Confiez la rédaction de vos contenus sur le thème économie à nos rédacteurs

Profitez de l'expertise de notre équipe et du savoir-faire de nos rédacteurs professionnels spécialisés pour faire rédiger vos contenus sur le thème économie, rapidement et sans effort.

Un service sur mesure pour

Des contenus sur le thème économie de qualité

Une icône représentant deux bulles de discution

Choix parmi 978 rédacteurs spécialisés

Une icône représentant un bouclier miroitant avec en son centre une coche

Qualité garantie et retours gratuits

Une icône représentant un rouage devant un dossier bleu rempli de document

Commandes récurrentes et gros volumes

Une icône représentant trois pièces d'or devant une projection d'un graphique dont la tendance est à la baisse

Tarifs dégressifs avantageux

Commande #15681

10 conseils pour améliorer la relation client/fournisseur - 7 situations embarrassantes au travail et comment les gérer au mieux - 7 bonnes et mauvaises question à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue - 3 textes

Consignes générales du client :

Texte 1:

Il s'agira ici de synthétiser un texte de 1200 mots en le passant a un format billet de blog de 420 mots. Le thème de l'article porte sur 10 conseils pour améliorer la relation client/fournisseur. Vous devrez respecter la structure de l'article : introduction / paragraphe / conclusion. Nous attachons une partie importante aux mots-clés et au référencement SEO, nous souhaiterions donc mettre en avant 3 mots clés : - contrat de partenariat - contrat fournisseur - fournisseur

Article: 10 conseils pour améliorer la gestion client/fournisseur Lorsque l’on est une entreprise à succès dans le domaine de la logistique, il est important de soigner la relation avec ses clients. Cet aspect est au moins tout aussi important que la gestion de la chaîne logistique (ou supply chain pour les anglophones) puisque l’entretien d’une bonne relation avec vos clients conduira ce dernier à se sentir en confiance avec votre entreprise. Une fois que cette confiance aura été mise en place, la relation client / fournisseur évoluera vers un partage de connaissance réciproque mais aussi vers des améliorations constantes de la relation. Cet aspect du travail d’une entreprise est donc fondamental c’est pourquoi nous avons décidé de vous donner 10 conseils pour améliorer la gestion entre un client et un fournisseur. 1) Etre proactif Etre proactif c’est être capable d’exercer l’ensemble de ses facultés d’anticipation afin d’agir au plus tôt de manière juste et ainsi éviter des conséquences indésirables. L’anticipation est donc ici le maître mot de la proactivité. Il faut être capable de voir venir les problèmes ou les défis qui pourront s’imposer à vous afin de pouvoir les traiter en amont de leur arrivée. Cela vous évitera d’envenimer des situations qui pouvaient se régler simplement si ces dernières avaient été prises à temps. Avec vos fournisseurs, prenez le temps de discuter de manière franche et sincère afin de pouvoir démanteler un éventuel problème qui commencerait à poindre. De plus, cela permettra une meilleure communication entre le client et le fournisseur ce qui est toujours un point positif. 2) Une communication efficace Puisque nous en sommes à mentionner l’aspect communication de la relation client / fournisseur, attardons-nous quelques instants sur cette thématique et réalisons un parallèle entre votre relation client / fournisseur et un couple marié. Dans un couple, si aucun échange n’intervient entre les deux partenaires, cela mène inévitablement à des problèmes d’entente puisque les différends ne sont pas réglés lors de discussions franches. Pour votre relation client / fournisseur, c’est un peu la même chose. Il est conseillé de discuter franchement en face à face ou par téléphone avec ses fournisseurs afin d’éviter les non-dits qui seraient le point de départ d’une détérioration de la relation. De plus, le fait de discuter permet de créer une vision commune de la relation et il est toujours plus facile d’aller plus loin lorsque l’on sait où les deux parties veulent aller. Enfin, n’oubliez jamais que la communication nécessite un échange franc des deux côtés et non pas de manière unilatérale. 3) Etablir les rôles et les responsabilités de chacun Pour qu’une relation entre un client et un fournisseur soit bénéfique pour les deux parties, il est important que chacune de ces deux parties connaisse son rôle précis dans la collaboration. Ainsi, il demeure plus facile de réaliser sa part du travail de manière efficace si l’on sait exactement ce que l’autre attend de nous. Il est donc conseillé de mettre en place, dès le début de la relation, les responsabilités de chacun et de s’en tenir à ce qui a été décidé. Bien sûr, les responsabilités et les rôles peuvent évoluer au fil des années mais elles doivent toujours être réparties après une concertation entre vous-même et le fournisseur. 4) Assimiler les contraintes contractuelles Cela peut paraître évident mais le contrat dressé entre les deux parties doit être respecté par ces dernières. En effet, il apparaît impensable qu’un client lié par un contrat à un fournisseur ne paye pas celui-ci après une livraison. De même, le fournisseur doit tout mettre en place afin de respecter le contrat qu’il a signé. Ainsi, dans l’idéal, le fournisseur doit livrer le client sans retard et pour tout ce que le client a payé. Le bon respect du contrat est le garant d’une bonne base de départ dans la relation client / fournisseur. 5) Se comporter avec éthique et honnêteté. La confiance est un aspect essentiel de la relation entre un client et un fournisseur. Comme nous vous l’avons déjà expliqué, cette confiance doit être entretenue par des discussions franches régulières entre les deux parties. Mais la confiance doit aussi être instaurée par une attitude exemplaire et professionnelle du fournisseur vis-à-vis du client et vice-versa. La confiance s’installera alors durablement et permettra à la relation d’évoluer favorablement. Mais attention cependant car la confiance est longue à s’installer mais elle est très facile à perdre. Le côté professionnel et éthique doit donc être maintenu sur toute la durée de la relation. 6) Revoir régulièrement les délivrables et les performances fournisseur Comme dans tout contrat, vous allez nécessairement évaluer le rendement de votre fournisseur. Mais cette étude du rendement ne doit pas simplement rester un outil d’analyse, elle peut devenir un véritable levier pour améliorer durablement la relation entre le client et le fournisseur. Ainsi, le gestionnaire de contrat est en droit d’attendre que le contrat de partenariat soit parfaitement respecté mais vous pouvez améliorer ce contrat au fil de l’évolution de la relation. 7) Identifiez les risques en amont Parfois, quand un problème survient, celui-ci paraît insoluble. Pour réduire le risque de problème insurmontable qui arriverait de manière fortuite, vous pouvez travailler en réelle collaboration avec le fournisseur afin d’identifier rapidement tous les soucis qui pourraient intervenir. Cela vous permettra en outre de bénéficier d’une plus grande sérénité dans votre travail. 8) Demander l’avis et les conseils de professionnels Afin de dresser un contrat le plus efficace possible avec votre fournisseur, nous vous conseillons de vous rapprocher de professionnels aguerris dans le domaine des contrats de partenariat. Qu’il s’agisse d’avocats, d’experts divers ou simplement de consultants, ces individus pourront vous prodiguer des conseils très utiles afin que vous puissiez mettre en forme le contrat idéal avec votre fournisseur. 9) Soyez juste et raisonnable Dans la vie, il faut savoir être ferme et décidé mais il faut aussi parfois se montrer compréhensif. Vous pouvez également appliquer cette doctrine à votre relation avec vos clients. En effet, il s’avère contre-productif de vous montrer autoritaire et injuste avec un client. Veillez à toujours favoriser la discussion et à essayer de prendre en compte certaines circonstances atténuantes que peut avoir le fournisseur. 10) Etablir une bonne base de travail dès le début Les bases d’un contrat avec vos clients sont un peu comme les fondations d’une maison. On ne saurait construire une maison sur des bases peu solides. Pour votre relation avec le client c’est pareil. Réfléchissez en amont au type de collaboration que vous souhaitez et rédigez le contrat en conséquence. Cela vous assurera une relation plus longue et plus forte. En suivant ces quelques conseils, vous pourrez améliorer durablement ou créer de toutes pièces une relation simple mais efficace avec votre fournisseur. Grâce à cette relation de confiance durable qui s’installe entre vous et votre fournisseur, vous pourrez être plus à l’aise dans la gestion de vos commandes et développer considérablement votre entreprise.

------------------------------------------------------------------------

Texte 2:

Il s'agira ici de synthétiser un texte de 1200 mots en le passant a un format billet de blog de 420 mots. Le thème de l'article porte sur 7 situations embarrassantes au travail et comment les gérer au mieux. Vous devrez respecter la structure de l'article : introduction / paragraphe / conclusion

Article: 7 situations embarrassantes au travail et comment les gérer au mieux Les situations embarrassantes, tout le monde connait. Dans la vie de tous les jours, chaque individu a déjà été, et sera aussi probablement dans le futur, confronté à une situation gênante dans laquelle il est difficile de réagir sur l’instant. Mais quand ces situations peu communes se produisent dans le cadre du travail et mettent à mal votre réputation au sein de votre entreprise, cela peut être encore plus gênant. C’est pourquoi nous avons décidé de vous présenter sept situations embarrassantes qui peuvent intervenir dans le cadre de votre entreprise mais surtout de vous donner quelques conseils pour gérer au mieux ces situations. 1) Vous recevez des éloges de votre patron pour un travail que vous n’avez pas fait Soyons honnêtes, il est extrêmement flatteur de recevoir les éloges de son patron. Mais quand ces éloges concernent un travail que vous n’avez pas réalisé vous-même, les choses se compliquent un peu. La meilleure solution est de rendre à César ce qui lui appartient en félicitant la collègue qui a réalisé le projet. Une phrase telle que « Julie a été extraordinaire sur ce travail et tout le mérite lui en revient » devrait parfaitement convenir. Vous sortirez grandi de cette situation aux yeux de vos collègues mais aussi de votre patron. Et en plus, vous savez qu’il croit en vous puisqu’il vous pense capable de réaliser des travaux exceptionnels. Tout bénéfice donc ! 2) Vous regardez quelqu’un d’autre recevoir le crédit pour un travail que vous avez fait Cette situation est l’exacte opposée de la situation précédente. Cette fois c’est vous qui méritez les éloges pour un travail particulièrement bien accompli mais c’est votre collègue qui en retire les bénéfices et les félicitations. Comme ce collègue n’a pas eu la présence d’esprit de lire nos conseils, il ne sait pas qu’il faut vous réattribuer le mérite comme nous l’expliquions lors de la première situation. Dans ce cas-là, n’hésitez pas à prendre la parole afin de rappeler votre rôle prépondérant dans la réalisation de ce travail. Si vous n’aimez pas prendre la parole ou que vous craignez les conflits qui pourraient naître, adoptez une stratégie plus discrète afin de tout de même faire comprendre à votre patron qu’une partie du mérite vous revenait. 3) Vous entendez une discussion privée pas très élogieuse sur vous ou votre travail. Les murs ont des oreilles mais vous aussi. Vous étiez tranquillement en train d’arriver vers la machine à café lorsque vous surprenez une conversation peu sympathique à votre sujet entre deux collègues. Que faire ? Le premier réflexe à adopter est de ne pas réagir en allant interrompre leur conversation. Cela ne serait pas très utile puisque vous serez probablement frustré par la conversation que vous venez de surprendre et rien de bon ne sortira d’une confrontation. En revanche, tournez les talons et appelez quelqu’un de proche pour lui raconter vos déboires. Si vous considérez que les allégations de vos collègues sont fausses, vous pouvez les inviter à prendre un café à l’extérieur du bureau afin de leur signifier que vous avez surpris leur conversation. Ils pourront ainsi vous exposer leurs griefs et vous pourrez repartir positivement sur des bases plus saines. 4) On vous demande de prendre la parole dans une réunion alors que vous n’étiez pas censé le faire « Nous allons donc maintenant laisser la parole à Marie (où tout autre prénom qui peut être le vôtre) » ! Cette phrase prononcée par votre patron vous met dans l’embarras car vous n’aviez pas prévu de prise de parole pour cette réunion. Qu’il s’agisse d’un problème de communication dans l’entreprise ou que vous ayez simplement oublié que vous deviez prendre la parole, la carte de l’honnêteté semble la meilleure à cet instant. Vous pouvez donc simplement dire que vous ne saviez pas que vous deviez intervenir et que vous proposez donc un nouveau moment de réunion pour parler de ce sujet lorsque vous aurez pu convenablement le préparer. Cela vous évitera de vous embourber dans des bafouillements et des approximations qui pourraient nuire à votre crédibilité dans l’entreprise. 5) On vous pose une question lors d’une réunion mais vous ne l’avez pas entendu car vous n’étiez pas attentif Cette situation nous rappelle beaucoup les situations embarrassantes que nous avons tous connues à l’école lorsque l’enseignant nous pose une question alors que nous étions partis loin dans nos pensées. Mais cette fois-ci votre patron est dans le rôle de l’enseignant et l’école a été remplacée par une réunion de travail. Si vous n’avez pas entendu une question par manque d’attention de votre part, vous pouvez simplement demander que la question soit répétée ou soit reformulée. Ainsi, vous pourrez plus facilement y apporter une réponse convaincante. 6) Vous oubliez le nom d’une personne lorsque vous devez lui parler lors d’une réunion ou d’une conférence Vous êtes au cœur d’une réunion importante mais vous ne parvenez pas à vous souvenir du prénom ou du nom de votre interlocuteur. Pourtant celui-ci est fondamental pour la poursuite de votre carrière. En plus, se rappeler des noms ça n’a jamais vraiment été votre tasse de thé. Pour se sortir de cette situation gênante, n’hésitez pas à utiliser les pronoms personnels sujets comme le « nous » (ce qui permet d’inclure vos collègues) et le « vous » (ce qui permet de ne pas nommer directement l’interlocuteur). Simple et pratique. 7) Vous êtes en charge d’un projet qui tarde à porter ses fruits Votre patron vous a proposé un nouveau projet mais malgré tous vos efforts d’organisation, ce projet se révèle très, et peut-être même trop, chronophage. Dans cette situation, ne vous laissez pas abattre. Vous pouvez demander de l’aide auprès de certains de vos collègues de confiance mais vous pouvez aussi en parler à votre patron afin que vous puissiez ensemble chercher des outils qui vous permettront de réaliser plus rapidement votre projet. La question n’est évidemment pas de savoir si une situation embarrassante au travail vous concernera un jour (car cela finit par concerner tout le monde) mais plutôt de savoir comment gérer au mieux cette situation. Si vous suivez nos conseils et que vous adoptez une attitude adéquate, vous pourrez même sortir grandie de cette mauvaise situation.

-------------------------------------------------------------------------

Texte 3:

Il s'agira ici de synthétiser un texte de 1200 mots en le passant a un format billet de blog de 420 mots. Le thème de l'article porte sur 7 bonnes et mauvaises question à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue. Vous devrez respecter la structure de l'article : introduction / paragraphe / conclusion. Nous attachons une partie importante aux mots-clés et au référencement SEO, nous souhaiterions donc mettre en avant 3 mots clés : - montage automatique - conception de catalogue - montage de catalogue

Article: 7 bonnes et mauvaises questions à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue Lorsque l’on est aux responsabilités dans une entreprise, il s’avère essentiel de faire les bons choix en matière de logiciel présent dans sa structure. Si dans votre domaine vous avez besoin de créer des catalogues qui seront ensuite distribués à vos clients, vous avez déjà probablement eu recours à un logiciel de montage automatique de catalogue. Pourtant, il n’est pas toujours facile de se poser les bonnes questions afin de choisir le logiciel le mieux adapté à votre entreprise. Pire même, de nombreux dirigeants sont mécontents de leur choix mais continuent pourtant à injecter de fortes sommes dans leur logiciel car ils n’arrivent pas à se poser les bonnes questions pour en choisir un nouveau. Aujourd’hui tout cela est terminé puisque nous vous proposons d’étudier ensemble les sept bonnes ou mauvaises questions à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue. Les mauvaises questions : 1) Le logiciel remplit-il précisément cette fonction ? Il est évident que les fonctionnalités comprises dans le logiciel de montage sont importantes dans votre choix. Mais cela ne doit pas être le seul critère qui doit être regardé. En effet, si un logiciel comprend la fonctionnalité précise que vous souhaitiez mais qu’il ne vous permet pas de faire d’autres choses, ce logiciel ne vous sera d’aucune utilité à long terme. Au contraire, un logiciel concurrent peut ne pas prendre en charge la fonctionnalité que vous souhaitiez au départ mais vous offrir une facilité d’utilisation et des possibilités plus grandes. Préférez donc une utilisation globale facilitée plutôt qu’une seule fonctionnalité dans le choix de votre logiciel. 2) Le développeur investit-il beaucoup dans le développement de son logiciel ? Pour guider votre choix, la question de l’investissement dans le développement du logiciel ne doit pas se baser sur un critère d’argent mais plutôt sur une vision du développeur. En effet, à quoi bon placer des millions dans le développement d’un logiciel si tout le développement concerne des fonctionnalités que vous n’utiliserez jamais. Il est préférable de favoriser un logiciel développé avec moins d’argent mais qui est, comme votre entreprise, tourné vers l’efficacité et l’avenir. 3) Combien de catalogues puis-je monter ? Dans de nombreux domaines, la qualité doit primer sur la quantité. Cela semble aussi être le cas dans votre choix du logiciel de montage. Pouvoir monter des centaines de catalogues, c’est évidemment très bien mais si ces catalogues ne ressemblent en rien à ce que vous souhaitez pour votre entreprise, cela ne servira pas à grand-chose. Consultez donc plusieurs fournisseurs afin que chacun puisse vous proposer un modèle de catalogue ressemblant à vos souhaits. Cela sera sans doute plus pertinent qu’un choix sur un nombre de catalogues pouvant être produit. Les bonnes questions : 1) En quoi le logiciel de montage automatique peut-il vraiment m’aider dans mes tâches ? Avant de choisir un logiciel de montage automatique de catalogue il est souhaitable de penser à toutes les étapes du processus de montage de vos catalogues afin de pouvoir identifier les problématiques auxquelles vous devez faire face. Ainsi, vous serez à même de choisir le plus performant des logiciels en fonction de la résolution apportée à ces problématiques. 2) Est-il nécessaire d’avoir des compétences spécifiques pour l’utilisation du logiciel ? Il s’agit là d’une question qui revêt une importance capitale. Chaque logiciel possède son lot de compétences spécifiques afin de pouvoir l’utiliser convenablement. Si vous choisissez un logiciel trop difficile à utiliser au regard de vos compétences, vous passerez des heures pour monter une demi-page de catalogue. Cela se répercutera sur le rendement de l’entreprise et vous finirez par abandonner la plupart des fonctionnalités trop complexes de votre logiciel. Il semble donc préférable que ce logiciel soit bien adapté à vos compétences afin de pouvoir en tirer le plus grand profit. 3) Comment intégrer ce logiciel de montage automatique à mon fonctionnement actuel ? L’arrivée d’un logiciel de montage automatique va irrémédiablement bouleverser l’organisation de la chaîne de montage mais aussi de l’entreprise notamment au niveau des équipes marketings. Il est donc primordial de savoir si ces dernières doivent avoir des compétences spécifiques précises pour utiliser le logiciel. Mais vous pouvez aussi demander au fournisseur dans quelle mesure il compte vous aider lors de l’intégration de son logiciel dans le fonctionnement de votre entreprise. 4) Lorsque vous rencontrerez des problèmes, pourrez-vous avoir de l’aide ? Comme tous les logiciels, les logiciels de montage automatique de catalogue ne sont pas infaillibles. Et comme vous n’êtes probablement pas spécialiste dans la réparation de ces logiciels, il est important de savoir comment le fournisseur compte vous aider en cas de panne ou de problème sur son logiciel. Vous pouvez alors lui demander s’il fournit une assistance complète mais aussi sous quelles formes (téléphone, déplacement dans l’entreprise…) et à quelles conditions tarifaires. L’achat de votre logiciel de montage automatique de catalogue doit donc tout simplement être en conformité avec vos compétences (et celle de votre équipe marketing), vos attentes et vos objectifs à long terme. C’est à ce prix que vous trouverez enfin le logiciel qui vous conviendra parfaitement… et pour longtemps.

Texte #1
420 mots
Terminé

Il s'agira ici de synthétiser un texte de 1200 mots en le passant a un format billet de blog de 420 mots. Le thème de l'article porte sur 10 conseils pour améliorer la relation client/fournisseur. Vous devrez respecter la structure de l'article : introduction / paragraphe / conclusion. Nous attachons une partie importante aux mots-clés et au référencement SEO, nous souhaiterions donc mettre en avant 3 mots clés : - contrat de partenariat - contrat fournisseur - fournisseur

Article:

10 conseils pour améliorer la gestion client/fournisseur
Lorsque l’on est une entreprise à succès dans le domaine de la logistique, il est important de soigner la relation avec ses clients. Cet aspect est au moins tout aussi important que la gestion de la chaîne logistique (ou supply chain pour les anglophones) puisque l’entretien d’une bonne relation avec vos clients conduira ce dernier à se sentir en confiance avec votre entreprise. Une fois que cette confiance aura été mise en place, la relation client / fournisseur évoluera vers un partage de connaissance réciproque mais aussi vers des améliorations constantes de la relation. Cet aspect du travail d’une entreprise est donc fondamental c’est pourquoi nous avons décidé de vous donner 10 conseils pour améliorer la gestion entre un client et un fournisseur.
1) Etre proactif
Etre proactif c’est être capable d’exercer l’ensemble de ses facultés d’anticipation afin d’agir au plus tôt de manière juste et ainsi éviter des conséquences indésirables. L’anticipation est donc ici le maître mot de la proactivité. Il faut être capable de voir venir les problèmes ou les défis qui pourront s’imposer à vous afin de pouvoir les traiter en amont de leur arrivée. Cela vous évitera d’envenimer des situations qui pouvaient se régler simplement si ces dernières avaient été prises à temps. Avec vos fournisseurs, prenez le temps de discuter de manière franche et sincère afin de pouvoir démanteler un éventuel problème qui commencerait à poindre. De plus, cela permettra une meilleure communication entre le client et le fournisseur ce qui est toujours un point positif.
2) Une communication efficace
Puisque nous en sommes à mentionner l’aspect communication de la relation client / fournisseur, attardons-nous quelques instants sur cette thématique et réalisons un parallèle entre votre relation client / fournisseur et un couple marié. Dans un couple, si aucun échange n’intervient entre les deux partenaires, cela mène inévitablement à des problèmes d’entente puisque les différends ne sont pas réglés lors de discussions franches. Pour votre relation client / fournisseur, c’est un peu la même chose. Il est conseillé de discuter franchement en face à face ou par téléphone avec ses fournisseurs afin d’éviter les non-dits qui seraient le point de départ d’une détérioration de la relation. De plus, le fait de discuter permet de créer une vision commune de la relation et il est toujours plus facile d’aller plus loin lorsque l’on sait où les deux parties veulent aller. Enfin, n’oubliez jamais que la communication nécessite un échange franc des deux côtés et non pas de manière unilatérale.
3) Etablir les rôles et les responsabilités de chacun
Pour qu’une relation entre un client et un fournisseur soit bénéfique pour les deux parties, il est important que chacune de ces deux parties connaisse son rôle précis dans la collaboration. Ainsi, il demeure plus facile de réaliser sa part du travail de manière efficace si l’on sait exactement ce que l’autre attend de nous. Il est donc conseillé de mettre en place, dès le début de la relation, les responsabilités de chacun et de s’en tenir à ce qui a été décidé. Bien sûr, les responsabilités et les rôles peuvent évoluer au fil des années mais elles doivent toujours être réparties après une concertation entre vous-même et le fournisseur.
4) Assimiler les contraintes contractuelles
Cela peut paraître évident mais le contrat dressé entre les deux parties doit être respecté par ces dernières. En effet, il apparaît impensable qu’un client lié par un contrat à un fournisseur ne paye pas celui-ci après une livraison. De même, le fournisseur doit tout mettre en place afin de respecter le contrat qu’il a signé. Ainsi, dans l’idéal, le fournisseur doit livrer le client sans retard et pour tout ce que le client a payé. Le bon respect du contrat est le garant d’une bonne base de départ dans la relation client / fournisseur.
5) Se comporter avec éthique et honnêteté.
La confiance est un aspect essentiel de la relation entre un client et un fournisseur. Comme nous vous l’avons déjà expliqué, cette confiance doit être entretenue par des discussions franches régulières entre les deux parties. Mais la confiance doit aussi être instaurée par une attitude exemplaire et professionnelle du fournisseur vis-à-vis du client et vice-versa. La confiance s’installera alors durablement et permettra à la relation d’évoluer favorablement. Mais attention cependant car la confiance est longue à s’installer mais elle est très facile à perdre. Le côté professionnel et éthique doit donc être maintenu sur toute la durée de la relation.
6) Revoir régulièrement les délivrables et les performances fournisseur
Comme dans tout contrat, vous allez nécessairement évaluer le rendement de votre fournisseur. Mais cette étude du rendement ne doit pas simplement rester un outil d’analyse, elle peut devenir un véritable levier pour améliorer durablement la relation entre le client et le fournisseur. Ainsi, le gestionnaire de contrat est en droit d’attendre que le contrat de partenariat soit parfaitement respecté mais vous pouvez améliorer ce contrat au fil de l’évolution de la relation.
7) Identifiez les risques en amont
Parfois, quand un problème survient, celui-ci paraît insoluble. Pour réduire le risque de problème insurmontable qui arriverait de manière fortuite, vous pouvez travailler en réelle collaboration avec le fournisseur afin d’identifier rapidement tous les soucis qui pourraient intervenir. Cela vous permettra en outre de bénéficier d’une plus grande sérénité dans votre travail.
8) Demander l’avis et les conseils de professionnels
Afin de dresser un contrat le plus efficace possible avec votre fournisseur, nous vous conseillons de vous rapprocher de professionnels aguerris dans le domaine des contrats de partenariat. Qu’il s’agisse d’avocats, d’experts divers ou simplement de consultants, ces individus pourront vous prodiguer des conseils très utiles afin que vous puissiez mettre en forme le contrat idéal avec votre fournisseur.
9) Soyez juste et raisonnable
Dans la vie, il faut savoir être ferme et décidé mais il faut aussi parfois se montrer compréhensif. Vous pouvez également appliquer cette doctrine à votre relation avec vos clients. En effet, il s’avère contre-productif de vous montrer autoritaire et injuste avec un client. Veillez à toujours favoriser la discussion et à essayer de prendre en compte certaines circonstances atténuantes que peut avoir le fournisseur.
10) Etablir une bonne base de travail dès le début
Les bases d’un contrat avec vos clients sont un peu comme les fondations d’une maison. On ne saurait construire une maison sur des bases peu solides. Pour votre relation avec le client c’est pareil. Réfléchissez en amont au type de collaboration que vous souhaitez et rédigez le contrat en conséquence. Cela vous assurera une relation plus longue et plus forte.
En suivant ces quelques conseils, vous pourrez améliorer durablement ou créer de toutes pièces une relation simple mais efficace avec votre fournisseur. Grâce à cette relation de confiance durable qui s’installe entre vous et votre fournisseur, vous pourrez être plus à l’aise dans la gestion de vos commandes et développer considérablement votre entreprise.

JR18-16999 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Texte #2
420 mots
Terminé

Il s'agira ici de synthétiser un texte de 1200 mots en le passant a un format billet de blog de 420 mots. Le thème de l'article porte sur 7 situations embarrassantes au travail et comment les gérer au mieux. Vous devrez respecter la structure de l'article : introduction / paragraphe / conclusion

Article:

7 situations embarrassantes au travail et comment les gérer au mieux
Les situations embarrassantes, tout le monde connait. Dans la vie de tous les jours, chaque individu a déjà été, et sera aussi probablement dans le futur, confronté à une situation gênante dans laquelle il est difficile de réagir sur l’instant. Mais quand ces situations peu communes se produisent dans le cadre du travail et mettent à mal votre réputation au sein de votre entreprise, cela peut être encore plus gênant. C’est pourquoi nous avons décidé de vous présenter sept situations embarrassantes qui peuvent intervenir dans le cadre de votre entreprise mais surtout de vous donner quelques conseils pour gérer au mieux ces situations.
1) Vous recevez des éloges de votre patron pour un travail que vous n’avez pas fait
Soyons honnêtes, il est extrêmement flatteur de recevoir les éloges de son patron. Mais quand ces éloges concernent un travail que vous n’avez pas réalisé vous-même, les choses se compliquent un peu. La meilleure solution est de rendre à César ce qui lui appartient en félicitant la collègue qui a réalisé le projet. Une phrase telle que « Julie a été extraordinaire sur ce travail et tout le mérite lui en revient » devrait parfaitement convenir. Vous sortirez grandi de cette situation aux yeux de vos collègues mais aussi de votre patron. Et en plus, vous savez qu’il croit en vous puisqu’il vous pense capable de réaliser des travaux exceptionnels. Tout bénéfice donc !
2) Vous regardez quelqu’un d’autre recevoir le crédit pour un travail que vous avez fait
Cette situation est l’exacte opposée de la situation précédente. Cette fois c’est vous qui méritez les éloges pour un travail particulièrement bien accompli mais c’est votre collègue qui en retire les bénéfices et les félicitations. Comme ce collègue n’a pas eu la présence d’esprit de lire nos conseils, il ne sait pas qu’il faut vous réattribuer le mérite comme nous l’expliquions lors de la première situation. Dans ce cas-là, n’hésitez pas à prendre la parole afin de rappeler votre rôle prépondérant dans la réalisation de ce travail. Si vous n’aimez pas prendre la parole ou que vous craignez les conflits qui pourraient naître, adoptez une stratégie plus discrète afin de tout de même faire comprendre à votre patron qu’une partie du mérite vous revenait.
3) Vous entendez une discussion privée pas très élogieuse sur vous ou votre travail.
Les murs ont des oreilles mais vous aussi. Vous étiez tranquillement en train d’arriver vers la machine à café lorsque vous surprenez une conversation peu sympathique à votre sujet entre deux collègues. Que faire ? Le premier réflexe à adopter est de ne pas réagir en allant interrompre leur conversation. Cela ne serait pas très utile puisque vous serez probablement frustré par la conversation que vous venez de surprendre et rien de bon ne sortira d’une confrontation. En revanche, tournez les talons et appelez quelqu’un de proche pour lui raconter vos déboires. Si vous considérez que les allégations de vos collègues sont fausses, vous pouvez les inviter à prendre un café à l’extérieur du bureau afin de leur signifier que vous avez surpris leur conversation. Ils pourront ainsi vous exposer leurs griefs et vous pourrez repartir positivement sur des bases plus saines.
4) On vous demande de prendre la parole dans une réunion alors que vous n’étiez pas censé le faire
« Nous allons donc maintenant laisser la parole à Marie (où tout autre prénom qui peut être le vôtre) » ! Cette phrase prononcée par votre patron vous met dans l’embarras car vous n’aviez pas prévu de prise de parole pour cette réunion. Qu’il s’agisse d’un problème de communication dans l’entreprise ou que vous ayez simplement oublié que vous deviez prendre la parole, la carte de l’honnêteté semble la meilleure à cet instant. Vous pouvez donc simplement dire que vous ne saviez pas que vous deviez intervenir et que vous proposez donc un nouveau moment de réunion pour parler de ce sujet lorsque vous aurez pu convenablement le préparer. Cela vous évitera de vous embourber dans des bafouillements et des approximations qui pourraient nuire à votre crédibilité dans l’entreprise.
5) On vous pose une question lors d’une réunion mais vous ne l’avez pas entendu car vous n’étiez pas attentif
Cette situation nous rappelle beaucoup les situations embarrassantes que nous avons tous connues à l’école lorsque l’enseignant nous pose une question alors que nous étions partis loin dans nos pensées. Mais cette fois-ci votre patron est dans le rôle de l’enseignant et l’école a été remplacée par une réunion de travail. Si vous n’avez pas entendu une question par manque d’attention de votre part, vous pouvez simplement demander que la question soit répétée ou soit reformulée. Ainsi, vous pourrez plus facilement y apporter une réponse convaincante.
6) Vous oubliez le nom d’une personne lorsque vous devez lui parler lors d’une réunion ou d’une conférence
Vous êtes au cœur d’une réunion importante mais vous ne parvenez pas à vous souvenir du prénom ou du nom de votre interlocuteur. Pourtant celui-ci est fondamental pour la poursuite de votre carrière. En plus, se rappeler des noms ça n’a jamais vraiment été votre tasse de thé. Pour se sortir de cette situation gênante, n’hésitez pas à utiliser les pronoms personnels sujets comme le « nous » (ce qui permet d’inclure vos collègues) et le « vous » (ce qui permet de ne pas nommer directement l’interlocuteur). Simple et pratique.
7) Vous êtes en charge d’un projet qui tarde à porter ses fruits
Votre patron vous a proposé un nouveau projet mais malgré tous vos efforts d’organisation, ce projet se révèle très, et peut-être même trop, chronophage. Dans cette situation, ne vous laissez pas abattre. Vous pouvez demander de l’aide auprès de certains de vos collègues de confiance mais vous pouvez aussi en parler à votre patron afin que vous puissiez ensemble chercher des outils qui vous permettront de réaliser plus rapidement votre projet.
La question n’est évidemment pas de savoir si une situation embarrassante au travail vous concernera un jour (car cela finit par concerner tout le monde) mais plutôt de savoir comment gérer au mieux cette situation. Si vous suivez nos conseils et que vous adoptez une attitude adéquate, vous pourrez même sortir grandie de cette mauvaise situation.

JR18-16999 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Texte #3
420 mots
Terminé

Il s'agira ici de synthétiser un texte de 1200 mots en le passant a un format billet de blog de 420 mots. Le thème de l'article porte sur 7 bonnes et mauvaises question à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue. Vous devrez respecter la structure de l'article : introduction / paragraphe / conclusion. Nous attachons une partie importante aux mots-clés et au référencement SEO, nous souhaiterions donc mettre en avant 3 mots clés : - montage automatique - conception de catalogue - montage de catalogue

Article:

7 bonnes et mauvaises questions à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue
Lorsque l’on est aux responsabilités dans une entreprise, il s’avère essentiel de faire les bons choix en matière de logiciel présent dans sa structure. Si dans votre domaine vous avez besoin de créer des catalogues qui seront ensuite distribués à vos clients, vous avez déjà probablement eu recours à un logiciel de montage automatique de catalogue. Pourtant, il n’est pas toujours facile de se poser les bonnes questions afin de choisir le logiciel le mieux adapté à votre entreprise. Pire même, de nombreux dirigeants sont mécontents de leur choix mais continuent pourtant à injecter de fortes sommes dans leur logiciel car ils n’arrivent pas à se poser les bonnes questions pour en choisir un nouveau. Aujourd’hui tout cela est terminé puisque nous vous proposons d’étudier ensemble les sept bonnes ou mauvaises questions à se poser avant l’achat d’un logiciel de montage automatique de catalogue.
Les mauvaises questions :
1) Le logiciel remplit-il précisément cette fonction ?
Il est évident que les fonctionnalités comprises dans le logiciel de montage sont importantes dans votre choix. Mais cela ne doit pas être le seul critère qui doit être regardé. En effet, si un logiciel comprend la fonctionnalité précise que vous souhaitiez mais qu’il ne vous permet pas de faire d’autres choses, ce logiciel ne vous sera d’aucune utilité à long terme. Au contraire, un logiciel concurrent peut ne pas prendre en charge la fonctionnalité que vous souhaitiez au départ mais vous offrir une facilité d’utilisation et des possibilités plus grandes. Préférez donc une utilisation globale facilitée plutôt qu’une seule fonctionnalité dans le choix de votre logiciel.
2) Le développeur investit-il beaucoup dans le développement de son logiciel ?
Pour guider votre choix, la question de l’investissement dans le développement du logiciel ne doit pas se baser sur un critère d’argent mais plutôt sur une vision du développeur. En effet, à quoi bon placer des millions dans le développement d’un logiciel si tout le développement concerne des fonctionnalités que vous n’utiliserez jamais. Il est préférable de favoriser un logiciel développé avec moins d’argent mais qui est, comme votre entreprise, tourné vers l’efficacité et l’avenir.
3) Combien de catalogues puis-je monter ?
Dans de nombreux domaines, la qualité doit primer sur la quantité. Cela semble aussi être le cas dans votre choix du logiciel de montage. Pouvoir monter des centaines de catalogues, c’est évidemment très bien mais si ces catalogues ne ressemblent en rien à ce que vous souhaitez pour votre entreprise, cela ne servira pas à grand-chose. Consultez donc plusieurs fournisseurs afin que chacun puisse vous proposer un modèle de catalogue ressemblant à vos souhaits. Cela sera sans doute plus pertinent qu’un choix sur un nombre de catalogues pouvant être produit.
Les bonnes questions :
1) En quoi le logiciel de montage automatique peut-il vraiment m’aider dans mes tâches ?
Avant de choisir un logiciel de montage automatique de catalogue il est souhaitable de penser à toutes les étapes du processus de montage de vos catalogues afin de pouvoir identifier les problématiques auxquelles vous devez faire face. Ainsi, vous serez à même de choisir le plus performant des logiciels en fonction de la résolution apportée à ces problématiques.
2) Est-il nécessaire d’avoir des compétences spécifiques pour l’utilisation du logiciel ?
Il s’agit là d’une question qui revêt une importance capitale. Chaque logiciel possède son lot de compétences spécifiques afin de pouvoir l’utiliser convenablement. Si vous choisissez un logiciel trop difficile à utiliser au regard de vos compétences, vous passerez des heures pour monter une demi-page de catalogue. Cela se répercutera sur le rendement de l’entreprise et vous finirez par abandonner la plupart des fonctionnalités trop complexes de votre logiciel. Il semble donc préférable que ce logiciel soit bien adapté à vos compétences afin de pouvoir en tirer le plus grand profit.
3) Comment intégrer ce logiciel de montage automatique à mon fonctionnement actuel ?
L’arrivée d’un logiciel de montage automatique va irrémédiablement bouleverser l’organisation de la chaîne de montage mais aussi de l’entreprise notamment au niveau des équipes marketings. Il est donc primordial de savoir si ces dernières doivent avoir des compétences spécifiques précises pour utiliser le logiciel. Mais vous pouvez aussi demander au fournisseur dans quelle mesure il compte vous aider lors de l’intégration de son logiciel dans le fonctionnement de votre entreprise.
4) Lorsque vous rencontrerez des problèmes, pourrez-vous avoir de l’aide ?
Comme tous les logiciels, les logiciels de montage automatique de catalogue ne sont pas infaillibles. Et comme vous n’êtes probablement pas spécialiste dans la réparation de ces logiciels, il est important de savoir comment le fournisseur compte vous aider en cas de panne ou de problème sur son logiciel. Vous pouvez alors lui demander s’il fournit une assistance complète mais aussi sous quelles formes (téléphone, déplacement dans l’entreprise…) et à quelles conditions tarifaires.
L’achat de votre logiciel de montage automatique de catalogue doit donc tout simplement être en conformité avec vos compétences (et celle de votre équipe marketing), vos attentes et vos objectifs à long terme. C’est à ce prix que vous trouverez enfin le logiciel qui vous conviendra parfaitement… et pour longtemps.

JR18-16999 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client