Contenu web

La méthode Aida : une formule magique pour le content marketing

La méthode AIDA en content marketing
Publié par Léo Chatillon

Aida.

Ce nom ne fait ni allusion à une femme ni au célèbre opéra de Giuseppe Verdi, mais bien à une méthode de vente et de marketing éprouvée, qui peut tout à fait être exploitée en content marketing.

« Aida » est en fait l’acronyme des 4 mots suivants :

  • Attention
  • Intérêt
  • Désir
  • Action

 

Vous cherchez à faire rédiger des fiches produit articles de blog contenus web

Trouvez facilement un rédacteur professionnel sur Redacteur.com
Commander des textes
Des milliers de rédacteurs freelance sont disponibles pour vous répondre

Mais de quoi s’agit-il exactement ?

D’une feuille de route que peuvent suivre les marketeurs et rédacteurs lors de la conception d’un contenu à visée commerciale : fiche produit, email marketing, et bien d’autres…

Son invention est attribuée à Elias St. Elmo Lewis (1872 – 1948), l’un des plus anciens théoriciens de la publicité, qui la résumait ainsi : attract attention, maintain interest, create desire, get action (« attirer l’attention, maintenir l’intérêt, créer le désir, inciter à l’action »).

Et sa méthode fait encore ses preuves après plus d’un siècle !

Pour mieux comprendre, décryptons les 4 composantes du modèle AIDA et apprenons comment les appliquer.

 

La méthode AIDA en content marketing

 

Attention

Tout contenu web digne de ce nom doit d’abord attirer l’attention de l’internaute et lui donner envie de lire (article, livre blanc, etc.) ou de regarder (vidéo, infographie…)

C’est le b.a.-ba de toute action de marketing ou de publicité.

Mais comment capter l’attention de façon concrète ?

Il y a plusieurs leviers à travailler pour « attirer le regard » et faire remarquer un contenu dans la jungle du web, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans un email marketing ou dans les résultats de recherche Google.

Le plus important est sans doute le titre : c’est la première chose que voient vos lecteurs, quel que soit le canal par lequel ils découvrent votre contenu (médias sociaux, SEO, etc.)

Et s’il ne les captive pas, autant dire qu’aucun d’entre eux n’ira plus loin dans sa lecture.

C’est pourquoi rédiger des titres accrocheurs pour vos articles, e-books et autres est capital.

Un autre élément fondamental est l’illustration.

Son impact est particulièrement élevé sur les réseaux sociaux :

  • Les tweets contenant une image reçoivent 150 % de retweets en plus (source) ;
  • Les publications Facebook contenant une image génèrent 2,3 fois plus d’engagement (source).

 

Ces chiffres illustrent bien la capacité des images à capter l’attention des internautes : un bon texte doit donc systématiquement être accompagné d’une bonne illustration.

 

Intérêt

Attirer l’œil ne suffit pas : il faut ensuite éveiller l’intérêt du lecteur.

C’est là qu’intervient le châpo, un concept bien connu des journalistes : il s’agit des quelques lignes qui précèdent le corps principal d’un article.

Son but est, à l’instar du titre, d’encourager le lecteur à poursuivre leur lecture (en suscitant son intérêt).

Mais peut-on appliquer le principe du chapeau à un contenu web ?

Oui : les premières lignes d’un texte sont, dans tous les cas, déterminantes pour intéresser le lecteur.

Mais on peut voir encore plus loin en utilisant avantageusement la méta-description.

En renseignant bien la méta-description de chacun de vos contenus, celle-ci fera office de châpo sur les réseaux sociaux :

La méta description sur Facebook

Mais aussi dans les SERP Google (bien que cela ne soit pas systématique) :

Meta-description en content marketing

Vous voyez ainsi que, quel que soit le canal par lequel l’internaute trouve votre contenu :

  • Son attention est captée par le titre (et l’image sur les médias sociaux) ;
  • Son intérêt est suscitée par le chapeau / la méta-description, qui va plus loin que le titre tout en conservant un certain « suspens », donnant ainsi envie de poursuivre la lecture.

 

 

Désir

Maintenant que le lecteur est intéressé, la méthode AIDA nous indique qu’il faut susciter du désir chez lui.

Pour ce faire, le moyen le plus puissant est de prouver les bénéfices de ce que vous cherchez à vendre et d’augmenter votre crédibilité.

Une page de vente (ou tout autre contenu) ne doit pas se contenter d’être une série de promesses.

Sinon, votre lecteur risque fort de ne pas y croire : d’où l’importance d’étayer vos propos par des éléments tangibles.

Une bonne solution est d’utiliser des témoignages

 

Action

Vous avez capté l’attention de votre lecteur, suscité son intérêt et attisé son désir, mais le plus dur reste à faire : l’inciter à passer à l’action.

Qu’il s’agisse de faire un achat, de télécharger un livre blanc ou encore de s’inscrire à une newsletter, les possibilités d’actions sont nombreuses : le tout est d’aboutir à une conversion.

Pour ce faire, votre contenu doit absolument inclure un ou plusieurs call-to-action qui peuvent prendre la forme d’un lien, d’un bouton, d’une bannière, etc.

Mais, parfois, un simple call-to-action n’est pas une incitation suffisante pour vos prospects.

On peut alors employer certaines techniques de vente pour finir de convaincre :

  • Faire une réduction de prix ;
  • Jouer sur la notion de rareté (« Plus que 10 articles disponibles ! ») ;
  • Offrir des cadeaux supplémentaires en cas d’achat (bons de réduction ou avantages divers…)

 

Quel que soit le contenu (ou le document papier) que vous devez écrire, la méthode AIDA vous sera d’une aide précieuse.

En suivant ses 4 étapes, vous vous assurerez de rédiger un texte efficace qui incitera vos lecteurs à passer à l’action.

 

Besoin d’aide pour votre rédaction de contenus ? Trouvez un rédacteur web freelance sur Redacteur.com.

Léo Chatillon
La méthode Aida  : une formule magique pour le content marketing
5 (100 %) 1 vote

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.