Auto-entrepreneur - Un texte

Bien suivre les consignes liees au texte. Ne pas hesiter a me poser des questions.

Texte #1
1450 mots
Terminé

Auto-entrepreneur.
L'idée est de créer une vidéo animée présentant le statut auto-entrepreneur et pourquoi il peut représenter une opportunité pour plusieurs profils de personnes, ou plutôt pour à peu près n'importe qui ! Vous ecrivez le texte de cette video.

La forme:
Nous n'avons pas de volonté de trop pousser service de façon commerciale ( ne pas dire " CRÉER VOTRE AE AVEC LE PORTAIL", mais plutôt, "le portail AE peut vous accompagner dans le lancement de vos projets, vos démarches et la vie quotidienne de votre entreprise"). Nous sommes avant tout un service d'accompagnement, lors de la création mais aussi pour tout ce qui suit (gérer son AE au quotidien, comptabilité et facturation client, informations sur l'actualité et partenariats avec des plateformes pertinentes pour les AE, aide aux déclarations, problèmes éventuels avec l'administration, questions en tout genre).
On peut parler de nos réseaux sociaux et de notre site qui contiennent énormément d'informations à disposition de tous (actualité comme sujets de fond sur la fiscalité, des fiches métiers, des services adaptés à l'auto-entreprise). Nous sommes perçus comme une source fiable d'informations. Ainsi, nous avons déjà été repris à l'Assemblée Nationale et certaines administrations, voir certains ministres nous citent parfois. Nous sommes par ailleurs en contact étroit avec la Fédération Nationale des Auto-Entrepreneurs et; lors de la crise du coronavirus, plusieurs médias ont renvoyé vers nos articles d'actualité spécial AE (BFM, France TV info, CMA du Gard , etc.)

Exemples de personnages pouvant être déroulé pendant la vidéo ( les prénom sont indicatifs :) )
- Bernard a un boulot classique au bureau, il est content, mais il est également ébéniste de formation et continue de travailler le bois sur son temps libre. (réparations, créations etc.) Il ouvre son statut AE pour dégager un revenu à partir de sa passion.
- Bérangère, travailleuse multi-casquette : consultante entreprise , community manager + écrit des articles. L'AE lui permet cette liberté d'action. Son temps est bien occupé avec tous ses clients et utilisation de toutes ses compétences.
- Bruno étudiant. Il aime sortir de temps en temps avec ses amis et il paie un loyer infâme. Après ses cours à l'université ou en école de commerce, il est coursier à vélo ou professeur à domicile, ce qui lui permet de lier les deux bouts.
Déroulé de la vidéo

On vous laisse maître pour le bon déroulé (logique, progression des idées) mais voici les grands points (1 à 8) et leurs détails que nous souhaiterions aborder : N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez des suggestions ou des retours !

1. Point historique sur la création du statut AE
Historique du statut AE et le régime simplifié de la micro-entreprise
L'auto-entreprise a été créée en 2008 (loi de modernisation de l'Économie d'août 2008), dans le but d'inciter à la création d'entreprise dans un contexte plus flexible et simplifié. Aujourd'hui plus de 45 % des créations d'entreprises sont des micro-entreprises et celles-ci sont maintenant pour la plupart rattachées au régime général de la sécurité sociale, ce qui permet une couverture retraite et maladie qui se rapproche de celle des salariés.
"Le régime de l'auto-entrepreneur vise à permettre à tout salarié du privé ou du public d'exercer en parallèle une activité indépendante déclarée en bénéficiant d'une simplification des démarches administratives et fiscales." ( définition wikipedia )
Dans les faits, elle permet à n'importe qui de le faire, que l'on soit salarié ou pas (chômeur, étudiant, retraité, et parfois même mineur).

2. Présentation du statut
Qui est concerné par le statut ?
Presque tout le monde peut ouvrir une auto-entreprise (étudiant, salarié, demandeur d'emploi, fonctionnaire, retraité, dirigeant assimilé salarié). Il faut :
- Être majeur ou mineur émancipé
- Ne pas être déjà travailleur non-salarié (
- Avoir une adresse en France
- Pour les ressortissants hors Union Européenne, être titulaire d'une carte de séjour temporaire autorisant l'ouverture d'une auto-entreprise en France (se renseigner auprès de votre préfecture)

Dans le monde de l'auto-entreprise ( ou micro-entreprise), on distingue trois types d'activités :
- les activités libérales : elles représentent le plus souvent un travail intellectuel de prestation de service, ce que l'on pourrait rapprocher du secteur tertiaire (coaching, conseil en entreprise, etc.)
- les activités commerciales : cela signifie que l'on vent ou loue des marchandises (ou des biens) à des clients (location saisonnière, marchandise, restauration.
- les activités artisanales : cela veut dire que l'on réalise quelque chose ou que l'on propose un service qui nécessite un travail ou un savoir-faire manuel (plombier comme créateur de bijoux ou photographe de mariage).
Ensuite on fait la différence entre les activités artisanales et commerciales qui relèvent uniquement de la prestation de service et celles qui relèvent de l'achat-vente.
L'achat-vente suppose que vous devez acheter une matière première qui constitue, transformée ou non, ce que vous vendez à votre client ensuite. Par exemple, un plombier réalise uniquement de la prestation de service. Même s'il a acheté ses outils, il ne les vend pas à son client donc ce n'est pas l'objet de son activité. En revanche, un créateur de bijoux fait de l'achat-vente car il achète les pièces détachées qu'il vend ensuite assemblées sous la forme de bijoux. C'est le but de son activité, revendre ce qu'il a acheté auparavant sous une forme destinée au client final.

Comme l'auto-entreprise est un régime intéressant, des plafonds de chiffre d'affaires ont été définis. Au-delà de cette limite, vous devrez créer une entreprise classique (SASU, EI, EIRL).
Pour toutes les activités d'achat-vente (incluant les prestations d'hébergement), le plafond de chiffre d'affaires HT est de 176 200 € par an en 2020. Pour toutes les activités de prestation de service (ce qui inclut toutes les activités libérales), le plafond de CA HT est de 72 500 € par an en 2020.
Pourquoi cette différence ? Car l'achat-vente nécessite d'acheter du matériel ce qui constitue des dépenses de bases plus importantes que l'on retrouve dans le prix de vente et qui ne font pas partie de l'argent que va vraiment gagner l'auto-entrepreneur.

En auto-entreprise, on est exempté de TVA jusque certains plafonds.
Cela permet aux auto-entrepreneurs d'avoir des tarifs compétitifs par rapport au reste du marché et leur épargne quelques activités administratives supplémentaires. C'est ce qu'on appelle la franchise en base de TVA.
Les plafonds varient de la même façon qu'avec le chiffre d'affaires :
Pour les activités de prestations de services (activités libérales incluses) : 34 400 € pour 2020
Pour les activités d'achat-vente (commerciales ou artisanales) : 85 800 € pour 2020
Presque tout le monde peut ouvrir son AE mais peut-on exercer tous les métiers et toutes les activités ?
La réponse est non : toutes les activités ne sont pas compatibles avec l'auto-entreprise, notamment celles qui sont particulièrement encadrées.
Voici les activités exclues :
les activités agricoles relevant de la MSA (Mutualité Sociale Agricole)
les activités relevant de la TVA immobilière : marchand de biens, agent immobilier…
la location d’immeubles non meublés ou professionnels
les activités artistiques rémunérées par des droits d’auteur
le commerce de véhicules neufs dans l’Union Européenne
les officiers publics et ministériels : notaire, huissier, magistrat, expert-comptable…
les professions libérales relevant d’autres caisses que la Cipav ou la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI)
certains professionnels de santé : médecin, sage-femme, infirmier, pharmacien, chirurgien-dentiste, vétérinaire…
les agents généraux et les agents d’assurances
certaines activités financières : opérations sur les marchés à terme, sur les marchés d’option négociable, sur les marchés de bon d’option.
les activités de production littéraire ou scientifique
Pour simplifier, tous les métiers liés à la santé, la loi, l'agriculture et le service public sont en général exclus.
Doit-on fournir un diplôme ou bénéficier d'une expérience pour exercer en tant qu'auto-entrepreneur ?
Pour certaines activités, un diplôme, une formation ou des années expériences professionnelles vous seront demandées car ces activités sont réglementées. C'est par exemple le cas des coachs sportifs.
La liste des activités soumises à diplôme ou formation se trouve sur notre site internet : https://www.portail-autoentrepreneur.fr/statut-auto-entrepreneur

3. Pour qui concrètement ?
les personnes qui ont une passion
celles qui sont au chômage partiel ou au chômage tout court car les allocations sont maintenues en cas de création d'entreprise
celles qui ont besoin d'un complément de revenus (pour travailler par exemple sur des plateformes d'offre de mission comme TaskRabbit ou comme livreur à vélo)
celles qui veulent se lancer en douceur, voire tester une nouvelle idée sans prendre de gros risque (en restant salarié à côté ou avant de créer une société type SARL) puisqu'on ne paie de charges que sur ce qu'on gagne.
ceux qui sont sûrs d'eux et veulent se lancer dans une forme d'entreprise qui ne nécessite pas beaucoup de paperasse : les formalités de créations sont simples et plus rapide que pour une société ou entreprise classique
ceux qui recherchent une première étape vers leur indépendance professionnelle : premier petit boulot ou développement d'une activité en parallèle de celle de salarié avant d'éventuellement transformer l'essai.
les slasheurs : adeptes d'une activité salariée en plus d'une activité d'AE en parallèle.

4. Avantages pour le créateur
On continue de percevoir ses aides sociales : on peut donc créer son AE et continuer de percevoir le chômage
On peut être AE et salarié à plein temps (il n'y a pas d'interdictions sauf clauses spécifiques à certains contrats)
On ne paie des charges que sur ce que l'on encaisse : donc si on n'est pas sûr de soi, on ne perd rien
Les taux de charges et d'impositions sont avantageux et faciles à calculer
On n'est pas redevable de la TVA en dessous d'un certain plafond (34 400 € et 85 800 € selon l'activité), ce qui peut nous rendre de fait plus compétitif sur nos tarifs sans pour autant rogner sur sa marge.
Les statuts peuvent se créer en quelques minutes et les obligations comptables sont moindres que pour les autres formes de société. Il suffit de tenir un livre des recettes et de facturer dans l'ordre chronologique. Pas de bilan comptable et autres comptes fastidieux à tenir.
De nombreuses aides existent pour la création d'AE : de l'ACRE qui permet de payer encore moins de charges pendant sa première année, l'ARCE, le Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise, le NACRE, le maintien des allocations (ARE, ASS, RSA), la Prime d'Activité, des prêts facilités (micro-crédits, prêts sur l'honneur), subventions et aides pour publics plus restreints (personnes handicapées, femmes -eh oui),.
On continue de cumuler des droits à la formation professionnelle : un AE peut donc continuer de se former tout au long de sa carrière d'indépendant.
Les AE cotisent à la sécurité sociale : ils sont couverts pour leurs dépenses de santé comme n'importe quel employé (mutuelle exclue) et cotisent à la retraite. Si on est rattaché au Régime Général on bénéficie également d'indemnités journalières (mais pas si on est à la CIPAV donc activité libérale réglementée créée après le 1er janvier 2018)
En gros, c'est facile et flexible (et c'est le statut idéal pour travailler depuis chez soi en indépendant)

5. Des avantages pour la société française également (perspective un peu plus macro-économique)
relance de l'activité économique
permet à certaines personnes de sortir d'un système d'emplois précaires et mal rémunérés
plus d'entreprise = plus de concurrence = une offre diversifiée = une dynamique économique amplifiée et un éventuel goût pour l'innovation et les solutions alternatives (fonder son AE peut forcer à se montrer imaginatif)
Diversification de l'activité économique française

6. Les points à surveiller si on veut devenir AE
Attention à ne pas dépasser les limites de chiffre d'affaires. Si on pense faire plus, il vaut peut-être mieux opter pour une forme et un régime différent, qui ne comporte pas de plafonds.
Les bonnes professions : on ne peut pas exercer toutes les activités
L'ubérisation et le salariat déguisé : certains AE répondant à des offres de missions sur une même plateforme ou travaillant pour peu de clients (voire un seul client) mais pendant la majorité de leur temps doivent faire attention à ne pas tomber dans une situation de salariat déguisé. CF jugement de mars 2020 concernant un chauffeur Uber dont le contrat a été requalifié.
Connaître son marché : avant de se lancer, il convient de savoir dans quelles conditions on se lance, quels seront nos clients potentiels, comment on pense les trouver, et quelles prestations on souhaite vendre exactement.
Se protéger des factures non payées : il existe souvent une latence entre le moment où on facture son client et le moment où cette facture est payée en AE. Souvent, on parle de 30 jours... Et souvent, les clients paient en retard ou parfois même jamais.
Penser aux CA minimaux pour valider ses trimestres de retraite et au fait que les IJ sont plus faibles que si on est salarié tout de même (voire pas d'IJ si on est à la CIPAV)

7. Le Portail AE
Depuis 2014, nous avons accompagnés plus de 140 000 création d'auto-entreprise.
Pourquoi utiliser les services du Portail AutoEntrepreneur ?
À accompagner les AE de la création de leur AE à toutes les démarches nécessaires à la bonne vie de celle-ci.
création du statut pour ne pas se tromper de code NAF, ne pas faire d'erreur dans le formulaire de création, échanger avec les CFE si problème dans la création.
Une fois le statut créé : on vous explique tout sur vos déclarations, dès que vous avez un doute ou un problème vous pouvez nous appeler ou nous contacter par mail (en plus vous avez un conseiller attitré).
Dans votre espace personnel il y a également des outils pour réaliser toutes vos factures conformes et simplement mais aussi pour suivre tous vos encaissements et vos déclarations de CA. Bref, un outil de comptabilité performant et 100 % en ligne.
On vous informe de toutes les dernières modifications liées au statut directement par mail.
Vous pouvez donc créer votre entreprise l'esprit léger et vous consacrer à ce que vous faites le mieux : votre activité (et non pas les problèmes administratifs).
Si vous souhaitez vous lancer, vous pouvez également vous faire accompagner !

Point vocabulaire
Avec l'auto-entreprise, certains thèmes peuvent paraître obscurs ou sont sujets à confusion. Voici un lexique de termes qui nous semblent centraux et que vous pouvez expliquer.
micro-entreprise vs auto-entreprise : pas de différence depuis 2016. Micro-entreprise = terme officiel et auto-entreprise= terme usuel.
TVA et franchise de base en TVA = les auto-entrepreneurs sont par défaut non soumis à la TVA et ce jusqu'à un certain plafond.
Plafond de chiffre d'affaires : les plafonds de chiffres d'affaires sont l'argent total encaissé par un auto-entrepreneur au cours d'une année. Selon son activité, les plafonds varient : 176 200 € par an pour les activités d'achat/revente et commerce car on vend beaucoup mais gros coût de matière première sur le prix. 72 500 € pour les activités de service. Comme le statut AE est intéressant au niveau des charges, il faut mettre des plafonds pour que les indépendants les plus "riches" n'en profitent pas outre mesure.
Chiffre d'affaires encaissé = le chiffre d'affaires c'est pas ce qui a été facturé mais ce qui a été encaissé, autrement dit ce qui est tombé sur le compte bancaire au mois dont on parle. D'ailleurs c'est pour cela que certains AE n'ont pas tout de suite vu de chute de leur CA en mars 2020 au début de la crise du coronavirus car leurs clients leurs versaient les factures des mois antérieurs...
Versement libératoire = c'est ce qui permet de payer l'impôt sur son activité d'AE (impôt sur le revenu car l'AE est une personne physique) avec un chiffre fixe indexé sur le revenu et donc le CA. Le pourcentage varie selon l'activité (entre 1 et 2,2 %)
Revenu vs chiffre d'affaires = le chiffre d'affaires c'est tout ce que vous avez encaissé. Le revenu c'est ce que vous avez encaissé moins un abattement. En gros le revenu c'est un peu ce qui devrait être votre salaire net ou votre bénéfice par rapport au brut (car vous avez forcément des charges directes ou indirectes pour votre activité).
Abattement : l'abattement c'est ce qui permet de calculer votre revenu. Il varie en fonction des activités (donner les pourcentages 34, 50,71 %). C'est donc le pourcentage évalué de vos coûts de fonctionnement, même si ce n'est pas présenté ainsi.
RCI, SSI, URSSAF, CIPAV, CMA, CPSTI et CCI qui est qui ?
RC-Pro ou responsabilité civile. Ce sont vos assurances de responsabilité civile. Elles vous permettent d'être couverte pendant l'exercice de votre activité (assurer vos biens matériels comme les dommages physiques ou matériels qui peuvent être causés)
Cotisations sociales et fiscales = ce sont les cotisations que vous payez au titre de votre activité. Les cotisations fiscales c'est tout simplement votre impôt sur le revenu au titre de votre activité d'AE. Les cotisations sociales c'est tout ce qui vous couvre à court comme à long terme (maladie, parentalité, retraite, invalidité...)
Quelques chiffres de l'INSEE sur la création d'entreprise et de ME
https://www.insee.fr/fr/statistiques/4289603
25 % de hausse de création de ME en 2019 par rapport à 2018
Activités plébiscités en ME : service à la personne (ménage, beauté, services personnels), conseil aux entreprises, coaching en tout genre et transports (comprendre chauffeur VTC et livreur à vélo)
Créateurs d'entreprise individuelle (ME compris) : en moyenne 36 ans
40 % de femmes
ip1790_INSEE_creation2019.pdf

CR18-16063 a été choisi pour la rédaction de ce texte.