Référencement

SEO pour les Nuls : Comment rédiger du contenu SEO

Publié par Camille

guide-pratique-SEO

La SEO, de l’anglais Search Engine Optimization, est un terme anglais qui définit des méthodes d’optimisation pour les moteurs de recherche. Si un site n’est pas connu et qu’il n’a aucun visiteur, il ne sert pas à grand chose. L’objectif de la SEO est donc de permettre à votre site de se faire connaître sur la toile.

Les grandes notions de la SEO

Sa définition technique énonce que la SEO recherche l’optimisation de la visibilité d’un site Internet lors des choix faits par les moteurs de recherche afin de le rendre plus populaire. Cette technique se base sur plusieurs méthodes qui visent toutes à la même chose : apporter un maximum d’informations aux robots d’indexation de contenus qui vont alors positionner un site plus haut dans les résultats de recherches des internautes. L’objectif est donc, par le biais de recherches de mots-clés, d’apparaître au plus haut dans les résultats des moteurs de recherche. On considère qu’un site est bien placé lorsqu’il se situe sur la première page des résultats de recherche, et au mieux dans les 5 premières places.

Vous cherchez à faire rédiger des fiches produit articles de blog contenus web

Trouvez facilement un rédacteur professionnel sur Redacteur.com
Commander des textes
Des milliers de rédacteurs freelance sont disponibles pour vous répondre

Deux phases pour la SEO

La phase de référencement désigne tout le travail qui est fait pour porter un site à la connaissance des internautes. Elle est définie comme la relation qui est mise en place entre un site web et un moteur de recherche. Cette mise en relation se fait par des outils tels que des audits, des soumissions de textes, des recherches de mots-clés, etc.

La phase de positionnement est l’aspect performance de la SEO. Il s’agit de mettre en place une politique de meilleure place possible pour le site, afin de lui permettre les premières places des moteurs de recherche. Le positionnement, véritable stratégie web, doit être suivi dans le temps, il ne s’agit pas que d’un travail de quelques mois. En effet, une fois le positionnement mis en place et bien réalisé, il est important de sans cesse surveiller l’arrivée de nouveaux concurrents afin de ne pas retomber dans le bas du classement. Il faut donc anticiper toute concurrence pour conserver sa place dans les résultats.

Comment réussir à avoir un bon positionnement sur les moteurs de recherche sans se ruiner avec les campagnes Adwords ? Réponse : en travaillant son référencement naturel. Place au contenu web. Mode d’emploi en 10 conseils.

Essayez maintenant Redacteur.com

Redacteur.com permet de sous traiter la création de tous vos textes à des professionnels de la rédaction web. Ainsi, vous pouvez créer facilement beaucoup de texte de qualité et sans faute.

Capture d’écran 2016-08-02 à 11.35.40

1. Rédiger des titres accrocheurs

Le titre, c’est l’accroche du texte, il est donc indispensable. Il doit refléter le sujet de l’article, mais ne pas se limiter à une succession de mots-clés. Il doit donc être extrêmement réfléchi, pas trop long (pas plus de 65 caractères en général) mais susciter l’envie de lire le texte tout de même.

Il s’agit de la partie à soigner le plus, c’est la première chose que le lecteur va voir lorsqu’il va vouloir cliquer sur votre site. Pour rédiger de bons titres pour le référencement, il faut que vos titres  soient accrocheurs, avec des mots précis et choisis stratégiquement.  Le but du titre  ? Donner envie aux internautes de rester sur la page ou de cliquer pour aller lire la suite.

2. Proposer un contenu de qualité

Pour avoir un bon contenu, il est évident qu’il faut l’écrire soi-même et éviter à tout prix la duplication de contenu, banni par Google Panda. Il est important de produire un contenu original et inédit. Toute duplication est repérée par les robots d’indexation et sanctionnée.

3. Rédiger souvent

Il s’agit d’une règle primordiale pour permettre à votre site une meilleure optimisation et un bon suivi des internautes. Bien évidemment, la duplication de contenus d’autres sites est fortement déconseillée, au risque de se faire bannir par Google et de décrédibiliser votre site. L’utilisation de mots clés est importante puisque c’est ce qui va permettre aux visiteurs surfant sur Google d’arriver sur votre site. Enfin, un bon référencement naturel passe par une mise à jour régulière des contenus, pour inciter vos internautes à revenir plusieurs fois sur votre site.

Le meilleur moyen d’être suivi par des internautes, et donc par les robots d’indexation, est d’animer votre site le plus régulièrement possible. Il n’est pas nécessaire d’écrire un article toutes les 5 minutes, mais un contenu sans cesse renouvelé n’apporte que des bénéfices   : plus vous mettez à jour vos contenus, plus le robot GoogleBot viendra sur votre site et plus vos internautes viendront le visiter. Il s’agit véritablement d’un cercle vertueux  !

4. Pas d’accumulation de mots clés

Il est plus sûr et plus intelligent de créer un contenu de qualité que de chercher à y inclure tous ses mots clés. Il s’agit encore une fois d’une pratique très mal vue dans la communauté web et sanctionnée par les moteurs de recherche (risque de blacklisting). Quant à la question de savoir combien de mots clés il faut introduire par article, Matt Cutts a répondu clairement à cette question dans une vidéo : il n’y a pas de densité idéale de mots clés.

5. Ecrivez sur ce que vous connaissez

A chacun sa spécialité. Il est important de s’en tenir aux thèmes définis dans la charte éditoriale de votre site. Ne vous dispersez pas sur des sujets hors périmètre et soyez fidèle à la ligne éditoriale définie au début. A vous de trouver les sujets qui sauront intéresser vos lecteurs en multipliant les angles d’approches, les sujets de fond et d’actualité, les types de contenus (articles, brèves, dossiers…). Appliquez les règles de rédaction web aux sujets que vos lecteurs ont envie de lire.

6. Choisir des images pertinentes

Soignez la qualité des images sur votre site. Il existe des bases de données de photos qui proposent un panel de visuels classés par thème. Les visuels sont un élément moteur pour retenir un lecteur sur un site. Si vous utilisez des images gratuites accessibles dans Google Images, vérifiez qu’elles sont libres de droits, en utilisant l’assistant Search de Google images par exemple.

7. Optimisez vos images pour le  référencement

Pensez à alimenter l’attribut ALT des images pour améliorer le référencement de vos visuels.

Les images, parce qu’elles sont des images, ne sont pas référencées. Il faut alors trouver de bonnes combines pour leur permettre d’avoir un impact dans votre site. Petite piqûre de rappel des différentes méthodes…

Bien indexer ses images…

La méthode la plus importante pour bien référencer une image est sans conteste l’indexation. L’indexation d’une image n’est pas aussi simple que l’indexation de pages. Et pour cause :

  • aucun formulaire n’existe pour l’indexation d’une ou de plusieurs images.
  • le système de Sitemaps n’est pas présent pour les images.
  • Google n’indexe pas en continu, il faut donc être patient !

 

Pour avoir un aperçu des images de votre site qui sont indexées ou non par Google, vous pouvez tout simplement faire une recherche en tapant « Site : votresite.com » dans Google images.

Critères utilisés par les moteurs de recherche

Il y a différents critères pris en compte pour le référencement de vos images, notamment :

  • l’attribut ALT, contenu dans la balise img, qui permet la description courte de l’image. Attention à ne pas écrire un paragraphe entier ou une succession de mots clés ! Il faut une phrase courte qui corresponde parfaitement à la description de l’image.
  • l’attribut Title, il s’agit de l’attribut de la balise img, et non la balise title de la page. Il n’est pas pris en compte par les moteurs de recherche mais les internautes le voient, il est donc positif de le remplir.
  • le nom de fichier, utile si vous gérez vos images une par une et que vous en avez peu. Dans ce cas, il est utile de mettre des mots clés en rapport avec l’image, d’utiliser de bon séparateur, comme les tirets, d’oublier les caractères spéciaux, et enfin de choisir le format JPEG plutôt que les formats PNG ou GIF.
  • la légende, située au dessous ou au dessus de l’image. Les moteurs de recherche analysent le contexte de l’image et se basent dessus. Il vaut mieux utiliser des termes qui ne sont pas dans l’attribut ALT pour un meilleur référencement.
  • le fichier robot.txt, qui peut bloquer l’indexation des images. Il faut alors vérifier que l’indexation est possible dans le fichier robots.txt.

8. Structurez vos contenus

Il est conseillé de mettre les titres en H1 et les sous titres en H2, ce qui vous permettra de faire un tri dans vos idées et de faire ressortir les plus importantes.

9. Alimentez les métas descriptions

La meta <description>  est une description de votre contenu en 150-200 caractères. C’est une partie très importante de l’optimisation de votre site car elle correspond au texte qui apparait sous le titre dans les résultats de recherche. Soignez vos titres et vos descriptions (balises TITLE et DESCRIPTION) pour qu’ils donne envie de lire la suite.

10. Optimisez le maillage interne

Enfin, pour un meilleur référencement naturel, il est vivement conseillé d’améliorer son maillage interne. En effet,  Google est de plus en plus vigilant à la qualité de navigation d’un site web et recherche les liens de navigation pertinents. L’ancre de vos liens contextuels est un facteur d’optimisation SEO primordial.  L’ancre correspond au texte de votre lien hypertexte : une ancre optimisée doit ressembler de préférence aux requêtes visées par les internautes.

En webmarketing, le maillage interne définit l’ensemble des liens reliant les différentes pages d’un même site entre elles. Cette pratique est destinée à améliorer la navigation au sein d’un site, et par conséquent l’expérience utilisateur, mais le maillage interne s’inscrit aussi dans les bonnes pratiques d’optimisation SEO.

En effet, un maillage interne efficace est donc un des leviers dans l’amélioration du référencement naturel. Cela va permettre aux moteurs de recherche d’accéder à certaines pages moins visibles d’un site web, et leur démontre également la cohérence et la complémentarité des différentes pages d’un site, gage de qualité du site.

Voici donc quelques conseils qui pourront vous aider à y voir plus clair pour construire votre maillage interne.

La cohérence des liens

Pour construire un maillage interne efficace et crédible pour les moteurs de recherche, une des premières règles à respecter est la construction de liens cohérents avec des pages de destinations qui apportent une vraie valeur ajoutée à l’internaute.

Dans un souci de cohérence, il est donc préférable de linker entre elles des pages correspondant à une thématique commune.

Le maillage interne est également une aide à la navigation qui, comme nous l’avons dit, a notamment pour but d’améliorer l’expérience utilisateur. Il doit donc permettre une navigation fluide et logique entre les pages du site. Ainsi, il fait naturellement ressortir la cohérence de votre site aux yeux de Google.

La position des liens

Maillage interne : 4 bonnes pratiques

Pour un maillage interne réussi, le positionnement des liens sur votre page web joue un rôle important.

En effet, des liens placés au niveau de la ligne de flottaison seront plus puissants en terme d’optimisation SEO, cela supprime la nécessité de scroller pour les voir apparaitre, ils sont donc plus visibles également pour les moteurs de recherche.

Par exemple, l’utilisation d’un fil d’Ariane est un moyen efficace pour justement positionner automatiquement des liens internes dans cette ligne de flottaison.

L’importance de l’ancre

L’ancre du lien est le mot ou l’expression sur lequel sera appliqué le lien, l’ancre ressort généralement d’une couleur différente du reste du contenu texte afin de l’identifier clairement.

Les mots choisis pour définir l’ancre du lien sont donc importants et doivent correspondre au contenu de la page de destination.

Cela permet une navigation fluide et de qualité pour l’internaute, afin de ne pas le décevoir, il faut donc éviter de lui promettre une information dans l’ancre qu’il ne retrouvera pas sur la page de destination, ce qui est très mauvais en terme d’expérience utilisateur et de crédibilité.

Si possible, il est intéressant d’insérer des mots-clés à l’intérieur d’une ancre, mais attention ceux-ci doivent être pertinents par rapport au contenu de destination pour apporter de la valeur à votre optimisation SEO.

Afin de donner plus de poids à votre maillage interne, il est également conseillé d’éviter les ancres généralistes et n’apportant aucune indication quant au contenu ciblé, telles que :

  • Cliquez ici
  • En savoir plus
  • Plus de détails
  • Etc…

Il est recommandé de varier les ancres et de ne pas toujours choisir les mêmes expressions.

Il faut faire attention à la sur-optimisation, des ancres placées régulièrement sur les mêmes expressions, pointant souvent vers une même page web, ne seront plus considérées comme naturelles par les moteurs de recherche et peuvent être dommageables pour votre SEO.

Privilégier la qualité et non la quantité

Maillage interne : 4 bonnes pratiques

Le but du maillage interne n’est pas d’ajouter une grande quantité de liens sur une page web, le but est d’ajouter des liens internes qui apportent un plus à la qualité de votre contenu.

Par exemple, un article de blog comprenant uniquement 2 ou 3 liens correctement positionnés, pointant vers un contenu cohérent qui apporte une information utile au lecteur sera plus efficace en terme de SEO, qu’un article de blog proposant un lien tout les 10 mots qui n’apporte finalement pas grand chose au contenu.

Ce genre de pratique aussi peut être vue comme de la sur-optimisation SEO par les moteurs de recherche et donc être pénalisante, votre maillage interne perdra donc de son intérêt.

11. Obtenir de nombreux liens externes

Pour qu’un site obtienne un bon référencement naturel, un ajout de liens externes est plus que conseillé. Ces liens, appelés backlinks (traduisez « retour en arrière »), permettent aux visiteurs qui cliquent sur un mot clé d’aller directement sur un autre site, ou une autre page de votre site. Entre autre, Google se base sur ces mêmes backlinks pour ordonnancer les sites internet. La règle est alors simple : plus vous faites de liens externes, meilleur est votre positionnement.

12. Privilégier un netlinking de qualité

Ce n’est pas parce que les backlinks permettent une meilleure place dans les moteurs de recherche tels que Google qu’il faut pour autant négliger la qualité des liens. Ceux-ci ne sont d’aucune utilité s’ils sont trop nombreux et de mauvaise qualité. Pour être de bonne qualité, le mot d’ancrage du lien doit être particulièrement réfléchi, il s’agit de trouver le meilleur mot possible pour ce lien. Les ancrages du type « Le lien par ici » sont donc à éviter.

13. Site toujours disponible

Cela paraît logique mais si votre site est momentanément indisponible ou s’il l’est plus souvent, cela devient problématique pour vos visiteurs. C’est aussi le cas pour Googlebot, le robot d’indexation de Google, qui peut baisser votre positionnement s’il tombe trop souvent sur des pages d’erreurs 404, si le serveur bloque l’accès ou si la page met trop de temps à se charger. Il est donc bon de vérifier très souvent la disponibilité de votre site.

14. Appliquer la réécriture URL

Si une URL est trop compliquée, alors l’internaute aura forcément du mal à la retrouver, d’où l’intérêt d’avoir une URL simple, comprenant votre nom de domaine, suivie de mots-clés, et non de code chiffré.

Camille
SEO pour les Nuls  : Comment rédiger du contenu SEO
5 (100 %) 3 votes

12 Commentaires

Laissez un commentaire