Confiez la rédaction de votre content marketing à nos rédacteurs professionnelsDécouvrir15 000 rédacteurs • 50 spécialités

Ne pas écrire en français pour ensuite traduire en anglais

Sur Redacteur.com, profitez de l'expertise d'un conseiller personnel et du savoir-faire des rédacteurs professionnels pour votre content marketing. En savoir plus 

Différence anglais-français

Pour écrire un texte en anglais, même un simple devoir, je conseille, aussi évident que ça puisse paraître, de faire un effort. Autrement dit d’écrire dès le départ des phrases simples en anglais, sans passer par les cases écriture en français puis traduction automatique. Ce qui revient ni plus ni moins qu’à penser en anglais.

L’anglais a tendance à être plus concis et plus direct. Si vous écrivez d’abord en français pour traduire ensuite, vos phrases risquent fortement de refléter votre façon si française de penser. C’est difficile d’établir des règles générales mais on peut identifier certaines structures qui sont plus fréquentes en français qu’en anglais… et qui sont donc à éviter.

Par exemple, en anglais, on va moins souvent commencer les phrases par un adjectif ou un participe passé : «Intéressée par le poste proposé, je bla-bla-bla… » ; On va rarement séparer le sujet du verbe en ajoutant une apposition : « La société, fort de son expérience dans les technologies nouvelles, a décidé… ».

Comment faire alors pour penser en anglais ?

Un premier pas logique consiste à commencer par lire en anglais. Pour faciliter la tâche, choisissez un sujet que vous maitrisez et qui vous intéresse.

Vous cherchez à faire rédiger des fiches produitarticles de blog contenus web

Trouvez facilement un rédacteur professionnel sur Redacteur.com
Commander des textes
Des milliers de rédacteurs freelance sont disponibles pour vous répondre

Et puis, cherchez à repérer vos erreurs les plus fréquentes. Vous pouvez aussi étudier puis éviter les erreurs courantes des francophones (en rouge ci-après) qui sont dues à :

  • l’utilisation de l’article défini alors qu’il n’en fallait pas : « She is afraid of facing the reality of the death »
  • l’utilisation de la mauvaise préposition : « They have known each other since ten years. »
  • une confusion entre pronoms : « The first picture, who was taken by me, is the one of a typical tourist destination. »
  • la mauvaise négation : It is not possible anymore to keep her as an employee.
  • des temps des verbes qui ne se concordent pas : « They boarded the plane on time but it has taken off late. »

Là, ce n’est que le début d’une liste bien plus longue ! Sans parler de toutes les différences de ponctuation. Mais il faut bien commencer quelque part. Il faut étudier les expressions idiomatiques et les règles grammaticales spécifiques à l’anglais. Ensuite, il faut se lancer : écrire, écrire, et écrire. Relire, relire et relire. Et ne pas oublier d’utiliser le vérificateur d’orthographe ! Et quand on est dans un contexte professionnel, suivre une formation pour mieux rédiger en anglais parait vivement conseillé, à plus forte raison quand elle se déroule entièrement en anglais. Don’t you think ?

Noter cet article
Commandez rapidement vos prochains contenus web sur Redacteur.comVoir les tarifsÀ partir de 0,03 € / mot

Ajouter un commentaire

Confiez la rédaction de votre content marketing à nos rédacteurs professionnelsDécouvrir15 000 rédacteurs • 50 spécialités
Asset 1
Chaque jour, des conseils d'experts
pour votre stratégie content marketing.