Confiez la rédaction de vos contenus spécialisés dans le secteur bancaire à nos rédacteurs

Profitez de l'expertise de notre équipe et du savoir-faire de nos rédacteurs professionnels spécialisés pour faire rédiger vos contenus spécialisés dans le secteur bancaire, rapidement et sans effort.

Un service sur mesure pour

Des contenus spécialisés dans le secteur bancaire de qualité

Une icône représentant deux bulles de discution

Choix parmi 978 rédacteurs spécialisés

Une icône représentant un bouclier miroitant avec en son centre une coche

Qualité garantie et retours gratuits

Une icône représentant un rouage devant un dossier bleu rempli de document

Commandes récurrentes et gros volumes

Une icône représentant trois pièces d'or devant une projection d'un graphique dont la tendance est à la baisse

Tarifs dégressifs avantageux

Commande #52635

Devoir de conseil dans l’assurance - Un texte

Consignes générales du client :

Bonjour loris
Rédaction d’un article lier au devoir de conseil par les assureurs mot clef devoir de conseil dans l’assurance comme d’habitude balise et meta
Ci-dessous un exemple pour vous donner une idée de quoi il s’agit attention c’est juste un exemple .
Qu’est-ce que le devoir de conseil de l’assureur ?

L'univers de l'assurance est complexe et la souscription d'un contrat est lourde de conséquences. Un assureur doit être capable de guider le consommateur au mieux de ses intérêts. Le devoir de conseil de l'assureur est une démarche qui se traduit par l’obligation de conseil écrit.
La souscription d'une assurance - par La rédaction - créé le 5 octobre 2017 - mis à jour le 30 juillet 2020
Partager sur

Sommaire
Le devoir de conseil de l'assureur imposé par la loi
Un devoir d'écoute et de conseil concrétisé par un écrit
L’obligation de conseil écrit, une sécurité pour chaque partie
Le devoir d'information et de conseil en assurance exige :
L'obligation de conseil écrit pour les contrats à distance
Qu’est-ce que le devoir de conseil de l’assureur ?
Le devoir de conseil de l’assureur imposé par la loi

Formalisée par la loi en décembre 2005, l’obligation de conseil de la part des intermédiaires en assurances est apparue dans l’arrêt d’un tribunal dès 1964.

L’obligation de conseil écrit a ensuite été clairement définie dans l’article L. 520-1 du Code des assurances et l’ordonnance de janvier 2009. Cette dernière est entrée en application en juillet de la même année et s’est étendue à l’assurance vie.

Un devoir d’écoute et de conseil concrétisé par un écrit

L’obligation de conseil écrit passe par plusieurs étapes :

déterminer les connaissances du client concernant le risque qu’il veut assurer ;
recueillir un maximum de renseignements sur le client ;
faire une analyse personnalisée des besoins de l’emprunteur ;
faire état des spécificités de chaque demande d’assurance.
Une fois ces informations recueillies, l’assureur doit proposer les produits les mieux adaptés à la situation du client et aux risques à couvrir.

Ce devoir d’information et de conseil assurance est ensuite formalisé par un document, le plus souvent signé par le client.
L’obligation de conseil écrit, une sécurité pour chaque partie

Si le devoir de conseil de l’assureur est une sécurité pour l’assuré, il l’est également pour l’assureur, qui peut ainsi prouver sa bonne foi en cas de litige ultérieur.

Le conseil écrit est en même temps une manière efficace pour les parties d’établir une relation de confiance fondée sur la transparence et une connaissance réciproque.

Le devoir d’information et de conseil en assurance exige :

une mise en garde pour le souscripteur potentiel d’une assurance vie ou de tout autre produit d’épargne lorsque celui-ci refuse de fournir les informations demandées ;
la précision des raisons qui motivent le choix d’un contrat en particulier.
Un arrêt du 17 novembre 2016 de la Cour de cassation est venu rappeler le principe de devoir d’information et de conseil des assurances. En cas de manquement, les assureurs engagent leur responsabilité civile professionnelle.
L’obligation de conseil écrit pour les contrats à distance

Le développement croissant des souscriptions d’assurances en ligne ou par téléphone a rapidement posé la question de l’obligation du conseil écrit pour ce type de contrats à distance.

Dans ces cas-là, le devoir de conseil de l’assureur reste inchangé, il est néanmoins adapté à cet environnement spécifique.

La première phase du conseil peut être apportée oralement, par téléphone.
Les informations recueillies sont ensuite communiquées au souscripteur par courrier ou tout autre support durable.
L’article L. 112-2-1 du Code des assurances régit les spécificités des assurances commercialisées à distance. Ce cadre strict offre ainsi un maximum de sécurité au souscripteur.
Cordialement
Rachel

Texte #1
800 mots
Terminé

Bonjour loris
Rédaction d’un article lier au devoir de conseil par les assureurs mot clef devoir de conseil dans l’assurance comme d’habitude balise et meta
Ci-dessous un exemple pour vous donner une idée de quoi il s’agit attention c’est juste un exemple .
Qu’est-ce que le devoir de conseil de l’assureur ?

L'univers de l'assurance est complexe et la souscription d'un contrat est lourde de conséquences. Un assureur doit être capable de guider le consommateur au mieux de ses intérêts. Le devoir de conseil de l'assureur est une démarche qui se traduit par l’obligation de conseil écrit.
La souscription d'une assurance - par La rédaction - créé le 5 octobre 2017 - mis à jour le 30 juillet 2020
Partager sur

Sommaire
Le devoir de conseil de l'assureur imposé par la loi
Un devoir d'écoute et de conseil concrétisé par un écrit
L’obligation de conseil écrit, une sécurité pour chaque partie
Le devoir d'information et de conseil en assurance exige :
L'obligation de conseil écrit pour les contrats à distance
Qu’est-ce que le devoir de conseil de l’assureur ?
Le devoir de conseil de l’assureur imposé par la loi

Formalisée par la loi en décembre 2005, l’obligation de conseil de la part des intermédiaires en assurances est apparue dans l’arrêt d’un tribunal dès 1964.

L’obligation de conseil écrit a ensuite été clairement définie dans l’article L. 520-1 du Code des assurances et l’ordonnance de janvier 2009. Cette dernière est entrée en application en juillet de la même année et s’est étendue à l’assurance vie.

Un devoir d’écoute et de conseil concrétisé par un écrit

L’obligation de conseil écrit passe par plusieurs étapes :

déterminer les connaissances du client concernant le risque qu’il veut assurer ;
recueillir un maximum de renseignements sur le client ;
faire une analyse personnalisée des besoins de l’emprunteur ;
faire état des spécificités de chaque demande d’assurance.
Une fois ces informations recueillies, l’assureur doit proposer les produits les mieux adaptés à la situation du client et aux risques à couvrir.

Ce devoir d’information et de conseil assurance est ensuite formalisé par un document, le plus souvent signé par le client.
L’obligation de conseil écrit, une sécurité pour chaque partie

Si le devoir de conseil de l’assureur est une sécurité pour l’assuré, il l’est également pour l’assureur, qui peut ainsi prouver sa bonne foi en cas de litige ultérieur.

Le conseil écrit est en même temps une manière efficace pour les parties d’établir une relation de confiance fondée sur la transparence et une connaissance réciproque.

Le devoir d’information et de conseil en assurance exige :

une mise en garde pour le souscripteur potentiel d’une assurance vie ou de tout autre produit d’épargne lorsque celui-ci refuse de fournir les informations demandées ;
la précision des raisons qui motivent le choix d’un contrat en particulier.
Un arrêt du 17 novembre 2016 de la Cour de cassation est venu rappeler le principe de devoir d’information et de conseil des assurances. En cas de manquement, les assureurs engagent leur responsabilité civile professionnelle.
L’obligation de conseil écrit pour les contrats à distance

Le développement croissant des souscriptions d’assurances en ligne ou par téléphone a rapidement posé la question de l’obligation du conseil écrit pour ce type de contrats à distance.

Dans ces cas-là, le devoir de conseil de l’assureur reste inchangé, il est néanmoins adapté à cet environnement spécifique.

La première phase du conseil peut être apportée oralement, par téléphone.
Les informations recueillies sont ensuite communiquées au souscripteur par courrier ou tout autre support durable.
L’article L. 112-2-1 du Code des assurances régit les spécificités des assurances commercialisées à distance. Ce cadre strict offre ainsi un maximum de sécurité au souscripteur.
Cordialement
Rachel

LR19-35750 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client