficient de performance (COP) de 4, votre appareil produit 4 kWh d’énergie pour 1 kWh d’électricité consommé. À titre de comparaison, un radiateur électrique restitue 1 kWh thermique pour 1 kWh d'électricité consommé. Actuellement, la plupart des pompes à chaleur air-air disposent d’un COP compris entre 3 et 5. A noter que ce taux de rendement correspond au fonctionnement optimal de votre appareil (indication constructeur). En période de froid, celui-ci est moins important, d’où la nécessité de disposer d’un chauffage d’appoint.
Des économies sur votre facture d’électricité
Une pompe à chaleur air-air peut vous permettre de réaliser des économies importantes. En effet, elle produit une partie de la chaleur émise dans une maison à partir de l’air extérieur, ce qui vous assure des économies sur votre facture énergétique. Cela est d’autant plus vrai si votre habitation est bien isolée, ce qui demeure un facteur important pour réaliser des économies d’énergie. En utilisant notre simulateur d’économies d’énergie, vous pouvez indiquer le niveau d’isolation de votre logement tout en répondant à d’autres questions qui permettront de savoir quelle solution est la plus recommandée pour vous, sur un plan économique.
A noter aussi que plus vous avez isolé thermiquement votre logement, moins il est nécessaire de mettre en place une pompe à chaleur puissante, et donc coûteuse. Cela peut vous conduire à prioriser l’isolation des combles ou des murs.
Un dispositif faible consommateur d'électricité, à certaines conditions
Pour fonctionner, le compresseur de la pompe à chaleur air-air a besoin d’électricité. Le niveau de consommation d’électricité dépend du coefficient de performance de la pompe à chaleur, et donc de la qualité du matériel et des températures d’utilisation. Il faut également tenir compte de l’utilisation d’une source de chaleur supplémentaire durant les jours de grand froid. Pour faire des économies sur votre facture énergétique, il faut que l’installation de votre pompe à chaleur air-air ait été correctement réalisée. Si celle-ci a été surdimensionnée, c’est-à-dire si elle est trop puissante pour votre maison, elle va s’arrêter et se remettre en route très régulièrement, ce qui va lui faire consommer beaucoup plus d’électricité et provoquer une usure plus rapide. C’est pour éviter de tels problèmes qu’il est important de s’adresser à des professionnels qualifiés pour dimensionner au mieux votre installation.
En savoir plus - La technologie Inverter peut permettre de réaliser plus d’économies
Alors qu’une pompe à chaleur air-air classique va s’arrêter lorsque la température souhaitée est atteinte, une pompe à chaleur air-air Inverter va fonctionner quasiment en permanence, mais à bas régime, afin de maintenir une température constante. Conséquence, le compresseur ne redémarre pas fréquemment, ce qui permet d’économiser de l’électricité tout en améliorant votre confort puisqu’il n’y a plus de variations de température dans votre logement.
Choisir sa pompe à chaleur air-air
La pompe à chaleur air-air comprend trois éléments : le module extérieur, le circuit de fluide frigorigène et les émetteurs de chaleur. Ces différents composants nécessitent d'être choisis avec soin car ils doivent répondre à vos besoins en termes de confort thermique et d'économies d'énergie.

Le module extérieur, le cœur du système de la pompe à chaleur air-air
L'unité extérieure constitue la pièce principale de la pompe à chaleur air-air, car elle est responsable du cycle thermodynamique. Placée à l'extérieure de l'habitation, elle subit les aléas climatiques. C'est également l'entité la plus technique de tout le système. Au moment du choix, il est important de prêter une attention particulière au compresseur. Cette pièce maîtresse de l’appareil est également la plus fragile. Elle doit être à la fois solide, efficiente et faible consommatrice d'énergie. Concrètement, il faut éviter de choisir un modèle de compresseur à piston. Beaucoup plus silencieux et résistant, le compresseur scroll (avec une spirale soudée sur un disque qui tourne dans le cylindre) et le compresseur rotatif (avec un disque excentrique qui tourne dans le cylindre), sont à privilégier.
Il est également conseillé de vérifier que le système ventilateur-échangeur de votre pompe à chaleur air-air dispose d'une protection suffisante contre le givre, sous peine de voir le rendement de votre équipement baisser en période hivernale.
Le circuit de fluide
Ce circuit permet de faire circuler le fluide frigorigène au sein de l’installation de la pompe à chaleur air-air et de transmettre la chaleur. Le fluide frigorigène est un gaz nécessaire pour le bon fonctionnement de la PAC. Il doit être manipulé avec précaution par un professionnel qualifié. Si vous le désirez, vous pouvez être mis en relation avec l’un de nos professionnels partenaires via notre formulaire de demande de devis. Généralement fabriqué en cuivre, le circuit doit être le plus simple et le plus droit possible, afin d'éviter la multiplication de coudes et de points potentiels d'usure mécanique. Il faut savoir qu'une fuite provoque inévitablement une baisse de la pression et, par conséquent, une diminution du rendement de l’équipement.
Les émetteurs de chaleur de la pompe à chaleur air-air
La chaleur produite par votre pompe à chaleur air-air va permettre de chauffer de l’air qui sera ensuite diffusé dans votre habitation par un système de soufflerie qui peut prendre deux formes :
· Les ventilo-convecteurs. Également appelés splits aérothermiques, ces émetteurs ressemblent à des radiateurs électriques. Ils sont particulièrement appréciés pour la souplesse de leur installation, quelle que soit la configuration de l'habitation. C'est la puissance du ventilo-convecteur qui détermine l'énergie prélevée au niveau du fluide frigorigène. Il faut en général compter un ventilo-convecteur par pièce à chauffer et ceux-ci peuvent être fixés aux murs, voire encastrés dans le plafond pour les systèmes dits à cassette. Si vous choisissez de les fixer au mur, cela occasionnera une contrainte. En effet, étant donné que vous devez conserver un chauffage d’appoint (électricité, fioul, gaz,bois), vous pourriez avoir deux émetteurs de chaleur distincts dans vos pièces.
· Le diffuseur centralisé. Il s’agit tout simplement d’un très gros ventilo-convecteur généralement installé sous les combles ou dans une pièce de service et qui restitue la chaleur (ou le froid) via un système de gaines calorifugées qui vont mener l’air chaud à des grilles placées dans les murs des pièces à chauffer. Plus lourd à mettre en place car nécessitant plus de travaux, cet émetteur présente l'avantage de limiter la taille du circuit de fluide frigorigène puisque la production de chaleur est centralisée en un seul endroit. Il s'adapte particulièrement bien avec un modèle de pompe à chaleur air-air réversible. De plus, il permet de conserver vos radiateurs actuels sans que cela pose un problème esthétique, puisque les grilles de diffusion de chaleur sont relativement discrètes.
Le coefficient de performance, un critère à prendre en compte
Pour pouvoir comparer plusieurs modèles de pompes à chaleur air-air entre eux, il est recommandé de se fier, entre autres indicateurs, au coefficient de performance (COP). Cet indicateur correspond au rapport entre l'énergie consommée par l'installation aérothermique et la quantité d'énergie restituée. Si vous envisagez d'investir dans un modèle dont le COP est de 4, cela signifie que votre pompe à chaleur consomme 1 kWh d’électricité pour produire 4 kWh de chaleur. Il est important de noter que le COP est donné par le constructeur. Il correspond à des tests menés en laboratoire et ne correspond pas aux conditions réelles d’utilisation, notamment parce que la température extérieure varie et est généralement plus froide que celle des tests. Il ne doit donc pas être votre unique critère de choix. Veillez à ce que le COP soit suffisant pour obtenir certaines aides financières. Ainsi, pour avoir droit à la prime énergie (virement bancaire) que pourrait vous verser Total, il faut notamment que le COP de votre appareil soit égal ou supérieur à 3,9 (mesuré selon la norme EN 14511-2).
Le dimensionnement de la pompe à chaleur air-air
Ce critère revêt une importance toute particulière puisque le rendement de l'installation en découle directement. Pour l'évaluer, il faut prendre en compte la puissance de l'unité extérieure. Ainsi, si votre module affiche une trop faible puissance, vous ne bénéficiez pas du confort thermique auquel vous vous attendiez. A l'inverse, une pompe à chaleur trop puissante fonctionne en surrégime, ce qui peut écourter la durée de vie de votre installation tout en vous faisant consommer plus d’électricité.

En savoir plus - Quelques précautions supplémentaires
Pour vous assurer de la qualité de votre pompe à chaleur air-air, certains critères peuvent vous aider à faire votre choix parmi la multitude de modèles disponibles et de sociétés qui les commercialisent. Ainsi, prenez soin de vérifier que le matériel sélectionné ait reçu l'évaluation NF PAC, Eurovent, label EHPA ou Eco-label européen. D'autre part, votre installateur, en dehors de sa certification QualiPAC, doit être en mesure de vous présenter son attestation d'assurance décennale sur laquelle la mention "pompe à chaleur" doit être indiquée.
Des aides financières pour acheter votre pompe à chaleur air-air
L'achat d'une pompe à chaleur air-air n'ouvre plus droit à un crédit d'impôt développement durable depuis 2009. Il existe néanmoins d'autres aides qui vous permettent d’alléger le coût de l’investissement initial : la prime énergie, l’éco-prêt à taux zéro, les subventions de l’Anah, le taux de TVA réduit de 5.5% et, potentiellement, des aides locales.

La prime énergie Total : un virement bancaire
Total a pris la décision de s’engager auprès des particuliers qui entreprennent des travaux afin de réduire leur consommation d’énergie, comme l’installation d’une pompe à chaleur air-air. Cette aide prend la forme d’une prime énergie dont vous pouvez estimer le montant grâce à notre simulateur de prime énergie. Par exemple, pour l'installation d'une PAC air-air dans une maison de 100m2 située à Lyon, vous pouvez recevoir 279 euros de prime. Il s'agit d'un virement bancaire directement effectué sur votre compte à la fin de vos travaux. Elle est cumulable avec les autres aides financières auxquelles vous pouvez prétendre, et vous permet de réduire l’investissement initial inhérent à vos travaux.
Pour bénéficier de la prime énergie, il faut respecter les critères suivants :
• Mon inscription sur le site a été réalisée avant la date de signature de mon devis
• Mes travaux sont réalisés par un professionnel titulaire de la qualification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) correspondant au type de travaux réalisés et valide à la date d’acceptation du devis
• La construction de mon logement est achevée depuis plus de 2 ans
• Je n’ai pas envoyé mon dossier auprès d’un autre programme CEE (en cas de litige, les deux dossiers seraient annulés et aucune prime ne serait versée)
• Le coefficient de performance (COP) doit être supérieur ou égal à 3,9 (mesuré selon la norme EN 14511-2) ;
• La puissance nominale de la PAC est inférieure ou égale à 12 kW
La facture remise par l’installateur doit comporter les informations suivantes :
• Les dates mentionnées sur la facture et sur l’attestation sont les mêmes
• La date d’acceptation du devis est identique à la date d’engagement de l’opération renseignée sur l’attestation sur l’honneur
• Le SIRET du professionnel est le même sur la facture et sur l’attestation sur l’honneur (cadre C et cachet)
• La facture indique :
o La mise en place d’une PAC Air/Air avec sa marque et son modèle (ou marque + référence de l’unité extérieure et de ou des unités intérieures)
o La puissance nominale de la PAC (celle du couple « unité ext/unité(s) int.)
o Le Coefficient de Performance Saisonnier (SCOP) de la PAC (celle du couple « unité ext/unité(s) int.)
o Mes coordonnées (nom, prénom, adresse complète et adresse chantier si différente de mon adresse principale)
Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter notre dossier complet à ce sujet.
Contracter un éco-prêt à taux
La pompe à chaleur air-air s'inscrit pleinement dans le dispositif de l’éco-prêt à taux zéro, à condition qu'elle soit intégrée dans un "bouquet de travaux" destiné à améliorer la performance énergétique de votre habitat. Ce prêt sans intérêt est attribué aux propriétaires, copropriétaires, occupants, sociétés civiles ou bailleurs d'une résidence principale, d'une maison individuelle ou d'un appartement. Il est limité à 20 000 € pour la réalisation de deux types de travaux et à 30 000 € pour trois types de travaux, et il est respectivement remboursable en 10 et 15 ans. Pour savoir si vous pouvez bénéficier de l'éco-prêt à taux zéro, adressez votre dossier aux banques partenaires. Dans tous les cas, les travaux effectués doivent obligatoirement être réalisés par un professionnel certifié et doivent concerner l’isolation, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et/ou la production d’énergie renouvelable.
Subvention de l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH)
Vous pouvez bénéficier d’une subvention de l’ANAH pour la réalisation de travaux concernant l’installation d’une pompe à chaleur air-air. Ces subventions sont notamment soumises à certaines conditions de ressources. Consultez le simulateur d'éligibilité aux aides de l'ANAH pour savoir si vous pouvez les obtenir. Dans tous les cas, votre logement doit avoir plus de quinze ans et être votre résidence principale ou celle de vos locataires. Notre dossier complet sur les aides de l’ANAH peut vous permettre d’en savoir plus à ce sujet.
Des aides locales peuvent éventuellement être obtenues
De nombreuses collectivités locales encouragent financièrement les particuliers désireux de réduire leur consommation énergétique. Ainsi, votre commune, votre département ou votre région proposent peut-être l'octroi de subventions ou d'aides aux administrés souhaitant installer une pompe à chaleur air-air chez eux. Pensez à vous renseigner auprès des administrations compétentes par le biais de leur site internet, ou consultez l'espace Info Energie de votre département.
Le taux de TVA réduit de 5.5% à partir du 1er Janvier 2014
En ce qui concerne les pompes à chaleur air-air, l’État a décidé de ne plus appliquer le taux de TVA réduit à 5,5% sur l’achat de l’équipement. Néanmoins, il est toujours appliqué en ce qui concerne le coût de la main d’œuvre, à condition que votre habitation ait été construite depuis au moins deux ans.
Tout savoir sur la pompe à chaleur air-air
La pompe à chaleur air-air ne fait pas partie des systèmes de chauffage les plus connus. Dès lors, certaines interrogations peuvent exister concernant cette solution. Voici les réponses à quelques questions que vous pouvez vous poser.
Quelle est la durée de vie d'une pompe à chaleur air-air ?
Un système aérothermique de bonne qualité dispose d'une espérance de vie d'environ 20 ans. Pour cela, il est nécessaire de procéder à son entretien régulier et de prendre particulièrement soin de son compresseur qui constitue la pièce la plus fragile de la pompe à chaleur air-air. Pendant cette période, vous serez peut-être amené à remplacer cette pièce. La plupart des modèles vendus aux particuliers bénéficient d'une garantie de 3 ans. Le compresseur bénéficie généralement d'une extension de garantie de 2 ans supplémentaires. Il faut également que la sollicitation de la pompe à chaleur soit la plus régulière possible (éviter les démarrages et arrêts répétés). Pour ce faire, votre installateur doit bien évaluer la puissance nécessaire et suffisante pour chauffer votre habitation. Une fois l’installation effectuée, un professionnel se charge de l’entretien de votre dispositif et remplace certaines pièces si besoin.
Quelle est la différence entre une pompe à chaleur air-air et une pompe à chaleur air-eau ?
Ces deux systèmes ne diffusent pas la chaleur de la même façon. La pompe à chaleur air-air diffuse la chaleur directement dans l’air par ventilo-convection, alors que la pompe à chaleur air-eau transfère la chaleur dans l’eau de chauffage qui va alimenter les émetteurs : radiateurs ou plancher chauffant.
Peut-on utiliser une pompe à chaleur air-air pour l’eau chaude sanitaire ?
La pompe à chaleur air-air n’est pas conçue pour produire de l’eau chaude sanitaire. Si vous recherchez une solution capable d’assurer le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, vous devrez vous tourner vers une pompe à chaleur air-eau ou une pompe à chaleur géothermique.
De quoi est constitué le fluide frigorigène de la pompe à chaleur air-air ?
Le fluide frigorigène est composé de gaz. Il appartient à la famille des Hydro Fluoro Carbones (HFC), parmi lesquels on peut citer des produits tels que le R407C et le R410A. Moins polluants que leurs prédécesseurs - les Chloro Fluoro Carbones - ces composés chimiques sont des gaz très puissants qui nécessitent d'être manipulés par des professionnels certifiés.
Les pompes à chaleur air-air sont-elles bruyantes ?
Depuis quelques années, les fabricants ont largement progressé sur la question des performances acoustiques des pompes à chaleur air-air. Ainsi, la plupart des unités intérieures des pompes à chaleur sont bien plus silencieuses. De leur côté, les modules extérieurs ont un fonctionnement plus sonore, mais celui-ci reste néanmoins très acceptable puisque la plupart d'entre eux ne dépassent pas les 45 dB(A) à 5 mètres, soit approximativement le bruit que peut générer un lave-vaisselle moderne. Les notices d'information doivent nécessairement contenir ce renseignement. Pour ne pas être gêné par le bruit, il convient de bien choisir l’emplacement de la pompe à chaleur. Par exemple, elle ne doit pas être placée à côté de la fenêtre d’une chambre à coucher. Il convient également de veiller à ne pas gêner votre voisinage. D’ailleurs, vous pouvez placer des écrans acoustiques pour limiter d’éventuelles nuisances.
Faut-il entretenir régulièrement le filtre à air de ma pompe à chaleur air-air ?
Votre pompe à chaleur est munie d’un filtre à air qu’il convient de nettoyer régulièrement, afin que votre installation fonctionne de manière optimale. Idéalement, un nettoyage toutes les deux semaines est indiqué. Pensez à ne pas utiliser de produits ménagers ou de solvants pour ne pas endommager le filtre. La bonne méthode consiste à aspirer les poussières présentes sur le filtre, puis de nettoyer celui-ci avec de l’eau savonnée.
Une pompe à chaleur air-air se recycle-t-elle ?
Oui mais pour cela, il faut qu'un spécialiste intervienne pour procéder à son démontage. Ce dernier doit, en effet, récupérer le fluide frigorigène pour procéder à son recyclage. À noter que les modèles très anciens de pompes à chaleur air-air contiennent généralement des fluides aujourd'hui interdits. Ils doivent donc être traités ou détruits par des professionnels qualifiés

WR19-28163 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
merci!
Texte #3
2000 mots
Terminé

Texte à reécrire ( rewriting)
Texte pour mise à jour de notre site *** URL MASQUÉE ***
DOIT ETRE 100% ORIGINAL! A VERIFIER!!!
Dans le texte rédigé l'accent doit être fait sur nos services et sur notre savoir-faire, mais pas une proposition de procéder par soi-même. Exemple: notre société procède comme cela..., vous pouvez faire appel à nous pour votre projet...etc.
Mots clé: créer une trémie, installer l'escalier, projet de création de trémie, comment faire/ créer une trémie

Vous avez décidé d’aménager vos combles ou votre sous-sol en pièce de vie.
Plus d’espace et une plus-value en cas de revente, vous savez que ce projet
présente de nombreux avantages. Mais pour l'accessibilité, vous n'aurez pas
le choix, installer un intérieur sera inévitable. Vous devrez alors définir
l’emplacement de la trémie et calculer ses dimensions pour éviter les
mauvaises surprises à la fin des travaux. Taille de l’escalier, ses dimensions et
sa position, seront à prendre en compte pour créer cette ouverture à l’étage.
Trémie : une ouverture adaptée à votre escalier
La trémie d’un escalier est l’ouverture au sol entre les deux étages. Il s’agit de
l’espace qui permet d’installer l’escalier et de passer d’un étage à l’autre.
La création d’une trémie implique donc de découper une partie de la structure
porteuse de votre sol. Un renforcement de l’ossature est généralement nécessaire
pour maintenir sa solidité.
Faire une trémie dans un plancher d'étage consiste à créer une ouverture suffisante
pour y faire déboucher un escalier qui permettre l'accès à cet étage. La nature et les
caractéristiques du plancher sont à prendre en compte avant de se lancer dans ce
type de travaux. La réalisation d'une trémie est délicate et suppose de bien préparer
le projet.
Voici comment faire une trémie d'escalier.
*** URL MASQUÉE *** l'emplacement de votre trémie
Vous avez plusieurs possibilités pour placer votre trémie. L'emplacement est à définir
en fonction de l'aménagement de l'étage.
 Une trémie placée au centre du plancher vous permet de créer une
distribution équilibrée par rapport au nombre de pièces à réaliser.
 Une trémie placée contre un mur permet de gagner un maximum d’espace.
 Dans le cas d'une pièce sous comble, l'escalier doit déboucher dans la partie
habitable (hauteur de 1,80 m sous rampant) pour ne pas que vous vous
cogniez à la montée ou à la descente.
2.Déterminez la forme et la surface de la trémie
Déterminez la hauteur sous-plafond et la surface au sol disponibles
 La largeur de la trémie doit être au minimum égale à celle des marches.
 La forme et la surface de la trémie dépendent :
o des possibilités d’échappée de l'escalier, c'est-à-dire la hauteur entre
l'extrémité de la trémie et la marche située en aplomb. En général,
cette hauteur se situe entre 2 m et 2,20 m ;
o du reculement offert par le modèle d’escalier, c'est-à-dire son
encombrement au sol.

Conseil : pour un escalier droit, un reculement suffisant est essentiel pour le confort
de montée.
Choisissez le type d'escalier que vous souhaitez installer
 Pour un escalier droit, la hauteur sous-plafond et la surface au sol disponibles
sont déterminantes.
 Si vous n'avez pas le recul nécessaire ou pas assez de hauteur sous plafond,
les modèles à quart tournant ou à paliers sont intéressants.
 De même, l'escalier hélicoïdal est une solution à envisager, car peu
encombrante. Son diamètre détermine la largeur de la trémie et sa forme,
ronde ou carrée.
3.Réalisez le tracé de la trémie d'escalier

Cas 1 : construction sur solives sans plancher
Dans les constructions anciennes, il se peut qu'il n'y ait pas de plancher. L'étage est
uniquement constitué d'un solivage apparent sous lequel est fixé un plafond. Dans ce
cas, tracez le contour de la trémie sur les solives avec une règle et un crayon ou bien
avec un cordeau à poudre.
Conseil : essayez de positionner votre trémie de manière à avoir le moins de
solives possible à couper.
Cas 2 : construction avec plancher sur solives
 Tracez le périmètre de la trémie sur les solives apparentes par en-dessous.
 Percez les planches au ras des solives pour vous repérer sur le plancher
d'étage.
 Reportez ensuite le tracé sur le plancher.
Cas 3 : construction avec dalle béton
Tracez le contour de la trémie avec un cordeau à poudre.
*** URL MASQUÉE *** la structure avec des étais

Avant d’ouvrir le plancher, il est indispensable de renforcer la structure en soutenant
le plafond avec des étais de maçon et un madrier en bois.
 Positionnez vos étais à l’aplomb des solives, au plus près du futur chevêtre.
 Pensez à dégager complément les solives à couper.

 Sécurisez le chantier en protégeant le sol des chutes de bois et de gravats
avec des cartons ou de vieilles couvertures et veillez à ce que personne ne se
trouve en-dessous.
5.Ouvrez le plancher
Cas 1 : solives en bois
Procédez par étapes :
 Tout d'abord, découpez le plafond ou les lames de plancher à la scie.
 Coupez ensuite les solives à la tronçonneuse.
Important : veillez à être dans une position sécurisée et stabilisée avant de
commencer à couper.
Utilisation tronçonneuse
Cas 2 : dalle béton
 Tout d'abord, délimitez le contour de la trémie avec un perforateur-burineur en
vous plaçant sur la dalle.
 Creusez ensuite avec le même outil.
 Sectionnez le treillis soudé de la dalle béton au fur et à mesure avec une
pince coupe-boulon.
6.Réalisez le chevêtre
Il vous faut fabriquer un chevêtre qui assure le report de charges dans le plancher. Il
sera fixé à l’extrémité des solives raccourcies, perpendiculairement à celles-ci. Sa
longueur est calculée de manière à ce qu'il relie les solives d’enchevêtrure, c'est-à-
dire les solives qui forment les côtés de l’ouverture en supportant le gros des
charges.
Important : il est indispensable de doubler le chevêtre et les solives d’enchevêtrure
si l'ouverture est importante. De même, si le chevêtre fait plus de 1,80 m de
longueur, installez des étriers en métal à chaque extrémité pour le soutenir.
Fixez le chevêtre de la manière suivante :
 En premier lieu, clouez les solives d’enchevêtrure contre le solivage en place.
À noter : dans le cas d'un escalier placé contre un mur, fixez les solives
d’enchevêtrure avec des sabots à ailes intérieures fixées avec des tirefonds dans le
mur.

 Fixez ensuite le chevêtre en utilisant des sabots à ailes extérieures.
 Finalisez la fixation en clouant le chevêtre sur l’extrémité des solives
raccourcies.
 Une fois que le chevêtre est posé, vous pouvez démonter vos étais.

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.