Confiez la rédaction de vos contenus spécialisés dans le BTP à nos rédacteurs

Profitez de l'expertise de notre équique et du savoir-faire de nos rédacteurs professionnels spécialisés pour faire rédiger vos contenus spécialisés dans le BTP, rapidement et sans effort.

Un service sur mesure pour

Des contenus spécialisés dans le BTP de qualité

Une icône représentant deux bulles de discution

Choix parmi 978 rédacteurs spécialisés

Une icône représentant un bouclier miroitant avec en son centre une coche

Qualité garantie et retours gratuits

Une icône représentant un rouage devant un dossier bleu rempli de document

Commandes récurrentes et gros volumes

Une icône représentant trois pièces d'or devant une projection d'un graphique dont la tendance est à la baisse

Tarifs dégressifs avantageux

Commande #30209

Reécriture des textes pour le site OMPT - 8 textes

Consignes générales du client :

Ce sont des textes généraux à reécrire
+ les textes sur les projets concret à rédiger.
Les textes doivent être 100% originaux en ton neutre.
Voici le lien sur notre site internet pour avoir une idée de ce que nous faisons *** URL MASQUÉE ***

Texte #1
3800 mots
Terminé

Reécriture du texte pris d'autres sites internet afin de l'utiliser sur le notre.
Le texte doit être descriptif, laconique, avec le langage correcte, littéraire.
Utilisation des mots clés: consolidation du plancher, BET, société OMPT, ouverture mur-porteur, renfort du plancher en bois, renforcer le plancher en béton armé, renforcement par la structure métallique, et autres dans ce contexte.
Renforcement de plancher
Le renforcement des structures en béton armé est nécessaire lorsqu’il faut réparer des erreurs de conception ou d’exécution (calculs, enrobage, qualité du béton…), mais aussi dans les cas de dégradation des armatures (corrosion, incendie) ou d’augmentation des charges à équilibrer. Le percement de trémies avec interruption d’éléments porteurs nécessite également la mise en place de renforts. L’acier est très efficace dans la consolidation des planchers en béton armé car il offre une grande facilité de mise en œuvre.
Les techniques présentées ici résument quelques interventions possibles. Le moisage (lire aussi l’article sur le système de moisage) permet le renfort et éventuellement l’accrochage de la poutre interrompue dans le cas de trémies. Le renforcement par engraissage avec encaissement de profilés compacts est une autre solution.
Enfin, le renforcement par une poutre connectée pour activer la mixité avec la dalle ou encore le collage de plaques de tôle constituent d’autres possibilités. Cette technique également appelée « procédé l’Hermite » est utilisée pour renforcer d’autres types d’ouvrages comme les ponts. Il faut cependant noter que cette solution ne permet pas d’apporter un degré complémentaire de stabilité au feu, du fait de la faible tenue des colles sous des températures élevées.
Parfois, les dégradations des planchers en béton sont telles qu’il n’est pas possible de réparer les ferraillages ou de mettre en œuvre des renforts ponctuels. Il faut alors reprendre la totalité des poutres et consolider tout l’ouvrage. La solution consiste à conserver le bâti existant et à traiter le béton armé pour stopper la corrosion. Des poutres en acier sont alors ajoutées pour supporter les charges trop élevées pour la structure existante.
La réalisation de structures mixtes acier-béton offre des avantages significatifs du point de vue statique et économique. La structure porteuse en acier reliée à la dalle béton au moyen de connecteurs, permet de garantir une réponse statique unitaire des deux matériaux qui de cette façon expriment au mieux leurs caractéristiques individuelles.
LES COMPOSANTS POUR LES PLANCHERS EN ACIER

BÉTON
Utilisé habituellement avec les bétons structurels de classe C25/30 minimum,
avec une épaisseur sur le bac acier non inférieure à 5 cm. Les installations techniques ne doivent pas traverser la dalle. Il est également possible d’utiliser des bétons légers. Insérer en outre un treillis soudé ou une armature équivalente.
PISTOLET CLOUEUR P560
Les clous sont fixés avec un cloueur SPIT P560. Après avoir positionné l’éventuel bac acier sur la poutre il suffit de spiter les clous à haute résistance fournis avec le connecteur. Le cloueur est un outil très pratique en chantier. Il n’est pas possible d’utiliser d’autres cloueurs.
TREILLIS SOUDÉ
Il faut toujours prévoir la pose d’un treillis soudé dûment dimensionné pour la dalle. En général ST20 à mi-hauteur du connecteur. Il n’est pas nécessaire de lier ce treillis aux connecteurs.
TÔLE ONDULÉE
On pose généralement des bacs acier sur les poutres. Le bac doit être bien attaché à la poutre pour procéder à la fixation du connecteur. Il est possible de superposer deux bacs mais d’une épaisseur maximale totale de 2 mm. On utilise généralement des bacs de type Cofraplus 60 avec hauteur d’onde 55/60 mm. Il est également possible d’interposer du platelage.
POSE DE TÔLE ONDULÉE
Il n’est pas possible de fixer les connecteurs sur des bacs superposés de façon irréguliers. Le bac doit impérativement bien adhérer à la poutre. Les connecteurs ne peuvent pas être implantés dans les zones de raboutage par éclissage.
POSITIONNEMENT DES CONNECTEURS
Le nombre de connecteurs à placer est déterminé par un calcul (en moyenne il en faut environ 3-5 éléments par m²). Il faudra les fixer à distance rapprochée vers les murs et de façon plus espacée vers le centre de la poutre.
CONNECTEURS CTF
Le connecteur CTF se compose d’un ergot avec tête, inséré dans une plaque de base sur laquelle on fixe deux clous. Compte tenu de ses dimensions, il est principalement utilisé pour les planchers sollicités de façon non significative, en neuf et en rénovation. Cette solution présente une grande souplesse d’utilisation.
CONNECTEURS DIAPASON
Le connecteur DIAPASON est réalisé en tôle galvanisée de 3 mm d’épaisseur, façonné de manière à obtenir une base fixée avec quatre clous à la poutre en acier et deux ailes supérieures pour une liaison plus efficace avec le béton. Ce connecteur présente des performances mécaniques élevées.
PROFILS EN ACIER
Il est possible d’utiliser des poutres d’acier S235, S275 et S355, peintes ou galvanisées à chaud. Il convient que l’épaisseur de la semelle du profilé au droit de l’implantation des clous soit au moins de 8 mm. Les clous peuvent également être fixés sur l’acier plein.
ÉTAYAGE PLANCHER
Il est préconisé d’étayer les planchers pendant le séchage du béton (28 jours). S’il est impossible d’accéder, il faudra suspendre le plancher à l’aide de tirants.
CONNEXION AUX MURS
Il faut unir la dalle aux murs porteurs de tous les côtés du plancher. Ceci apporte des avantages en termes de rigidité et de résistance sismique du plancher. L’intervention peut avoir lieu de différentes façons, en fonction du
type de mur.

PLANCHERS EN ACIER EXISTANTS
À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, on a commencé à réaliser des planchers avec des poutres de fer type IAO avec interposition d’éléments en brique. Les poutrelles reposaient sur les murs de fondation avec des entraxes variant généralement de 60 à 110 cm avec interposition d’éléments en brique pleine ou creuse. Sur cette structure on étalait une couche de remplissage pour niveler la surface du plancher et constituer le lit de pose pour le revêtement de sol, en utilisant souvent des matériaux de refus du chantier. La consolidation des planchers en acier existant est souvent nécessaire pour les exigences sismiques.

COMPOSANTS
POUTRES EN ACIER
Par le passé, on n’utilisait pas les profils à géométrie normalisée. Il est donc nécessaire de relever la section du profil et d’identifier les caractéristiques de l’acier. En général on utilisait des profils de type IAO ou NP. En raison de leur composition chimique, souvent les poutres existantes ne peuvent pas être soudées. Selon les notices techniques de l’époque, les contraintes des poutres devaient varier entre un minimum de 900 kg/cm² à un maximum de 1200 kg/cm².

BÉTON
Pour réaliser la dalle collaborante, on utilise habituellement des bétons structurels de classe minimum C25/30 avec une épaisseur non inférieure à 5 cm. Les installations techniques ne doivent pas traverser la dalle.

BÉTONS LÉGERS STRUCTURELS
Leur utilisation est préconisée afin de réduire le poids de la dalle renforcée tout en maintenant une haute résistance mécanique. Ils offrent des avantages importants dans les zones sismiques.
HOURDIS
Il est composé habituellement de plâtre, voûtes ou de grandes briques plates. La mise à niveau était
réalisée avec un matériau de remplissage en vrac qu’il est préférable de remplacer par de l’argile ou
du polystyrène. Si elles sont dans de bonnes conditions, les briques interposées peuvent être utilisées comme coffrage pour le coulage. Sinon, il est possible d’utiliser des bacs.
TREILLIS SOUDÉ
Il faut toujours prévoir la pose d’un treillis soudé correctement
dimensionné. En général, on utilise ST20, à placer à mi-hauteur des connecteurs.
Il n’est pas nécessaire de lier le treillis aux connecteurs.
CONNECTEURS CTF
Le connecteur se compose d’un ergot avec tête, inséré dans une plaque de base sur laquelle on fixe deux clous.
La composition chimique des poutrelles en acier existantes rend difficile, sinon impossible, le soudage d’éléments métalliques, entravé également par la présence de poussières, d’oxydation ou de mortier : la fixation à froid avec les connecteurs TECNARIA résout efficacement le problème car les clous pénètrent directement dans l’acier. La simplicité d’installation rend le système idéal pour cette application !
POSE
L’un des principaux avantages du système est la fixation rapide et en toute sécurité avec un pistolet cloueur disponible également en location. L’introduction du clou dans la poutre peut produire des vibration, variable dont il faut tenir compte en présence d’éléments endommageables (p. ex. des plafonds de plâtre). Dans quelques rares cas, il est préconisé de recourir au soudage des connecteurs.
POSITIONNEMENT DES CONNECTEURS
Le nombre de connecteurs à placer est déterminé par un calcul (en moyenne il en faut environ 5-6 éléments par m²). Il faudra les fixer à distance rapprochée vers les murs et de façon plus espacée vers le centre de la poutre.
ÉTAYAGE PLANCHER
Procéder à l’étayage des planchers avant la nouvelle coulée pour augmenter au maximum l’efficacité de l’intervention. Il est toutefois possible de prévoir un plancher non étayé en phase de calcul.
CONNEXION AUX MURS
Il faut unir la dalle aux murs porteurs de tous les côtés du plancher. Ceci apporte des avantages en termes de rigidité et de résistance sismique du plancher. L’intervention peut avoir lieu de différentes façons, en fonction du
type de mur.
ISOLANT COMME ÉLÉMENT STRUCTUREL
L’interposition d’un panneau de matériaux isolant rigide permet d’augmenter la section de la poutre mixte acier-béton, sans augmenter le poids du
plancher. On obtient ainsi des avantages en termes de résistance, rigidité et, en partie, d’isolation thermo-acoustique

Plancher en bois
Planchers en bois existants
Les planchers anciens en bois nécessitent souvent des interventions de renforcement et de raidissement car ils ont été réalisés pour supporter de faibles charges ; ils présentent presque toujours une déformabilité et des vibrations excessives par rapport aux exigences actuelles.
L’intervention avec le béton collaborant est une solution optimale car elle évite de devoir remplacer complètement les planchers en bois et permet de ne pas modifier de beaucoup la hauteur de la structure.
Nouveaux planchers en bois
Par rapport aux planchers en béton, pour être plus résistants et rigides les planchers en bois ont besoin de poutres de section élevée. La section mixte bois-béton section réduit quant à elle les épaisseurs totales.
Dans les deux cas, il est possible de superposer à la structure existante en bois une dalle mince en béton coulée sur place, correctement armée et connectée, ce qui permettra d’augmenter la résistance et la rigidité des anciens planchers en bois et d’employer des poutres de section bien inférieure pour les planchers neufs.
Le système mixte bois et béton sert également à réaliser des couvertures, plates ou inclinées.
En cas de rénovation d’un plancher en bois existant, la capacité de charge augmente considérablement et l’utilisation de connecteurs permet de réduire considérablement la section de la poutre en bois pour une même capacité portante.
L’interposition des connecteurs entre les poutres en bois et la dalle de béton est nécessaire pour permettre à ces matériaux de collaborer entre eux. Ceci permet de créer une structure solidaire où, sous l’action des charges verticales, le béton agit essentiellement en compression et le bois en traction. La structure mixte bois-béton est préférable à la structure réalisée uniquement en bois, car elle est plus rigide et résistante.
Le comportement dynamique (vibrations), l’isolation acoustique et l’inertie thermique sont aussi nettement améliorés. Les avantages les plus évidents pour les structures composites bois-béton résident dans une plus grande capacité de charge, une hauteur totale inférieure des structures, une plus grande rigidité, ainsi qu’une meilleure résistance au feu.

Plancher en briques ou béton
Les planchers en briques et béton, réalisés en Italie à partir du début du XX ème siècle, s’avèrent souvent mal adaptés aux exigences des constructions actuelles : en effet, ils présentent souvent des carences au niveau des matières premières utilisées (utilisation réduite du béton ou bétons peut résistants, armatures en acier insuffisantes) ou ont été conçus de manière non correcte.
La capacité de charge réduite et l’absence d’une dalle en béton armé pour la distribution des charges, nécessaire aujourd’hui dans les zones sismiques, nécessitent des interventions de renforcement.
La réalisation d’une nouvelle dalle de béton,connectée au plancher existant, est souvent la solution la plus économique et la plus efficace.
Le succès de cette intervention dépend de la capacité de la liaison entre la partie existante et la nouvelle dalle, à transférer les actions de cisaillement afin de réaliser une section composée à interaction complète.
Exemples de vieux planchers en briques et béton
Avant d’effectuer une intervention sur les planchers, il faut avant tout effectuer une évaluation sur l’état de conservation de la structure et sur les propriétés mécaniques résiduelles des poutres. Il est important d’effectuer un relevé géométrique, déterminer la résistance du béton et surtout quantifier et qualifier l’armature du solivage existant.

Dans le cas du renforcement des dalles, lorsqu’il n’est pas possible d’évaluer a priori l’apport de résistance offert par la rugosité de la surface à relier, l’intervention d’un connecteur devient très importante. En effet, il est bien connu que le glissement entre les parties composant l’élément structurel réduit la capacité portante et augmente son aptitude à la déformation.
Lorsque deux couches de béton sont coulées en des temps différents, cela peut générer une résistance au glissement naturel résultant des irrégularités de la surface à consolider. Cette tension tangentielle, à elle seule, n’est cependant pas en mesure d’assurer la pleine collaboration. Ce n’est qu’en présence d’un connecteur spécifique qu’il sera possible de tenir compte d’une contribution fournie par la cohésion entre les matériaux. Pour simplifier, il est possible de classer les surfaces comme suit :
Rugosité de la surface dans le renforcement des dalles
A) Très lisse : en cas de coulée sur coffrage lisse.
B) Lisse : cas d’un chape avec surface vibrée simplement. C’est le cas le plus fréquent.
C) Rugueux : rugosité artificielle obtenue par des moyens mécaniques.
D) Dentée : spécialement préparée et coulée avec des éléments profilés ad hoc.
Dans le cas de briques apparentes ou de lissage friable, la contribution doit être considérée, pour ce qui est de la sécurité, comme étant égale à zéro.

En outre, les propriétés de résistance et de déformation de la liaison influent sur le fonctionnement de l’élément composé ; en particulier, la ductilité de la liaison constitue une caractéristique importante car, d’une part, elle permet l’obtention de la capacité porteuse et de flexion maximum de la structure composée avant que la rupture ne se vérifie de façon fragile par une crise de la liaison, d’autre part, elle influe sur les critères de projet, car la répartition de l’action de cisaillement permise par la ductilité de la liaison permet une répartition uniforme des connecteurs le long de l’élément structurel. Ces considérations montrent comment, pour le renforcement des dalles, la connaissance des caractéristiques des performances de la liaison est essentielle pour la conception et l’évaluation correctes de la fiabilité de l’intervention d’adaptation statique du plancher par la superposition d’une dalle.
Pour la facilité de pose, la liaison est généralement réalisée au moyen de connecteurs à ergot dont l’ancrage aux éléments à relier varie en fonction du matériau.

Bétons renforcés de fibres.
Les récentes techniques de construction permettent de réaliser des dalles de faible épaisseur et très résistantes ; tel est le cas des bétons renforcés de fibres qui, pour les planchers en briques et béton, sont de plus en plus souvent utilisés.
Le FRC (Fiber Reinforced Concrete) est un matériau composite à base de ciment (béton ou mortier, monocomposant ou multi-composant) renforcé avec des fibres de différentes natures et géométries ; cette composition confère au béton une résistance significative à la traction et à la compression, une ductilité importante et une plus grande résistance au cisaillement que les bétons classiques.
Actuellement, les normes ne fournissent pas un cadre clair de tous les champs d’application possibles pour les bétons renforcés de fibres dans le cadre structurel, car ils ne sont pas classifiés à strictement parlé parmi les bétons.
Récemment, ils ont été utilisés pour la mise à niveau sismique et pour le renforcement de certaines planchers, afin d’obtenir des plans rigides de faible épaisseur (de l’ordre de 25 mm) et de poids contenu, avec tous les avantages que la réduction des poids et des épaisseurs impliquent.
Pour garantir l’efficacité du plan rigide, il est cependant nécessaire d’avoir un degré de contrainte à la structure existante, aussi bien pour ce qui est des unions poutre-dalle que dalle-mur. À cet égard, certains fabricants de FRC suggèrent, dans le cas de renforcement de dalles en briques et béton, d’effectuer des préparations très laborieuses sur la surface à consolider, tel que le dépolissage du support par le biais d’une abrasion mécanique suivie d’un nettoyage et la consolidation superficielle avec un primer à étaler au rouleau. Au cas où la surface présenterait des éléments en briques sans lissage, la connexion métallique devient essentielle, car on ne peut compter sur le frottement entre les éléments et en plus il n’est pas possible de le quantifier avec certitude.

LES COMPOSANTS
PLANCHER SANS CHAPE
De nombreux planchers sont sans chape supérieure au plancher creux. La dalle en béton collaborant doit être réalisée pour répartir les charges et adapter la structure aux normes sismiques.
PLANCHERS AVEC CHAPES MINCES OU NON ARMÉES
Au cas où le plancher présenterait sur les briques creuse une chape d’épaisseur réduite ou peu consistant, il faudra réaliser une intervention de renforcement (plan rigide et augmentation de la capacité porteuse).

PLANCHER À CAPACITÉ DE CHARGE RÉDUITE
En cas d’augmentation des charges, la dalle collaborante permet d’augmenter la distance des forces internes et d’augmenter ainsi la résistance à la flexion de la section.
L’augmentation de la résistance est donc proportionnelle à l’augmentation de la hauteur de la section.
POUTRELLE EXISTANTE : DIMENSIONS
La largeur de la poutrelle doit être de sorte que le connecteur a sur toute sa profondeur d’encastrement un revêtement latéral de béton suffisant. Largeur minimum poutrelle: – 10 cm dans le cas de plancher sans dalle existante ou d’épaisseur inférieure à 2 cm – 8 cm dans le cas de plancher avec dalle existante d’épaisseur inférieure à 2 cm Pour les planchers avec des poutrelles de dimensions inférieure, le connecteur ne peut pas être utilisée La technique proposée est donc optimale pour les planchers à poutrelles préfabriquées (type Bausta), mais elle s’avère difficile à appliquer pour les planchers de type Sap ou Varese qui ont des poutrelles en béton de petite taille.

POUTRELLE EXISTANTE : BÉTON
Les contrôles de flexion, cisaillement et résistance du connecteur dépendent de la résistance à la compression du béton existant. Sa résistance doit être supérieure ou à égale à Rck 20 MPa. L’intervention avec des connecteurs n’est pas possible en cas de carbonatation du béton suivie d’oxydation de l’acier.
POUTRELLE EXISTANTE : ARMATURE
Les barres d’acier inférieures font partie de la structure résistante du plancher à renforcé; il faut donc vérifier leur résistance. À cet effet, il faut soigneusement relever leur diamètre, la quantité et le type d’acier. La résistance à la rupture de l’acier peut être facilement déterminée par un essais dans les laboratoires d’essai des matériaux.
CONNECTEUR CTEM
Ce connecteur est utilisé pour les applications les plus lourdes : il est muni d’une plaque de base qui s’accroche à la dalle existante, c’est celui qui présente les propriétés mécaniques les plus élevées.
CONNECTEUR VCEM
Ce connecteur est recommandé pour les applications moins exigeantes: il présente une seule vis avec partie filetée pour l’insertion dans le béton.

CONNECTEUR CTC MINI
Ce connecteur est spécialement conçu pour relier des couches de béton à hautes performances de très faible épaisseur pour la réalisation de dalles collaborantes de 20 mm d’épaisseur minimum.
BÉTON
On utilise habituellement des bétons structurels de classe minimum C25/30 avec une épaisseur minimum de 4 cm. Les installations techniques ne doivent pas traverser la dalle collaborante. Mouiller le plancher avant de coulé.

BÉTONS LÉGERS STRUCTURELS
Leur utilisation est préconisée afin de réduire le poids de la dalle renforcée tout en maintenant une haute résistance mécanique. Prévu dans les NTC, ils offrent des avantages importants dans les zones sismiques.
ÉPAISSEUR INTERVENTION
Une bonne règle de construction prévoit que l’épaisseur totale de la dalle renforcée soit au moins égale à 1/25 de sa longueur (p. ex. : 500 cm orifice = 20 cm hauteur totale).

POSITIONNEMENT DU CONNECTEUR
Le nombre de connecteurs à placer est déterminé par un calcul (en moyenne il faut environ 6-10 éléments par m²). Il faudra les fixer à distance rapprochée vers les murs et de façon plus espacée vers le centre de la poutre.
ÉTAYAGE OU TIRANTAGE
Étayer les planchers avant le coulage ; cette opération est presque toujours nécessaire. En alternative, en cas d’impossibilité à accéder aux espaces situés en-dessous, il est possible de suspendre le plancher à l’aide de tirants.

BÉTONS RENFORCÉS DE FIBRES
Ils sont utilisés lorsqu’il faut limiter l’épaisseur de l’intervention entre 20 et 30 mm et réduire les charges.
LIAISON ANTISISMIQUE AUX MURS
En présence de dalles de répartition non reliées aux murs ou en l’absence de dalle, il est nécessaire de lier celle ci au périmètres des mur ou de fixer, de préférence de façon ponctuelle des barres collées à l’aide de résines.

TREILLIS SOUDés
À mi-hauteur de la dalle il faut toujours placer un treillis soudé de dimensions appropriées (en général Ø 6 mm 20×20 cm). Il n’est pas nécessaire de lier le treillis aux connecteurs.
ISOLANT
L’interposition d’un panneau de matériau isolant rigide permet d’augmenter la section sans augmenter excessivement le poids. Ceci permet d’améliorer le renforcement. On obtient en effet des avantages en termes de résistance, rigidité, nombre de connecteurs et en partie d’isolation thermo-acoustique.

RUPTURE DES BRIQUES
Les planchers soumis à de fortes inflexions peuvent être soumis à la rupture de la plaque inférieure et du bloc de plancher creux. Initialement, il faut sécuriser le plancher à l’aide de systèmes appropriés ; ensuite, la connexion avec une nouvelle dalle réduira la flexibilité du plancher en évitant que le problème de rupture ne se reproduise.

Il peut arriver que les planchers en briques et béton ne puissent pas être consolidés avec les systèmes proposés. Ci-après la description d’un intervention avec insertion de poutres d’acier à l’intérieur du plancher existant
Dans les opérations de renforcement des planchers, il peut arriver que le plancher soit tellement sous-dimensionné qu’il est incapable de supporter les charges de projet même avec la chape collaborante ou que l’intervention ne soit pas possible parce que le connecteur ne peut être fixé. Dans de tels cas, il faudra opter pour solution alternative, qui est généralement plus coûteuse et avec un impact de projet plus important. Il y a différentes options possibles, allant de la démolition à la réfection du plancher avec renforcement par des fibres de carbone dans la partie inférieure associé à la chape collaborante dans la partie supérieure.
Une possibilité pour réaliser un plancher neuf de faible épaisseur supplémentaire consiste à insérer des poutres en acier à l’intérieur du plancher existant. Il faudra couper et enlever partiellement ou totalement une rangée de blocs de plancher creux (généralement une par mètre), placer une poutre d’acier (profils HEA ou HEB pour réduire les épaisseurs), connecter la poutre à une dalle collaborante avec des connecteurs CTF et armés avec un treillis électrosoudé

SR19-28246 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Texte #2
840 mots
Terminé

Reécriture du texte pris d'autres sites internet afin de l'utiliser sur le notre.
Le texte doit être descriptif, laconique, avec le langage correcte, littéraire.
Utilisation des mots clés: consolidation du plancher, BET, société OMPT, ouverture mur-porteur, renfort du plancher des combles, consolidation par la structure métallique et autres dans ce contexte
RENFORCER LE PLANCHER DES COMBLES : L'ESSENTIEL À SAVOIR

A travers cet article sur la surélévation de maison, celui pour renforcer le plancher de vos combles. Vous avez décidé cet été de franchir une étape pour vote maison et enfin réaliser le grand projet que vous souhaitiez mettre ne place depuis toujours : agrandir votre maison par les combles. En fait rénover votre plancher et agrandir vos combles est à peu près la même chose. Toutefois avant de vous lancer dans cette opération il vous faudra connaître la hauteur de celui-ci, et de ce fait s’il est bien à la hauteur qu’il vous faudra. Nous allons étudier comment refaire son plancher qui est une partie importante afin d’avancer plus loin dans vos travaux.
Comme tout projet, il faut tout d’abord en étudier sa faisabilité, car en cas de précipitation vous pourriez être amener à tomber sur quelques désagréments non pris en compte au départ du projet. Il existe pour cela des prés requis technique et administratifs à ne pas oublier et à connaître. Le poids est la principale contrainte lorsque l’on décide de changer son plancher ou de l’améliorer il faut prendre en compte les éléments qui seront dans la pièce tout au long de l’année comme un jacuzzi ; une machine à laver ou encore une table de billard. Si vous destinez cette extension à une chambre d’enfants et que celui-ci est plein de vie et aussi turbulent, il faudra calculer la charge au préalable.
Inutile de vous dire que faire appel à un professionnel est primordial autant pour l’étude préalable que pour la mise en place. Selon l’ancienneté de votre habitation la structure actuel a pu être endommagé par un trop plein d’humidité en contact direct ou dans l’air. Il ne faut pas oublier les champignons qui peuvent proliférer sans qu’ils soient visibles. Pour accéder à vos combles facilement n’oubliez pas que l’accès doit aisé, aussi sûr que possible et aussi doit permettre de faire passer des meubles sans difficulté. Vous pourrez aussi mettre en place un escalier pour vous y rendre.
(Veuillez également lire notre article sur la création de trémie et escalier en métal)
La hauteur de votre pièce est aussi importante pour pouvoir circuler sans trop de difficulté, à moins que vous soyez basketteur et que vous soyez plus grand que la moyenne, une hauteur de 1,8m conviendra pour vous et vos enfants. Vous pouvez aussi renforcer localement le plancher par des structures métalliques après avoir pris conseil d’un expert.
COMMENT RENFORCER LA STRUCTURE DU PLANCHER ?

Dans la plupart des cas et dans la plupart des maisons, le plancher est réalisé en poutre de bois, aussi appelé solives, pour leur robustesse et leur qualité. Pour minimiser les écartements entre les poutres vous pourrez utiliser des lambourdes (traverses) afin de fixer avec des clous ou des vis les solives. Elles rattraperont aussi les irrégularités du sol pour le rendre à la fin, parfaitement plan. Une étape à ne pas négligé car ce sont les solives qui recevront tous les éléments de vos combles.
Tout dépend aussi si le plafond doit être laissé apparent ou non.
S'il doit être recouvert d'un faux plafond, le plus simple est de rajouter entre les solives des poutrelles métalliques de section suffisante, qui seront scellées dans les murs porteurs.
Si le plafond doit rester apparent, il n'y a pas beaucoup de solutions fiables:
– soit remplacer les solives existantes par des nouvelles de section plus importante,
– soit mettre en place des poteaux intermédiaires qui peuvent éventuellement être noyés dans des cloisons, tout dépend de l'aménagement futur.
Enfin, si la hauteur sous plafond de l'étage supérieur est suffisante, il y a encore la possibilité de créer un nouveau plancher ( voir aussi l’article sur la création de mezzanine), dimensionné en fonction de la portée et des charges prévues. Les éléments porteurs du nouveau plancher seront encastrés dans le gros œuvre, il sera ainsi rendu totalement indépendant du plancher existant.
Le confort thermique et acoustique est aussi à étudier du mieux possible pour ne pas entendre les bruits venant du haut lorsque vous êtes tout en bas. Pour cela plusieurs possibilités d’exécution s’offrent à vous. Tout d’abord vous pourrez installer une dalle sèche qui sera posée sur un support sain puis ensuite compactée, avant d’être totalement recouvertes. Aidez-vous d’un support panneaux bois ou autres.
Profitez aussi des panneaux isolants rigides posés directement sur les solives et lambourdes à la fois. Eux sont plus faciles à manipuler et se mettent facilement en œuvre. Troisième solution qui consiste à mettre en place une bande résiliente, une membrane antivibratoire, entre la solive et le plancher de dalle.
Prévoyez aussi des canalisations pour l’électricité selon les installations. La plomberie et surtout la production du passage d’un conduit de fumée afin de limiter la température de surface a 50°C maximum. Sans oublier les finitions évidemment.

MR19-31494 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
merci.
Texte #3
1950 mots
Terminé

Reécriture du texte pris d'autres sites internet afin de l'utiliser sur le notre.
Le texte doit être descriptif, laconique, avec le langage correcte, littéraire.
Utilisation des mots clés: consolidation du plancher, BET, société OMPT, ouverture de mur-porteur, consolidation métallique de mur-porteur, poser un IPN et autres dans ce contexte
Quel métal peut être utiliser pour ouvrir un mur-porteur, consolider la structure porteuse, renforcer le plancher et autres?
Il existe de différents types de métal pour la consolidation de mur-porteur, ou de plancher ou charpente. Le choix de métal est préconisé par l’ingénieur de bureau d’études et dépend de plusieurs facteurs, notamment du cas précis, du calcul de charge sur le mur-porteur, plancher ou autre, de type de construction (appartement, maison, étage, mur de refend ou de la façade et autre), type de mur ( en brique, en BA, en pierre), date de construction etc.

Les types de métal existants au normes françaises :

HE

Les poutrelles européennes à larges ailes représentent une grande partie de profils marchands avec la surface interne des ailes parallèle et les dimensions conformes à la norme EN 10365 Leurs tolérances de produit sont définies dans la norme EN 10034:1993.
Les poutrelles en acier inoxydable à larges ailes sont utilisées dans le commerce et l’industrie, mais aussi dans la construction de machines et d’équipements. L’utilisation de profils en acier inoxydable se caractérise par une grande flexibilité de la composition et par la possibilité de construire rapidement et à un coût réduit (grâce à la capacité de préfabrication dans la production de l’acier). Les profils en acier inoxydable sont produits principalement à partir de ferrailles et peuvent être recyclés après utilisation afin de préserver les ressources naturelles.
Selon la norme EN 10088-3:1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

HEB - symb. :
[C.M.] Type de poutrelle en acier de construction, laminée à chaud, en forme de H ou I à larges ailes, de dimensions normalisées. Le nombre accompagnant ce hauteur d'étage symbole correspond à la hauteur de la section en mm, et aussi à sa largeur pour les HEB 100 à 300.
HEA - symb. :
[C.M.] Type de poutrelle en acier de construction, laminée à chaud, en forme de H ou I à larges ailes, de dimensions normalisées. Se distingue du HEB par une épaisseur plus faible de l'âme et des ailes et une hauteur de section légèrement réduite (ex. 190 mm pour un HEA 200).

IPN
Une poutrelle en I à profil normal (plus communément connue par l'acronyme, IPN ou INP pour I-Beam1) est un type de profilé standardisé courant de poutre à âme pleine acier en forme de I de section constante portant sur sa semelle inférieure. La dénomination actuelle est « poutrelles en I à ailes inclinées laminées à chaud » dont les tolérances sont définies dans la norme NF EN 10024 (1995). La norme définissant les caractéristiques géométriques des IPN date de 1983 (NF A45-209). On parle aussi fréquemment de « fer I », le terme « fer » désignant une pièce en acier non trempable.
Les ailes de l'IPN sont plus épaisses au centre qu'aux bords : elles présentent une pente de 14 % vers le bord, ce qui la distingue de l'IPE (poutrelle à profil européen) à ailes parallèles (d'épaisseur constante), qui, pour une section équivalente est ainsi plus légère.
Les notations IAP, IAO, IPER existent également mais ne font pas partie des dénominations de profilés en acier laminés à chaud définis par les normes européennes. Les poutres IAO (apparues vers 1845) se rencontrent aujourd'hui dans les chantiers de réhabilitations de bâtiments construits vers la fin du XIXe siècle.
Le profilé en I à ailes inclinées est utilisé dans la construction aussi bien verticalement (support de panneau de circulation) qu'horizontalement (en construction métallique, comme panne de toiture ou solive de plancher, à la suite de la suppression d'un mur porteur ou d'un mur de refend). Il est toujours utilisé lorsque la flexion est prédominante car sa forme élancée serait très économique pour la flexion. En revanche ce profilé est très sensible au phénomène de flambage et donc inadaptée à la compression.

IPE

IPE est le sigle utilisé pour les poutrelles I avec la surface interne des ailes parallèle et les dimensions conformes à la norme EN 10365 Leurs tolérances de produit sont définies dans la norme EN 10034:1993.
Les poutrelles en acier inoxydable peuvent être assemblées (soudées ou boulonnées) ou fabriquées à chaud (laminées à chaud ou extrudées). Les parties horizontales inférieures et supérieures de la poutrelle sont appelées ailes, la partie verticale du milieu est appelée âme. La version la plus commune dans ce groupe de produits est le profil IPE standard. Les versions les plus légères (IPE AAAA à A) et la version la plus lourde (IPE O) sont beaucoup moins utilisées.
Les poutrelles IPE en acier inoxydable sont utilisées dans le commerce et l’industrie, mais aussi dans la construction de machines et d’équipements. L’utilisation de profils en acier inoxydable se caractérise par une grande flexibilité de la composition et par la possibilité de construire rapidement et à un coût réduit (grâce à la capacité de préfabrication dans la production de l’acier). Les profils en acier inoxydable sont produits principalement à partir de ferrailles et peuvent être recyclés après utilisation afin de préserver les ressources naturelles.
Selon la norme EN 10088-3:1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).
UPN - symb. :
[C.M.] Type de poutrelle en acier de construction, laminée à chaud, en forme de U, de dimensions normalisées. Les ailes, plus petites que l'âme, ont la face intérieure légèrement inclinée. Le nombre accompagnant ce symbole correspond à la hauteur de la section en mm.
UPN ou UNP est le sigle utilisé pour les fers U normaux européens conformes à la norme EN 10365 et avec les tolérances conformes à la norme EN 10279: 2000.
Les profils UPN en acier inoxydable sont utilisés tous les types d’applications industrielles, mais aussi dans la construction de machines et d’équipements.
L’utilisation de profils en acier inoxydable se caractérise par une grande flexibilité de la conception et par la possibilité de construire rapidement et à un coût réduit (grâce à la capacité de préfabrication dans la production de l’acier).
Les profils en acier inoxydable sont produits principalement à partir de ferrailles et peuvent être recyclés après utilisation afin de préserver les ressources naturelles.
Selon la norme EN 10088-3:1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

UPE
UPE est le sigle utilisé pour les fers U à ailes parallèles conformes à la norme EN 10365, avec les tolérances conformes à la norme EN 10279: 2000.
La série UPE à ailes parallèles est maintenant disponible en acier inoxydable et est une alternative intéressante à la série UPN.
Les profils UPE ont une épaisseur plus fine mais des ailes légèrement plus larges que les profils UPN. Cependant, leurs valeurs statiques sont presque comparables.
Grâce à cette caractéristique des profils UPE, les architectes et les ingénieurs sont capables de réduire le poids de 9% en calculant l’axe fort et jusqu’à 25% si le calcul est fait sur l’axe faible.
C’est pour ça que l’utilisation des profils UPE permet d’économiser jusqu’à 30% du poids, tout en gardant les mêmes conditions statiques.
De plus, la nouvelle série UPE correspond parfaitement aux dimensions de la série IPE.
Selon la norme EN 10088-3:1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

UPA
UPA est le sigle utilisé pour un groupe de Fer U.
Ils sont produits avec des ailes parallèles conformément à la norme EN 10365 et avec les tolérances conformes à la norme EN 10279:2000.
Contrairement aux fers U type UPE, les ailes et les âmes ont toujours la même épaisseur.
Bien que les valeurs statiques obtenues par les UPA, avec la même hauteur de profil, soient inférieures à celles des UPE, les profils UPA sont considérés comme une alternative à faible coût pour une grande variété d’applications car leur poids spécifique par mètre carré est plus bas.
De plus, les profils U à ailes parallèles sont beaucoup plus faciles à installer car il n’est pas nécessaire d’utiliser des rondelles plates coniques pour compenser la conicité naturelle des ailes des profils UPN.
Selon la norme EN 10088-3:1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

T
Les profils T à ailes égales et parallèles représentent une large partie de profils marchands. Leurs dimensions et leurs tolérances sont définies selon la norme EN 10055.
Les profils T peuvent être assemblés (soudés ou boulonnés) ou fabriqués à chaud (laminés à chaud ou extrudés). La partie horizontale du profil est appelée aile, sa partie verticale est appelée âme.
Les profils T en acier inoxydable sont utilisés dans le commerce et l’industrie, mais aussi dans la construction de machines et d’équipements. L’utilisation de profils en acier inoxydable se caractérise par une grande flexibilité de la composition et par la possibilité de construire rapidement et à un coût réduit (grâce à la capacité de préfabrication dans la production de l’acier). Les profils en acier inoxydable sont produits principalement à partir de ferrailles et peuvent être recyclés après utilisation afin de préserver les ressources naturelles.
Selon la norme EN 10088-3: 1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

TB
Les profils T à ailes inégales et parallèles, souvent appelés TB. Ils représentent une large partie de profils marchands. Leurs dimensions et leurs tolérances sont définies selon la norme EN 10055.
Les profils TB peuvent être assemblés (soudés ou boulonnés) ou fabriqués à chaud (laminés à chaud ou extrudés). La partie horizontale du profil est appelée aile, sa partie verticale est appelée âme. Dans le groupe des profils T à ailes inégales, l’âme est toujours plus courte que l’aile.
Les profils T en acier inoxydable sont utilisés dans le commerce et l’industrie, mais aussi dans la construction de machines et d’équipements. L’utilisation de profils en acier inoxydable se caractérise par une grande flexibilité de la composition et par la possibilité de construire rapidement et à un coût réduit (grâce à la capacité de préfabrication dans la production de l’acier). Les profils en acier inoxydable sont produits principalement à partir de ferrailles et peuvent être recyclés après utilisation afin de préserver les ressources naturelles.
Selon la norme EN 10088-3: 1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

CORNIERES

Les cornières à ailes égales représentent une large partie de profils marchands. Elles ont des dimensions conformes à la norme EN 10056-1 (1998). Elles ont les ailes parallèles et leurs tolérances sont définies par la norme EN 10056-2 (1993). Généralement, les cornières en acier inoxydable sont utilisées dans le commerce et l’industrie, mais aussi dans la construction de machines et d’équipements. L’utilisation de profils en acier inoxydable se caractérise par une grande flexibilité de la composition et par la possibilité de construire rapidement et à un coût réduit (grâce à la capacité de préfabrication dans la production de l’acier). Les profils en acier inoxydable sont produits principalement à partir de ferrailles et peuvent être recyclés après utilisation afin de préserver les ressources naturelles. Selon la norme EN 10088-3:1D, les nuances austénitiques suivantes sont les principales pour la fabrication des profils marchands en acier inoxydable: 304, 304L, 316, 316L et 316Ti (1.4571).

DR19-28205 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Texte #4
400 mots
Terminé

Le texte à rédiger doit être 100% original car il sera mis sur le site internet.
Notre société spécialisée en travaux d'ouverture des murs-porteurs, consolidation de structure porteuses par le métal, création de trémies, mezzanine.
Ce sera le texte décrivant notre projet concret, réalisé récemment chez notre client doit être avec le vocabulaire correcte, sans argo avec un ton neutre
Utilisation de mots-clés: ouverture de mur-porteur, renforcement par une structure métallique, agrandissement de surface, BET, société OMPT, poser un UPN, poutre HEB
Chantier LEPINAU Réalise à Asnières-sur-Seine

Démolition d’un mur porteur à Antibes. Renforcement par structure métallique.

Création d’un poteau en béton armée (BA)

Mots clés : création poteau en BA, béton armée, semelle, sommier, consolidation

métallique, démolition mur porteur

La société OUVERTURE MURS PORTEURS TREMIES est en mesure de réaliser
des projets complexes comportant quelques types de démolition, de consolidation et
évidemment de construction. Nous ne faisons pas seulement le renforcement par
des structure en métal, mais aussi cela peut être la structure en béton armée. Il s’agit
d’un projet réalisé à Asnières-sur-Seine, qui comprenais de démolition de murs
porteurs, consolidation par structure en métal et création des poteaux en BA.
Qu'il serve de décoration ou d'élément porteur, la réalisation d'un poteau en béton armé
demande beaucoup de prudence et d'habileté. Les étapes de réalisation doivent donc être
respectées avec rigueur.
Notre client a sollicité l’expertise du BET ou Bureau d’Etudes Techniques afin de
s’assurer de faisabilité du projet et de la technologie recommandée par les
ingénieurs pour les travaux.
Avant toute intervention nous protégeons les lieux et renforçons la construction grâce
à un étaiement vertical. Il s’agit de disposer des étais ainsi que des bastaings en bois
aux endroits stratégiques. Les étais sont des pièces métalliques de charpente
verticale permettant de soutenir le mur. Ces étais préviendront de la chute du
plancher pendant la durée des travaux.
Après avoir renforcé le plancher temporairement nous commencerons la démolition
des murs avec la machine spéciale et tronçonneuse et après évacuerons des
gravats.
Avant de poser le système de consolidation métallique nous préparerons des
empochements dans le sol et dans les murs pour créer les semelles et les sommiers
anti-retrait, ce qui facilitera la répartition des charges des futurs poteaux en BA (béton
armée) et des poutres HEB240.
Prochaine étape est la création de poteau en BA, qui prévoit le coulage du béton
dans le coffrage en bois, ferraillage, façonnage, assemblage et bétonnage. Les
poteux sont fixés au sol par des attentes scellés chimiquement dans la semelle.
Pour le système de consolidation métallique nous allons utiliser le fer défini selon le
schéma de Bureau D’Etudes Technique. Il s’agit de poteaux HEA120 et UPN120 et
une poutre HEB240. L’assemblage du métal s’effectuera par des platines
d’épaisseur de 10mm, éclisse métallique, par soudure et boulonnage.
Comme d’habitude, une protection avec de la peinture antirouille a été appliquée sur
ls structure en métal avec soin. Elle ajoute à la durabilité de structure. Enfin, le
nettoyage du chantier dans les moindres recoins pour laisser la place nette.

SR19-28246 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Texte #5
400 mots
Terminé

Le texte à rédiger doit être 100% original car il sera mis sur le site internet.
Notre société spécialisée en travaux d'ouverture des murs-porteurs, consolidation de structure porteuses par le métal, création de trémies, mezzanine.
Ce sera le texte décrivant notre projet concret, réalisé récemment chez notre client doit être avec le vocabulaire correcte, sans argo avec un ton neutre
Utilisation de mots-clés: ouverture de mur-porteur, renforcement par une structure métallique, renfocer une poutre existante en bois , BET, société OMPT, système de moisage
SOULAT à PARIS

Renforcement les poutres en bois existantes par fers plats à Paris

Mot clés : renforcement poutre en bois, consolidation par structure
métallique, consolidation poutre en bois par acier, platines

L’entreprise OUVERTURE MURS PORTEURS TREMIES agit pour tous vos travaux
de renforcement métallique de poutres en bois et de consolidation.
Une expertise conséquente dans le domaine de la consolidation de matériels déjà
existants permet à l’entreprise OMPT de mettre son expertise en avant. Parmi les
projets courants effectués par notre société, ceux de renforcement de poutres
existantes en bois par structure métallique sont fréquents.

Comment renforcer une poutre en bois ? Le bois est un matériau vivant, qui évolue
en permanence et réagit à toutes les variations. La technologie de consolidation
métallique est toujours préconisée par une étude technique de BET et présente des
spécificités. Voici un exemple d’une des technologies de renforcement des poutres
en bois existantes. Le projet à été réalisé à Paris.
Avant notre intervention nous avons procédé à la protection des sols, des murs et
des meubles du chantier afin de leurs laisser dans état parfaite et net après les
travaux.
Selon le schéma défini par Bureau d’Etudes Technique ou BET nous allons
commencer la procédure de consolidation des poutres en bois existante par
installation du fer plat de 2 côtés de la poutre bois existante en système de moisage.
Nous allons couper des platines en deux morceaux de taille défini par BET, et tous
sera fixé sur les poutres en bois. L’assemblage s’effectuera en quinconce par
soudage et boulonnage M14 espacés tous les 45cm.
La deuxième phase de projet défini par également par BET au R+1 et R+2
consistera en renforcement par fer plat en dessous de la poutre en bois existante.
L’ingénieur de structure à prévu la fixation du fer sur la poutre bois par tirefonds M10
en quinconce espacés tous les 45cm, ainsi que la soudure et boulonnage.
Après avoir consolidé la structure existante en bois, nous procédons à la peinture
des structures en métal par la peinture antirouille pour protéger le fer. Chaque notre
chantier est nettoyé durant et à la fin des travaux.

SR19-28246 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Texte #6
400 mots
Terminé

Le texte à rédiger doit être 100% original car il sera mis sur le site internet.
Notre société spécialisée en travaux d'ouverture des murs-porteurs, consolidation de structure porteuses par le métal, création de trémies, mezzanine.
Ce sera le texte décrivant notre projet concret, réalisé récemment chez notre client doit être avec le vocabulaire correcte, sans argo avec un ton neutre
Utilisation de mots-clés: ouverture de mur-porteur, renforcement par une structure métallique, agrandissement de surface, BET, société OMPT, poser IPE, HEA, démolition de mur
Chantier ref. Lakkari à Antibes

Démolition d’un mur porteur à Antibes. Renforcement par

structure métallique

Mots clées : abattre mur porteur, renforcement par structure

métallique, étaiement

Vous souhaitez casser ou ouvrir un mur porteur pour agrandir une pièce ou
installer une porte, une verrière, ou encore une fenêtre ? L’ouverture d’un mur
porteur est une opération lourde qui nécessite les compétences d’un professionnel
du bâtiment pour être réalisée dans les règles. Abattre un mur porteur ne
s’improvise pas, il est essentiel de suivre certains principes pour que la casse du mur
porteur soit réalisée en toute sécurité. Voici l’exemple d’agrandissement d’une baie
et son renforcement par structure métallique réalisé dans la région des Alpes-
Maritimes à Antibes.
Avant toute intervention la société OUVERTURE MURS PORTEURS TREMIES
protégeons les lieux et renforçons la construction grâce à un étaiement vertical. Il
s’agit de disposer des étais ainsi que des bastaings en bois aux endroits
stratégiques. Les étais se présentent sous la forme de piliers métalliques verticaux
qui viennent en soutien provisoire d'un mur. Ces étais permettent de s'assurer de la
stabilité du plancher pendant la durée du chantier.
Après l’étaiement nous commençons la démolition avec tronçonneuse électrique et
machine spéciale. Cette étape prévoit également la coupe de la poutre existante
pour avois la hauteur sous plafond de 2.54m. Après tous les gravats serons évacués.
Avant de commencer le renforcement de l’ouverture créé par structure métallique
nous allons créer des semelles en béton armée pour la répartition de charge des
futurs poteaux HEA180.
La structure de consolidation de l’ouverture consistera des poteux HEA180 et la
double poutre IPE180, qui serons assemblés entre eux par des platines métalliques
de 10mm d’épaisseur, par soudure et boulonnage. Nous utiliserons également des
goussets métalliques pour favoriser la répartition de charge de la double poutre
IPE180.
Après l’ensemble des interventions, les constructions métalliques sont peintes avec
de la peinture antirouille de façon à assurer une protection sur le long terme. Le
chantier est obligatoirement nettoyé pour le restituer en état parfait.

DR19-28205 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Texte #7
400 mots
Terminé

Le texte à rédiger doit être 100% original car il sera mis sur le site internet.
Notre société spécialisée en travaux d'ouverture des murs-porteurs, consolidation de structure porteuses par le métal, création de trémies, mezzanine.
Ce sera le texte décrivant notre projet concret, réalisé récemment chez notre client doit être avec le vocabulaire correcte, sans argo avec un ton neutre
Utilisation de mots-clés: ouverture de mur-porteur, renforcement par une structure métallique, agrandissement de surface, BET, société OMPT, poser un UPE
CHANTIER DECOSSAS – Juan les Pins

Agrandissement d'une baie et création une baie pour la porte.

Renforcement par
structure métallique

Mots clés : agrandissement d’une baie, démolition mur porteur, création
ouverture pour la porte, renforcement par structure métallique, sondages,

linteau

Vous vous êtes peut-être déjà posé la question d'ouvrir ou d'abattre un mur porteur
dans votre intérieur. Pour agrandir l'espace, gagner en lumière, rendre la circulation
plus fluide. Autant de bonnes raisons de faire tomber ce mur qui cloisonne les pièces
de votre maison ou de votre appartement. Cette démarche peut faire peur car elle
touche à la structure même de l'habitat et nécessite souvent d'importants travaux. La
société OUVERTURE MURS PORTEURS TREMIES peut réaliser ses travaux pour
vous en respectant toutes les règles nécessaires.
Nous avons réalisé encore un projet d’abattage de mur porteur et la consolidation
par structure métallique à Juan Les Pins. Le projet nécessitait d’une étude d’un
ingénieur de structure.
La vérification des murs est réalisée par un ingénieur de BET ou Bureau d’Etudes
Techniques sur la base des plans projetés, des sondages et relevés réalisés sur site.
Les sondages ont permis de conclure que les structures dimensionnées et celles
servant d’appui sont saines. Tout ce travail préliminaire est essentiel pour engager la
poursuite du chantier dans des conditions correctes.
Notre travail sur le chantier commence toujours par protection des sols, de meubles
et de la partie commune de l’immeuble avec des protections spéciales pour le
chantier afin de le laisser le chantier comme il était avant.
Avant de procéder à la démolition nous allons réaliser l’étaiement vertical pour
supporter le plafond et murs porteurs, qui sera effectué à l'aide des étais et des
bastaings en bois.
Après la démolition des murs avec des machines spéciales et évacuation des
gravats, nous allons créer des semelles et des sommiers en BA pour le soutènement
supplémentaire de la future structure métallique.
L’ingénieur de structure dans son rapport nous prescrit la consolidation de l’ouverture
crée par poteux UPE140, doubles poutres UPE160 et doubles linteaux UPE100.
Toutes les doubles poutres sont assemblées par les tiges filetées traversants. Nous
allons également assembler les poutres et les poteaux par platines métalliques.
Cette procédure prévoit la soudure et boulonnage. Au-dessus de chaque poutre il
faut obligatoirement réaliser le calage avec du mortier sans retrait.
Chaque structure métallique sera peinte à la fin avec de la peinture antirouille, ce
que protégera le fer contre la rouille et assurera la longévité des métaux installées.
Le chantier est obligatoirement nettoyé pour le restituer en état parfait.

DR19-28205 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Texte #8
400 mots
Terminé

Le texte à rédiger doit être 100% original car il sera mis sur le site internet.
Notre société spécialisée en travaux d'ouverture des murs-porteurs, consolidation de structure porteuses par le métal, création de trémies, mezzanine.
Ce sera le texte décrivant notre projet concret, réalisé récemment chez notre client doit être avec le vocabulaire correcte, sans argo avec un ton neutre
Utilisation de mots-clés: ouverture de mur-porteur, renforcement par une structure métallique, agrandissement de surface, BET, société OMPT, poser HEA, HEB
Chanier ref. BARANES a Maisons-Alfort (94700)

Démolition d’un mur porteur en parpaing, renforcement par poutre

et tube carré, réalisé à Maison-Alfort

Mots clés : démolition mur porteur en parpaing, poteau en tube
carré, renforcement par poutre métallique, consolidation

métallique, abattre un mur

La société OUVERTURE MURS PORTEURS TREMIES est un spécialiste d’abattage
des murs porteurs en béton, parpaing, briques pleines et pierres. Un projet de
démolition d’un mur porteur en parpaing a été réalisé dans un appartement à
Maisons-Alfort très récemment.
Notre client a sollicité l’expertise du BET ou Bureau d’Etudes Techniques afin de
s’assurer de faisabilité du projet. L’ingénieur de structure va déterminer la procédure
d’ouverture ou de dépose du mur porteur et choisira, selon des calculs très précis, le
type d’élément de soutien le plus adéquat à mettre en place pour un résultat
optimum.
Avant toute intervention nous allons protéger les lieux avec la bâche autocollant
spéciale pour le chantier et panneau isorel afin de laisser le chantier a la fin propre et
net.
Pour pouvoir commencer la démolition il faut obligatoirement soutenir le plancher
d’étage afin de le soutenir le temps des travaux. Nous allons installer des bastaings
perpendiculairement au mur et soutenir chaque bastaing avec une paire d’étais. 
Après la démolition des murs porteurs avec la tronçonneuse électrique et évacuation
des gravats nous allons procéder au renforcement de l’ouverture.
Suite à l'analyse de BET de la structure existante ainsi qu'aux divers calculs et
vérifications suivant les normes en vigueur Eurocode, les poutres servant à créer les
ouvertures seront des profilés métalliques HEB180 et HEA140, ils seront posés dans
une engravure de 200mm au niveau de chaque appui.
Le poteau sera créé avec un tube carrée métallique 100x100x5mm.
Afin de répartir les charges des poutre HEB180 et HEA140, les sommiers en béton
armées serons créés dans les empochements dans les murs. Les poutres seront
assemblées par les éclisses et de corniers métalliques. Les poutres et poteaux
serons assemblés par des platines d’épaisseur de 10 mm, soudure et boulonnage.
Comme d’habitude, à la fin de la procédure de consolidation métallique nous allons
peindre le métal avec la peinture antirouille. Elle constitue une véritable protection
pour vos métaux et les rendra résistants face au temps.

MR19-31494 a été choisi pour la rédaction de ce texte.