Confiez la rédaction de vos contenus spécialisés dans le BTP à nos rédacteurs

Profitez de l'expertise de notre équipe et du savoir-faire de nos rédacteurs professionnels spécialisés pour faire rédiger vos contenus spécialisés dans le BTP, rapidement et sans effort.

Un service sur mesure pour

Des contenus spécialisés dans le BTP de qualité

Une icône représentant deux bulles de discution

Choix parmi 978 rédacteurs spécialisés

Une icône représentant un bouclier miroitant avec en son centre une coche

Qualité garantie et retours gratuits

Une icône représentant un rouage devant un dossier bleu rempli de document

Commandes récurrentes et gros volumes

Une icône représentant trois pièces d'or devant une projection d'un graphique dont la tendance est à la baisse

Tarifs dégressifs avantageux

Commande #49298

Reécriture des textes pour les sites - 11 textes

Consignes générales du client :

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Texte #1
800 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Rénover une maison : les 5 erreurs à éviter
Rénover une maison est une aventure et, justement, vous avez envie de vous lancer. D'une vieille grange de village ou de la petite maison héritée de vos parents, vous allez faire un lieu de vie confortable et tendance. Une rénovation réussie commence par une bonne préparation et de la méthode. Il faut aussi éviter certains pièges qui alourdissent la facture et font perdre du temps. Nous avons listé les 5 erreurs classiques des débutants. A éviter absolument pour rénover sereinement.
Cette maison, vous en rêviez. Mais quand on rénove pour la première fois, la peur de se tromper n'est jamais loin. Avez-vous bien fait de casser ce mur ? D'ouvrir à cet endroit ? Pour une rénovation zen, anticipez. Tout doit être pensé (financement, aménagements, équipements) avant même de toucher le premier outil. Veillez aussi à vous entourer de bons professionnels.
Erreur n°1 : retaper un vieux bâtiment sans architecte
Puisque vous n'avez pas besoin de permis de construire, vous avez décidé de vous passer d'architecte. C'est toujours ça d'économisé quand le budget est un peu ric-rac. Erreur ! Vous sous-estimez l'apport de l'architecte. Son rôle ne se cantonne pas à la signature d'un permis de construire, loin de là. Il va vous aider à :
• faire le diagnostic initial de votre maison : ses faiblesses, les travaux les plus urgents,
• prendre du recul et développer une vision globale pour que la rénovation corresponde exactement à vos besoins et à votre budget,
• prioriser et chiffrer les travaux,
• donner de la personnalité à votre projet et valoriser la maison,
• enfin, s'il coordonne les travaux, il fera son affaire des retards, erreurs, oublis, surfacturations, etc... qui émaillent tout chantier depuis la nuit des temps.
Les honoraires de l'architecte sont, clairement, votre meilleur investissement. Vous gagnez du temps, évitez le stress et, en réalité, vous les récupérez en payant vos travaux au juste prix. Prenez le temps de bien choisir votre architecte sur des critères techniques (la qualité de ses réalisations) autant qu'humains (qualité du dialogue, convergence de vues).
Erreur n°2 : sous estimer le budget de rénovation
Côté budget, vous naviguez dans le brouillard. Vous avez prévu une enveloppe de départ et après... on verra bien au fur et à mesure. Pas si simple ! Rénover coûte cher et vous risquez d'y laisser des plumes si vous n'anticipez pas les questions budgétaires. N'oubliez jamais qu'il est plus rentable de réaliser une rénovation globale que de faire petit bout par petit bout.
Vous devez établir un plan de financement précis pour l'achat de la maison et sa rénovation, intégrant votre apport personnel, un éventuel crédit et toutes les aides auxquelles vous avez droit. Le crédit immobilier est la solution la mieux adaptée à un projet couplé : achat et rénovation. Les taux en 2015 sont historiquement bas, vous pouvez emprunter des montants élevés, sur une longue période. Pour obtenir ce crédit vous devrez avoir en mains les devis des entreprises. Ils devront être réalistes et adaptés au projet. Une fois le crédit accordé, vous aurez deux ans pour réaliser les travaux de rénovation.
Peut-on rénover avec un crédit à la consommation ? Avec ce type de crédit, vous n'avez pas à justifier de l'utilisation des fonds. Vous pouvez donc réaliser vous-même vos travaux, choisir vos matériaux, etc. En revanche, les taux (TEG) et les durées de remboursement s'accordent mal avec les rénovations lourdes.
Quant aux aides à la rénovation, elles sont nombreuses et dépendent de votre situation familiale, fiscale et géographique. Les principales sont :
• l'éco-prêt à taux 0 (éco-PTZ)
• le PTZ+ (pour les primo-accédants)
• les aides de l'Anah
• le Crédit d'Impôt Transition Energétique (CITE)
• les prêts accordés par certaines collectivités
• le 1% logement dans votre entreprise, etc.
Pour y voir clair sur les conditions d'attribution de ces aides, les cumuls possibles et le montage des dossiers, adressez-vous au Point Rénovation Info Service le plus proche de votre domicile (liste sur le site *** URL MASQUÉE ***).
Erreur n°3 : réhabiliter sans faire de bilan énergétique préalable
L'énergie est un gros poste de dépense dans la maison. Rénover est l'occasion idéale de tout remettre à plat. Aussi, ne vous précipitez pas pour remplacer à l'identique une chaudière, des radiateurs, une cuve à mazout, faites plutôt un état des lieux de vos besoins et de vos possibilités.
La meilleure énergie étant celle qu'on ne consomme pas, la priorité doit être donnée à la baisse de la consommation énergétique de la maison : isolation, remplacement des fenêtres, pose de volets et fermetures, ventilation adaptée, équipements sobres.
Ensuite, vient la délicate question du choix de l'énergie. Cela dépend de nombreux critères liés à la maison (surface, orientation, localisation, etc.) et à vos choix de vie.
Certaines solutions mettent tout le monde d'accord parce qu'elles sont écologiques et économiques, comme le solaire thermique. Avec une toiture bien orientée, vous faites jusqu'à 70% d'économie sur la facturée liée à la production d'eau chaude.
Les chauffagistes ou les bureaux d'études thermiques sont les mieux placés pour vous aider à faire ce choix. Enfin, n'oubliez pas que pour optimisez votre consommation énergétique, un bon pilotage de l'installation est indispensable. Vous consommerez alors au plus près de vos besoins.
Erreur n°4 : rénover en oubliant la ventilation
L'air, à l'intérieur de nos maisons, doit être renouvelé pour que les habitants et le bâti restent en bonne santé. Dans les maisons anciennes, les défauts d'étanchéité assurent cette ventilation. Mais ce modèle de ventilation naturelle "par défaut" n'est plus tenable car il s'accompagne de fortes déperditions énergétiques et fait grimper les factures plus que de raison.
Pour ventiler correctement votre maison ancienne, vous allez devoir la rendre un peu plus étanche et lui adjoindre une ventilation mécanique. La VMC double flux (centralisée), qui équipe de nombreuses maisons neuves est, dans la pratique, peu adaptée à la rénovation car elle est encombrante (deux circuits de gaines) et impose un bâti très étanche.
Les extracteurs individuels, placés dans les pièces humides, sont un bon compromis. Le système n'étant pas centralisé, aucune gaine ne traverse la maison et la ventilation est efficace.
Erreur n°5 : aménager la maison sans s'interroger sur son mode de vie
Une erreur fréquente consiste à aménager la maison sans s'interroger d'abord sur son mode de vie. Oubliez un instant les grandes tendances déco du moment, oubliez aussi les habitudes des anciens propriétaires, c'était une autre époque. La maison doit désormais être adaptée à votre famille, à vos rituels et vos goûts.
Passez en revue chaque moment de la journée. Comment vivez-vous ? Quels sont les moments clés de votre journée ? Vous levez-vous en même temps que votre conjoint ? Aimez-vous recevoir ?
En partant de vos besoins, vous trouverez plus facilement les solutions techniques et d'aménagement. Finalement, la cuisine complètement ouverte sur le salon est-elle faite pour vous ? La douche dans la chambre est-ce une si bonne idée ? Vous trouviez la cuisine trop grande, est-il vraiment judicieux de la cloisonner ? Comment amener la lumière dans cette pièce sombre ? La chambre d'un côté de la maison, la salle de bains de l'autre, est-ce confortable au quotidien ? Pensez à l'agencement mais également à la lumière, aux distances et aux points de vue que vous aurez depuis chaque pièce, vers l'intérieur et vers l'extérieur.
Pour une rénovation 100% réussie, ne restez jamais seul avec votre projet. Rejoignez les associations locales ou les réseaux de bricoleurs, ils sont passés par les mêmes questionnements que vous et ne seront pas avares de conseils.

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup, il y pas de soucis. Cordialement.
Texte #2
400 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

NOS SERVICES
Pour répondre à vos besoins

Rénovation - Travaux d’électricité - Plomberie
Peinture - Construction - Démolition
Lissage de murs - Réalisation de cuisines
Réalisation de salle de bains - Pose de parquet - Pose de carrelage

VOTRE PROJET
1- Prise de contact par téléphone ou mail
2- Etude de votre projet et déplacement gratuit
3- Présentation d’un devis gratuit et détaillé
4- Signature du devis puis début des travaux
5- Suivi de chantier avec des points réguliers et des rapports photographiques journaliers
6- Travaux terminés en temps et en heure

POURQUOI NOUS CHOISIR ?
Notre parfaite connaissance des spécificités méditerranéennes en termes d’urbanisme, de capacité à trouver du foncier et de technique de construction, font de OMTP Construction, un acteur reconnu de la rénovation et construction de maisons individuelles.
Nos artisans, professionnels du bâtiment de votre région en collaborations avec les bureaux d’études, les architectes et nos conseillers exclusivement rattachés à votre projet de construction ou rénovation, sont là pour vous accompagner tout au long des étapes de sa réalisation, et au-delà.

VOUS AVEZ UN PROJET A REALISER ?
Notre société OMTP Construction intervient chez vous et vous délivre un devis gratuit et détaillé sous 72h
Nos locaux sont situés à Cannes au 25 Avenue de Grasse
NOS DERNIERES REALISATIONS
De l’idée à la concrétisation

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup.
Texte #3
500 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

NOTRE EXPERTISE

Qui sommes-nous ?

Le champ d’action de l’entreprise OMPT concerne
le secteur de la rénovation et de la construction.

Notre société est spécialisée en rénovation et
la construction de villas individueles, appartements
et locaux professionnels.
Elle intervient également pour l’electricité et plomberie
Générale , la pose de carrelage, la peinture, la pose de
Parquet, etc…

Notre siège se situe sur la côte d’azur à Cannes et nos
Employés et collaborateur sont tous des professionnels
Habilités et passionnés par leur métier.

Nos ouvriers qualifiés combinent leur savoir-faire
Aux technologies les plus pointues à ce jour dans
Le domaine pour réaliser des rénovations et
Constructions chez des particuliers ou des entreprises
Nous portons un soin tout particulier à la qualité du
Matériel et des matériaux que nous utilisons pour
Nos travaux.

AVEC QUI TRAVAILLONS-NOUS ?
Nous prenons en charge la responsabilité en termes d’assurances. En effet, notre société OMPT possède une assurance décennale pour la maçonnerie conception et la construction des bâtiments. Elle prend en charge la démolition, l’électricité, la plomberie, construction, rénovation et la plâtrerie.

AVANTAGES GARANTIS PAR NOTRE ENTREPRISE

Faire appel à notre entreprise pour vos travaux de rénovation ou de construction vous garantit un résultat impeccable, en accord avec votre projet, vos souhaits et le devis validé en amont.

Nos ouvriers sont des professionnels passionnés par leur métier qui allieront une expertise et un savoir-faire de qualité, forts de leurs expériences et qualifications.

Nous assurons la qualité de notre travail par les matériaux, le matériel et les technologies mises au service de la réalisation de chaque projet.

Notre rapport qualité/prix est tout à fait compétitif et offre une souplesse de budget grâce à un prix de vente abordable pour une même garantie de qualité dans le résultat final.

Enfin, nous proposons un devis GRATUIT sous 72h ce qui est rarement le cas dans ce secteur.

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup le texte nous convient a merveille .
Texte #4
500 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Dans le cas d’une usure du parquet : quelles sont les différentes étapes de la rénovation de parquet ?
Vous avez trouvé votre artisan et vous aimeriez connaître le déroulement de vos travaux ? Voici étape par étape comme va se dérouler la rénovation de votre parquet ancien.

Diagnostic de l’état du parquet
Un vieux parquet peut présenter plusieurs défauts : rayures, taches, petits trous, manque de planéité… Avant de commencer les travaux, l’artisan commence donc par constater l’état de votre sol afin de mesurer la nature et l’ampleur de la rénovation. En fonction de l’état de votre parquet mais aussi de sa constitution (massif, flottant ou stratifié), il pourra ensuite vous conseiller sur la marche à suivre. Dans certains cas, le parquet est si abîmé qu’un changement total est préconisé. Toutefois, une rénovation est possible dans la majorité des situations.

Ponçage du parquet
Attention, cette étape ne concerne pas tous les parquets. Comme évoqué plus haut, certains parquets ne se poncent pas, ce traitement est réservé aux parquets massifs et contrecollés. Les parquets stratifiés ne doivent pas être poncés car ils n’ont pas une épaisseur suffisante pour ce type d’opération (d’ailleurs l’usage du terme parquet à leur égard est un abus de langage, ne peuvent prétendre à l’appellation parquet que les sols qui ont une couche d’usure en bois massif d’au moins 2,5 mm). Le massif et le contrecollé sont apte à recevoir un ponçage, sous réserve que leur couche d'usure n'ait pas été trop affinée par les rénovations successives.
Si cela est possible, l’artisan procède donc au ponçage de votre parquet à l’aide d’une ponceuse dédiée. Cette étape va permettre d’éliminer toutes les salissures et de rattraper de petits défauts de planéité tout en obtenant une surface parfaitement lisse. Si le parquet est très ancien et endommagé, le professionnel ponce avec un grain de 30 ou 40 pour la première passe. Une fois terminé, il passe l’aspirateur ainsi qu’un coup de serpillière bien essorée afin que le sol soit prêt à recevoir la finition.

Finition du parquet
On distingue trois finitions pour le parquet : le parquet huilé, le parquet vitrifié et le parquet ciré.
La finition huilée offre un aspect traditionnel au parquet. Facile d’entretien, elle offre une excellente résistance aux rayures ainsi qu’au passage même intensif. Son application se fait à la brosse ou au rouleau.
Pour la finition vitrifiée (ou vernie), il existe différents types de vitrificateurs. Toutefois, chaque vitrificateur permet une bonne résistance aux chocs ainsi qu’aux rayures. Sans odeur, son application se fait également à la brosse ou au rouleau.
Enfin, la finition cirée, si elle offre un bel aspect naturel au parquet et cette odeur si agréable, est moins résistantes aux épreuves du quotidien. Elle sera donc à privilégier pour une pièce moins fréquentée, où l’on se déplacera le cas échéant avec des patins. Son application se fait à l’aide d’une brosse souple ou d’un chiffon. Pour une bonne tenue, l’artisan applique généralement deux à trois couches.

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup.
Texte #5
500 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

. Prix rénovation électrique maison : conseils et devis
En France, actuellement, près de 7 millions de logements ne seraient pas aux normes en matière d'installation électrique. Encore plus inquiétant, 2 millions d'entre eux seraient directement confrontés à des risques graves à cause de ces installations non réglementaires. Pour ces logements, la solution pour davantage de sérénité et surtout de sécurité, c'est d'opter pour une rénovation électrique. Mais cela a un coût non négligeable. Justement, quel est le prix moyen pour remettre l'électricité aux normes dans un appartement ou une maison ?

Pourquoi faire rénover son installation électrique ?
L'installation électrique d'un logement requiert une grande attention de la part de ses occupants. En effet, en cas de dysfonctionnement ou d'usure, elle peut être à l'origine d'accidents graves tels qu'un incendie, une électrocution ou encore une intoxication à la suite d'émanations de produits de combustion nocifs. C'est dans cette logique qu'il est important de faire contrôler de façon régulière que votre installation électrique respecte bien les normes de sécurité en place. Lorsque ce n'est pas le cas, vient le temps de la rénovation électrique de votre maison, avantageuse pour plusieurs raisons.
Outre le besoin de mettre aux normes votre installation électrique pour assurer votre propre sécurité au sein de votre habitation, la rénovation électrique est aussi obligatoire au niveau légal depuis 2007 dans le cadre de la vente ou de la location de votre logement, si le diagnostic électrique (obligatoire lui aussi) le stipule.

Au-delà de cela, la rénovation électrique de votre maison vous permet par ailleurs de faire des économies. Concrètement, en améliorant l'efficacité de votre installation électrique, vous pourrez faire baisser le montant de vos factures d'énergie tout en vivant dans un environnement plus confortable et plus sain, sans oublier le fait que vous augmentez la valeur patrimoniale de votre bien immobilier en le mettant aux normes.

En pratique, remettre votre électricité aux normes a un prix qui dépend du mode de rénovation pour lequel vous optez : rénovation complète ou rénovation partielle.
• La rénovation complète, aussi appelée rénovation totale, implique comme son nom l'indique un remplacement intégral de l'installation électrique en place pour un dispositif plus performant. Elle comprend un changement de câbles, un changement de tableau électrique et de ses composants, la mise en conformité du réseau et la mise à la terre du circuit.
• La rénovation partielle, de son côté, passe par le remplacement du tableau électrique et l'ajustement d'une partie du réseau considérée comme vétuste.


La norme à suivre
Le prix pour remettre l'électricité aux normes dans un logement dépend logiquement de l'ampleur des travaux à réaliser. Il dépend aussi directement d'un autre facteur, à savoir la norme NFC 15-100. Celle-ci définit les standards qui réglementent les installations électriques dans les habitations et qui obligent les constructeurs à respecter certaines consignes d'équipements et de sécurité afin d'augmenter le confort des occupants du logement et de s'adapter aux besoins actuels des particuliers.

En pratique, la norme NFC 15-100 impose aux constructeurs la présence d'un certain nombre d'équipements dans chaque pièce du logement. Par exemple, un séjour doit obligatoirement comporter une prise de 16 ampères par tranche de 4 m² avec 5 prises minimum, 1 prise TV, 1 prise téléphone et un point d'éclairage avec socle DCL. Dans le même esprit, une cuisine doit comporter 6 prises de courant de 16 ampères, dont 4 sur le plan de travail, un circuit de 32 ampères, un point d'éclairage équipé d'un socle DCL et 2 circuits de 20 ampères. Et ainsi de suite, à chaque pièce ses règles en matière d'équipement !

Si cette norme NFC 15-100 implique de nombreuses transformations au sein d'un logement, en augmentant forcément le prix de la rénovation électrique de la maison, elle permet aussi de sécuriser l'installation électrique globale pour de nombreuses années et de garantir une grande tranquillité à long terme pour les habitants du logement.
À qui s'adresser pour faire rénover son installation électrique ?
Pour savoir à qui faire appel pour faire rénover son installation électrique, il est primordial de faire plusieurs devis (3 ou 4 suffisent en général) auprès de différents professionnels pour comparer leurs prix pour remettre l'électricité aux normes et de prévoir un budget à l'avance en adéquation avec les prix proposés.

Que vous décidiez d'opter pour un électricien indépendant ou pour une grosse entreprise, le plus important est de s'assurer que vous sollicitez bien les services d'un professionnel qualifié. N'hésitez donc pas à vous renseigner sur les compétences, les certifications et le parcours de l'artisan que vous souhaitez embaucher.

Pensez aussi à vous renseigner sur les aides financières pour l'éco-rénovation dont vous pouvez bénéficier et qui viendraient dès lors baisser le prix de de la rénovation électrique de votre maison.

En pratique, au-delà d'un taux de TVA réduit à 7% et d'une prime d'amélioration de l'habitat attribuée par la Direction départementale de l’équipement, selon la nature des travaux à effectuer, l'éco prêt à taux zéro (aussi appelé Eco-PTZ), le crédit d'impôt à la transition énergétique (CITE) ou encore des primes venues de la région ou de votre commune ou des subventions venues de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) peuvent vous être accordées. Une rénovation électrique, ça se prépare en amont pour pouvoir profiter du meilleur prix.


Quel coût pour une telle rénovation ?
Maintenant que vous avez bien appréhendé l'aspect pratique de la rénovation électrique de votre maison, vient le temps de passer à l'action et de s'intéresser à un autre point central du processus : remettre l'électricité aux normes a un prix. Mais lequel au juste ?

De façon générale, pour un logement de 100 m², on estime que la rénovation électrique partielle ou complète d'une maison coûte entre 8 000 et 10 000 euros, à raison d'un forfait dont le prix va de 80 à 100 euros en moyenne par m². Ce forfait comprend le prix (conséquent) de la main d’œuvre, du matériel (qui représente environ 30% du prix total) et la pose d'un nouveau tableau électrique.

Globalement, le prix pour remettre l'électricité aux normes varie principalement en fonction du matériel utilisé et de la zone géographique de votre logement. Une rénovation en centre-ville peut ainsi coûter jusqu'à 3 fois plus cher que dans une zone rurale.


L'importance du bilan énergétique
Grâce au bilan énergétique, vous pouvez découvrir facilement quels travaux d'éco-rénovation (électrique ou autre) pourraient sensiblement améliorer le confort de votre logement tout en vous permettant de réduire votre facture énergétique. Alors, avant de passer à l'action, pensez à faire un bilan !

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup.
Texte #6
500 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Comment rénover un carrelage ?
Pratique, esthétique, solide, facile d’entretien : le carrelage revêt de nombreux avantages. Qu’il soit fabriqué en céramique, en terre cuite, en faïence, en grès, en ciment ou bien encore en marbre, comme tout revêtement de sol, celui-ci n’est pas épargné par les aléas du temps. Aussi, lorsqu’un carrelage est endommagé, il ne vaut mieux pas trop tarder à le rénover afin que les dégâts ne prennent pas une ampleur plus importante. Selon l’état de votre sol, différents travaux seront nécessaires à sa remise à neuf. Quelles sont les différentes étapes pour rénover ce type de revêtement ? Pourquoi faire appel à un professionnel pour la rénovation de votre carrelage ? Sur quel corps de métier se reposer ? Quel est le prix de ces travaux ? Décryptage dans l’article.
Quelles sont les différentes étapes de la rénovation de carrelage ?
Votre carrelage a subi de nombreux dommages et vous aimeriez pouvoir lui redonner une seconde jeunesse ? Découvrez les étapes de sa rénovation, en fonction de son degré d’endommagement.

Nettoyage et préparation du chantier
Quel que soit l’ampleur du chantier, un professionnel sérieux commencera toujours par préparer le support à rénover.
Le nettoyage n’est pas une étape à prendre à la légère et doit être effectué avec minutie. Le carrelage est aspiré puis frotté afin que la surface à travailler soit parfaitement propre. Le carreleur finit par recouvrir les zones à protéger afin d’éviter les dommages collatéraux malencontreux.

Réparation des impacts
C’est souvent la principale cause de rénovation des carrelages. Les impacts et les éclats ternissent non seulement l’aspect du revêtement de sol mais peuvent également s’avérer dangereux lorsque l’on y marche pieds nus, chose fréquente dans une salle de bains. Si les impacts ne sont pas trop nombreux et importants, il n’est pas forcément nécessaire de remplacer le ou les carreau(x) endommagé(s). Une réparation peut être envisageable. Pour cela, l’artisan utilise un tube d’émail pour colmater les brèches et les éclats puis y ajoute un peu de colorant à la même teinte que vos carreaux. Il termine en lissant le mastic afin qu’il n’y ait pas d’irrégularité en surface.

Remplacement des carreaux endommagés
Malheureusement dans certains cas, la réparation des impacts n’est pas suffisante et le remplacement des carreaux abîmés s’avère alors nécessaire.
Dans le cas des carreaux en verre, le remplacement d’un carreau fissuré ou présentant un éclat sera par exemple incontournable si l’on souhaite un rendu élégant. Le carreleur va procéder carreau par carreau. Il va gratter le joint puis, à l’aide d’un burin, casser le carreau afin de pouvoir le retirer. Il gratte ensuite toute trace de colle ou d’ancien mortier restée au sol. Il applique ensuite une couche de mortier-colle et place le nouveau carreau en veillant à ce qu’il soit bien aligné avec les autres carreaux et au même niveau.
Il reprend ensuite le joint autour du carreau, ou l’intégralité des joints en fonction de leur état d’usure et de salissure.
La principale difficulté lorsque l’on procède au remplacement d’un ou plusieurs carreaux de carrelage endommagé est de trouver un carrelage qui se fonde dans l’ancien : même si la référence de votre carrelage est suivie, il peut y avoir des variations de teinte d’un bain à l’autre, variations qui seront visibles et plus ou moins élégantes à la substitution…
Ainsi, il est recommandé, lorsque l’on installe un nouveau carrelage, de conserver les carreaux en surplus au cas où un remplacement de carreau s’imposerait.
Si vous n’avez pas de carrelage identique par devers vous, mieux vaut parfois twister l’existant, en ajoutant un listel à un carrelage mural par exemple, voire changer complètement votre carrelage.
Rénovation des joints
Les joints de nos carrelages jouent un double rôle : ils assurent l’étanchéité du sol et permettent une belle finition du revêtement.
Lorsqu’ils sont endommagés, ces deux fonctions ne sont donc plus assurées. Si les joints ne sont que peu abîmés, une simple couche de peinture spécifique parvient à leur redonner tout leur éclat.
En cas de dégradations plus importantes, il est recommandé de faire appel à un artisan qui les retirera puis les remplacera par des nouveaux.
Le cas particulier des carreaux anciens
Vous êtes en présence d’un carrelage ancien qui a du cachet mais dont certains carreaux sont très endommagés – de beaux carreaux de ciment art déco, des tommettes centenaires, et pour lesquels aucune référence de substitution n’est trouvable ? Ne vous découragez pas, vous pouvez peut-être le conserver partiellement…
En effet, en fonction de la façon dont il a été posé - s’il a été posé sur lit de chaux par exemple -, votre vieux carrelage peut peut-être être déposé complètement sans trop de dommages. Dans ce cas, votre carreleur pourra revoir le calepinage et reposer les carreaux d’origine façon tapis en les entourant d’un pourtour de carreaux neufs par exemple.

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup.
Texte #7
500 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Quelle réglementation pour construire une piscine ?
Pour plonger dans votre piscine, dès les premiers beaux jours, il est temps de songer à faire construire votre bassin. Vous allez devoir vous pencher sur les formalités à accomplir car selon les caractéristiques de votre future piscine, vous devrez peut-être demander un permis de construire ou faire une déclaration de travaux.
Pour les piscines hors-sol ou enterrées de moins de 10 m², aucune formalité
Certains types de piscines ne nécessitent aucune formalité, comme c’est le cas des piscines hors-sol ou enterrées dont la surface est inférieure à 10 m², des piscines gonflables ou tubulaires, des piscines intérieures qui se situent dans un bâtiment existant et qui n’entraînent pas de modification de la structure, de la construction d’un local technique de moins de 2 m², ou encore d’un abri dont la hauteur est inférieure à 1,80 m.
Les piscines entre 10 et 100 m² nécessitent une déclaration de travaux
De nombreuses piscines ne nécessitent qu’une déclaration de travaux, ce qui signifie que vous devrez malgré tout déposer un dossier auprès de la mairie, à l’instar des piscines suivantes :
• Les piscines enterrées qui ne sont pas couvertes, et lorsque la surface est comprise entre 10 et 100 m².
• Les piscines enterrées qui disposent d’un abri dont la hauteur est inférieure à 1,80 m.
• Les piscines hors-sol dont la surface est supérieure à 10 m².
• La construction d’un local technique d’une surface inférieure à 20 m² nécessite également le dépôt d’une déclaration de travaux.
BON À SAVOIR
Il est impératif d’effectuer les bonnes démarches au risque d’être sanctionné, car la mairie de votre commune a le droit d’effectuer une visite de contrôle pour s’assurer que la construction de la piscine a été validée auparavant.
Les piscines enterrées de plus de 100 m² nécessitent un permis de construire
Certaines piscines nécessitent que vous déposiez une demande de permis construire auprès de la mairie, comme c’est le cas des piscines suivantes :
• Les piscines enterrées qui présentent une surface de plus de 100 m².
• Les piscines enterrées qui disposent d’un abri, à partir du moment où cet abri présente une hauteur de plus d’1,80 m, et ce, quelle que soit la surface de la piscine.
• Les piscines enterrées qui sont couvertes, à partir du moment où la surface de la piscine est supérieure à 20 m².
• Si vous faites construire un local technique de plus de 20 m², vous devrez également déposer une demande de permis de construire.
Les formalités à remplir auprès de votre mairie
Si vous souhaitez faire construire une piscine qui nécessite une demande de permis de construire ou une déclaration préalable de travaux, vous allez devoir vous rendre au service d’urbanisme de votre mairie et demander le formulaire qui s’applique à votre dossier, ainsi que la liste des pièces à fournir :
• Dans le cas d’une demande de permis de construire, vous devrez remplir le formulaire CERFA 13406-02 et transmettre les pièces qui vous sont demandées, sans oublier de le déposer en 4 exemplaires, à moins que votre terrain se situe dans un périmètre protégé, dans un site classé, dans un site inscrit, dans une réserve naturelle ou dans un parc national, auquel cas vous devrez déposer votre demande en 5 exemplaires.
• Dans le cas d’une déclaration de travaux, vous devrez remplir le formulaire CERFA 13703-02, transmettre les pièces demandées, et déposer le dossier en 2 exemplaires.
BON À SAVOIR
Vous devez recevoir une réponse de la mairie dans les 2 mois qui suivent le dépôt de votre dossier de demande de permis de construire

CR18-21275 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci beaucoup.
Texte #8
800 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Tout savoir sur les devis travaux
Un devis n'est pas un simple tableau d'information sur toutes les phases d'un chantier avant sa réalisation. Il s'agit d'un document encadré par la réglementation qui devient, une fois approuvé par le maître d'ouvrage, un véritable contrat. Mentions obligatoires, cadre d'application, modifications… Revue en détail d'un document indispensable
Qu'est ce qu'un devis ?
Il s'agit en fait d'un descriptif estimatif mais détaillé, étape par étape, de toutes les prestations réalisées par un professionnel. Son utilisation se distingue des marchés à forfait, qui fixent globalement et sans détails le prix des travaux à réaliser. Lequel système peut parfois être avantageux pour le client mais n'a pas le mérite de la clarté concernant tous les cas de figure que rencontrera le prestataire de service sur le chantier.
Au contraire, le devis permet de vérifier dans le détail la qualité, la quantité des matériaux nécessaires aux travaux (construction, rénovation, entretien, etc.) commandés, la main d'œuvre nécessaire, ainsi que le prix pratiqué par les professionnels sollicités. Pour chacune des indications inscrites, l'artisan devra réaliser l'estimation la plus objective possible.
Selon l'article 3 de l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager, le professionnel doit remettre un devis détaillé préalablement à l'exécution de toute prestation, à la demande du consommateur bien sûr mais, légalement, dès lors que le montant des travaux est supérieur à 150 euros toutes taxes comprises.
Quelles sont les mentions obligatoires qui doivent être inscrites sur le devis ?
L'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager (J.O. du 10 mars) répond à cette question dans son article 3.
Selon cette clause, le devis doit comporter les mentions suivantes :
• La date de la rédaction,
• Le nom et l'adresse de la société,
• Le nom du client et l'adresse de l'exécution des travaux,
• Le décompte détaillé, en quantité et en prix, de chaque prestation et produit nécessaire à l'opération prévue en précisant à chaque fois la dénomination, le prix unitaire et la désignation de l'unité de référence pour le calcul (taux horaire de la main-d'œuvre, au mètre linéaire, au mètre carré) et la quantité prévue,
• Les frais de déplacement le cas échéant,
• La somme globale à payer,
• La somme à payer TTC,
• Le taux de TVA,
• La durée de validité de l'offre,
• L'indication si le devis est gratuit ou payant.Les autres mentions rédigées par le prestataire rentrent quant à elles dans le cadre de la discussion avec son client.
Elles font partie des engagements du professionnel et donc de sa responsabilité une fois le devis approuvé. A noter enfin que le devis est rédigé en double exemplaire, chaque intervenant conservant un double du document.
Quelles autres mentions peuvent figurer sur le devis ?
L'article 2 de l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager précise que l'entreprise prestataire est tenue de préciser à son client, avant l'établissement du devis, les éléments suivants :
• Les taux horaires de main d'œuvre toutes taxes comprises,
• La méthode pour calculer le temps passé sur le chantier,
• Les prix TTC des prestations proposées,
• Les frais de déplacement, si besoin est,
• Le caractère payant du devis si celui-ci l'est effectivement et le coût de son établissement,
Les autres conditions de rémunérations possibles si celles-ci existent.L'article 2 indique également qu'en cas de déplacement chez le client, le professionnel doit présenter, «préalablement à tout travail, un document écrit contenant les informations énumérées ci-dessus» avec toutes ces informations. Lesquelles peuvent donc le cas échéant figurer sur le devis.
Dans quelles conditions l'obligation de rédiger un devis ne s'applique pas?
L'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager précise les limites du champ d'application du devis. Ainsi, ne sont pas concernées les interventions effectuées en cas de «situation d'urgence absolue», c'est-à-dire quand celles-ci se limitent à faire cesser un danger manifeste pour la sécurité des personnes ou l'intégrité des locaux.
Toutefois, dans ce cadre, les travaux devront faire l'objet d'un ordre de réparation. Il s'agit d'un autre document rédigé avant travaux, prévu par l'arrêté du 2 mars 1990 et qui comprend un état initial des lieux, la motivation de l'appel et les réparations à effectuer.
Quand le devis engage-t-il les deux parties?
Selon l'Agence pour la création d'entreprise (APCE), «dès lors qu'il est daté et signé par le professionnel et le client, le devis a la valeur d'un contrat». En ce sens, il engage la responsabilité du professionnel sur les différents termes inscrits sur le document. Quant au maître d'ouvrage, celui-ci n'est pas tenu de se conformer au devis s'il ne l'a pas validé. D'où l'intérêt de demander plusieurs devis à des entreprises différentes, les comparer et ensuite faire un choix. En revanche, une fois que le client a apposé les mentions manuscrites 'Devis reçu avant l'exécution des travaux' et 'Bons pour travaux', avec la date et sa signature, il sera alors engagé contractuellement vis-à-vis de la personne en charge des travaux.
Le devis doit-il comporter des dates de début ou fin de chantier ?
Même si la mention n'est pas expressément inscrite dans l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager.
Il existe d'autres dispositions qui obligent le professionnel à s'engager sur les délais.
Ainsi, en ce qui concerne la date de fin de chantier, l'article L114-1 du code de la Consommation explique que «dans tout contrat ayant pour objet la vente d'un bien meuble ou la fourniture d'une prestation de services à un consommateur, le professionnel doit, lorsque la livraison du bien ou la fourniture de la prestation n'est pas immédiate et si le prix convenu excède des seuils fixés par voie réglementaire, indiquer la date limite à laquelle il s'engage à livrer le bien ou à exécuter la prestation». Pour résumer, le devis pour travaux étant considéré juridiquement comme un contrat une fois signé, le professionnel de la construction doit donc faire mention de la date de livraison des travaux.
En ce qui concerne une date de début des travaux, la réponse est moins claire. Aucune mention obligatoire relative au début des travaux n'est indiquée ni dans l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager, ni dans l'article L114-1 du code de la Consommation.
Si l'Agence pour la création d'entreprise (APCE) indique la date de début et la durée du chantier dans les mentions obligatoires du devis, d'autres organismes, comme l'Institut national de la consommation (INC) ou la chambre de métiers du Val d'Oise, expliquent que «les clients doivent prendre la précaution de faire mentionner sur le devis, au moment où il est signé par les deux parties, la durée normale des travaux à compter d'une date fixe». Il s'agit donc de bien vérifier avant signature du devis si cette mention est bien indiquée. Si elle ne l'est pas, il faut la demander même s'il ne s'agit que d'une «précaution». Prudence donc.
Les signataires du devis peuvent-ils revenir dessus, le modifier, voire le rompre ?
Juridiquement, le devis devient contrat quand il est signé par le client et le professionnel en charge des travaux. Ce dernier est donc tenu de respecter sa part du marché, donc chaque mention du document point par point. Il ne peut donc pas réaliser des travaux supplémentaires et en demander paiement sans l'accord du maître d'ouvrage. Celui-ci a parfaitement le droit de refuser le paiement, notamment quand le dépassement est du fait de l'entrepreneur.
Si le professionnel ne tient pas ses engagements selon le devis établi, il peut être forcé par la justice de fournir la prestation, par le biais d'une procédure engagée par le maître d'ouvrage, «si le montant des travaux n'excède pas 7.600 €», selon L'Institut national de la consommation (INC). Le maître d'ouvrage peut même exiger des dommages et intérêts, ajoute l'association de défense des consommateurs, si celui-ci a subi un préjudice du fait du retard de l'exécution.
Le devis peut être par contre modifié sur les prix dans des conditions particulières (voir à ce sujet notre article : 'Le prix TTC de la facture et celui du devis initial diffèrent. Est-ce normal ?'). Sinon, il convient de faire le point avec l'entreprise en charge des travaux, de négocier, de trouver un terrain d'entente et de rédiger un avenant au devis.
Le particulier a quant à lui la possibilité de résilier le devis/contrat dans un cas précis. L'article L114-1 du code de la Consommation indique que «le consommateur peut dénoncer le contrat de vente d'un bien meuble ou de fourniture d'une prestation de services par lettre recommandée avec demande d'avis de réception en cas de dépassement de la date de livraison du bien ou d'exécution de la prestation excédant sept jours et non dû à un cas de force majeure».
«Ce contrat est le cas échéant», poursuit l'article L114-1, «considéré comme rompu à la réception, par le vendeur ou par le prestataire de services, de la lettre par laquelle le consommateur l'informe de sa décision, si la livraison n'est pas intervenue ou si la prestation n'a pas été exécutée entre l'envoi et la réception de cette lettre». Pour éviter les ruptures abusives, il existe toutefois un délai de 60 jours ouvrés à compter de la date indiquée pour la livraison du chantier pour faire valoir ce droit. Pour simplifier, en cas de large dépassement, non justifié, des délais d'exécution, le contrat initial est caduc.
Quelle est la valeur d'un devis en ligne ou obtenu par correspondance ?
Qu'on le reçoive via e-mail ou courrier postal ne change rien ; ce devis doit comporter les mentions obligatoires prévues par la loi. En effet, ces documents sont assimilés par l'article 4 de l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager à de la publicité «permettant une commande en distance». Dans ce cadre, le devis électronique devra donc comporter les mentions suivantes :
• le nom et la raison sociale et l'adresse de l'entreprise,
• son numéro d'inscription au registre du commerce ou au répertoire des métiers,
• Les taux horaires de main-d'œuvre toutes taxes comprises pratiqués pour chaque catégorie de prestation concernée ou les prix unitaires, quelles que soient les unités,
• les frais de déplacement, lorsque les entreprises se rendent au domicile du consommateur,
• Le caractère payant ou non du devis,
• Le cas échéant, toute autre condition de rémunération.Le devis peut-il être payant ? Rien n'interdit à un artisan de proposer des devis à caractère payant. Même si l'Institut national de la consommation (INC), estime «qu'en principe, le devis est gratuit», le prestataire peut le faire payer «notamment en cas de déplacement et/ou d'études approfondies de la situation», toujours selon l'organe de défense des consommateurs.Néanmoins, par deux fois, l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager indique que le client doit être prévenu du caractère payant du devis avant son établissement, notamment dans le cadre des informations données, par écrit, préalablement aux travaux, par l'entreprise prestataire. (Voir notre article 'D'autres documents peuvent-ils accompagner le devis?'). Idem lors de la rédaction du devis en lui-même puisque la mention du coût occasionné doit donc apparaî*** URL MASQUÉE *** «à défaut d'une information claire sur ce point, le consommateur pourra refuser de payer un devis dont il apprend postérieurement qu'il était payant», explique l'INC. L'association précise également que le professionnel peut proposer de déduire le coût d'établissement du devis du reste des travaux. Là encore toutefois, il ne s'agit en aucun cas d'une obligation.
Le prix TTC de la facture et celui du devis initial diffèrent. Est-ce normal ?
Cela peut arriver. Un devis exact étant rare, il peut arriver que les prix entre le devis et la factures soient différents. Ce cas de figure se produit quand le professionnel insère dans le devis une clause d'indexions, permettant de modifier automatiquement les prix à partir d'un coefficient définit par la loi. Ce dispositif permet alors à l'entrepreneur de prendre en compte l'évolution du coût de la main d'œuvre ou encore les prix des produits utilisés.
Même sans cette clause, assure l'Institut national de la consommation (INC), l'artisan peut dans une certaine mesure demander un supplément : «le devis est censé rester valable, sans possibilité de variation, pendant un délai jugé raisonnable par les tribunaux (environ trois mois). Au-delà, le consommateur pourra se voir opposer une augmentation des tarifs, sous réserve du respect du régime des prix».
Autant donc envisager cette hypothèse avec l'artisan en amont pour, le cas échéant, inscrire les conditions de cette clause d'indexions sur le… devis.
Quels sont les recours en cas de contestation ou de litige avec l'entrepreneur ?
En cas de problèmes dans l'exécution des travaux par exemple, ou encore un litige sur les prix, il existe plusieurs organismes de concertation pour régler le conflit avant de passer par les tribunaux :
• la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DDCCRF) peut aider les consommateurs pour les manquements aux mesures liées à l'arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'électroménager.
• Le conciliateur dans les tribunaux d'instance peut aider à régler les différends à l'amiable. Nommé par le président de la cour d'appel, il peut être saisi par simple courrier. Ses avis par contre ne sont pas contraignants.
• Les associations de consommateurs qui peuvent aider dans les démarches juridiques moyennant une cotisation, les chambres syndicales et les organismes professionnels qui peuvent également intervenir dans des cas particuliers.
• Si la phase judiciaire est inévitable, il convient alors de ne pas se tromper de tribunal :
• Le tribunal d'instance est compétant pour les sommes allant jusqu'à 7.600 euros. Jusqu'à 3.800 euros, il existe une procédure simplifiée auprès du greffe du tribunal. Entre les deux sommes sus-citées, il faut s'en remettre à la procédure 'normale' avec nécessité d'assigner l'adversaire avec un acte d'huissier.
• Le tribunal de grande instance est compétent au-delà de 7.600 euros. Dans ce cadre, la présence d'un avocat est né*** URL MASQUÉE *** après exposé du cas devant les juges, la mauvaise foi du professionnel a été prouvée, le juge peut alors enjoindre l'entrepreneur récalcitrant à effectuer les travaux, voire verser des dommages et intérêts. S'il ne termine pas les travaux, les juges peuvent autoriser le maître d'ouvrage à recourir aux services d'une nouvelle société pour achever les travaux.

LR19-35750 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci pour votre travail.
Texte #9
800 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

Comment choisir sa peinture murale ?
C'est décidé vous repeignez le salon en bleu. Acrylique ou Alkyde ? Mate, brillante ou satinée ? Voici tous les conseils pour choisir la peinture murale parfaitement adaptée à chaque pièce de votre maison, et les techniques de pro pour une pose zéro défaut.

Peinture acrylique ou alkyde : quelles différences ?

Peinture acrylique
La peinture acryliquefait partie des peintures à l'eau.
• Avantages : peu d'odeur. Temps de séchage rapide. Moins toxique que les peintures glycéros. Nettoyage des outils à l'eau. Peu de solvants.
• Les COV (Composés Organiques Volatiles) sont faibles et peuvent atteindre moins de 1g/litre pour les peintures les plus respectueuses de l'environnement.
• Convient pour toutes les pièces.
Certaines peintures acryliques ont reçu de l'AFNOR un label écologique : Écolabel Européen , créé par le ministère de l'environnement. Pour obtenir ce label les peintures ne doivent pas contenir de métaux lourds (cadmium, plomb, mercure, arsenic...) et leur teneur en solvants doit être limitée.
Peinture alkyde
Elle est considérée comme hybride, alliant la protection de l'environnement des peintures acryliques et les qualités des peintures glycéros (facile à poser et bon rendu esthétique).
• Avantages : peu d'odeur. Temps de séchage : moins d'une heure au toucher. Moins toxiques que les peintures glycéros.
• Nettoyage des outils à l'eau. Peinture plus facile à "tendre", c'est à dire, qu'il est plus facile d'obtenir une finition délicate. C'est une peinture qui est donc adaptée aux finitions brillantes ou laquées.
Finition mate, satinée ou brillante : choisissez votre atmosphère !

La finition mate
• Pour un aspect feutré, intime et sobre . Très décorative, la peinture mate met en valeur la pureté des couleurs et masque les petites imperfections du mur .
• Idéal pour : la peinture des plafonds.
• Entretien : Cette peinture est lavable. On peut donc la frotter légèrement avec une éponge humide.
La finition satinée
• Soyeux et chaleureux, le satiné se révèle d'une grande longévité.
• Idéal pour : les cuisines, salles de bains, chambres d'enfant et aussi à toutes les autres pièces de la maison . On peut même l'utiliser pour des pièces à fort passage (entrée ou couloir).
• Entretien : Lessivables, les peintures satinées sont faciles d'entretien avec un produit non agressif.
Prévoir un support lisse et bien préparé avant d'appliquer la peinture.
Elles masquent néanmoins moins bien les irrégularités du mur que les peintures mates.
La finition brillante
• Résistante et lumineuse, la finition brillante rend les couleurs éclatantes tout en agrandissant les pièces. Associée aux autres finitions, elle vous permet de mettre en valeur les détails et de souligner les particularités de votre pièce (niches, boiseries, etc).
• Idéal pour : la cuisine, la salle de bain, les toilettes.
• Entretien : Les peintures brillantes sont lessivables.
Veillez à avoir un mur sans aucun défaut car le brillant fait l'effet d'un miroir et fait donc ressortir chaque défaut et les moindres irrégularités du mur.
Une peinture pour chaque support et chaque milieu
Si certaines sont polyvalentes, de nombreuses peintures sont spécialement conçues pour un type de support bien précis.
• Pour peindre un mur : optez pour, comme son nom l'indique, une peinture dite murale ou une peinture polyvalente, multi supports.
• Pour peindre un support particulier : bois, fer, etc. Veillez à choisir une peinture spécifique qui garantit facilité d'application, un rendu optimisé et bonne tenue dans le temps.
• Pour peindre un mur, ses plinthes et d'autres supports : optez pour une peinture multi supports pour plus de facilité et garantir l'harmonie des couleurs. Si le rendu peut sembler légèrement moins efficace qu'avec une peinture adaptée, elle s'adapte aux supports de votre choix et vous évite l'achat et le maniement de plusieurs pots.
• Pour peindre une salle de bain : leur atmosphère humide impose l'utilisation d'une peinture supportant les projections d'eau et l'humidité. Idem pour la cuisine.
• Pour peindre une cuisine : optez pour une peinture qui supporte l'humidité et soit résistante et facilement lessivable.
• Pour peindre la chambre des enfants : une peinture faiblement émissive en COV et lessivable.
La peinture glycéro, faite à base d'huiles végétales pures, complète très bien la peinture murale notamment pour les portes, plinthes et fenêtres du fait de ses qualités : bel aspect tendu, bon pouvoir opacifiant et très résistante.
Application de la peinture murale : tous les conseils pour réussir

Pose, séchage et entretien
• En fonction de la surface et du rendu souhaité les outils utilisés peuvent varier : brosses/pinceaux, tampons, rouleaux...
Avant de tremper le pinceau pour la première fois dans la peinture, l'appuyer sur un papier adhésif qui retiendra les poils les plus fragiles.
• Avec un rouleau, on peint 3 fois plus vite qu'avec une brosse ou un pinceau . Ainsi, choisissez un rouleau pour peindre vos grandes surfaces et optez pour un pinceau pour les finitions.
• Peindre au pistolet est une autre solution d'application rapide et efficace pour une grande surface.
Pour la peinture au pistolet , respectez les indications de dilution du fabricant de peinture ou procédez au test de viscosité (fourni avec le pistolet à peinture basse pression). Il est conseillé de bien protéger les alentours et de travailler avec un masque.
En plus d'être faciles à appliquer, les peintures acryliques sèchent vite (au toucher en 30 min, le séchage est total en 6 à 8 h).
Pour réussir la pose de sa peinture murale
• Il faudra souvent passer une sous-couche pour faciliter l'accroche de la peinture et garantir un bon résultat. Le type de sous-couche est à choisir en fonction du support (plaques de plâtre, plâtre, béton...).
• Si l'ancienne couche de peinture est écaillée , le mur devra être nettoyé et recouvert d'un enduit de lissage . Après séchage, il suffira de le poncer légèrement.
• Si le mur est difficile à préparer (s'il est en ciment par exemple), la solution du revêtement en toile de verre est performante : il servira de support avant la mise en peinture.
• Pour gagner du temps et éviter d'appliquer plusieurs couches de finition, vous pouvez teinter votre sous couche et ce notamment si vous optez pour un colori vif (jaune, orange, rouge) dont l'éclat sera ainsi amplifié.
• En revanche, sur une ancienne peinture ou un support bien préparé, une seule couche de peinture murale peut suffire.
Il ne faut pas appliquer une deuxième couche d'acrylique sur une première couche récente de peinture glycéro car la peinture aurait une mauvaise accroche sur le mur. En revanche, on peut mettre une deuxième couche de peinture glycéro sur une première couche d'acrylique.

LR19-35750 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci pour votre travail.
Texte #10
800 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

FAIRE UN FAUX PLAFOND

Faire un faux plafond constitue une solution pratique et esthétique pour camoufler les câbles et les canalisations ou une fissure au niveau du plafond. Cet élément permet également d’améliorer l’isolation thermique ou acoustique d’une pièce. Pour abaisser la hauteur d’un plafond ou installer un système d’éclairage, la pose d’un faux plafond se montre aussi efficace. Par ailleurs, les travaux peuvent être uniquement réalisés dans un souci esthétique. Ainsi, si vous souhaitez réaliser un faux plafond, découvrez dans cet article comment faire un faux plafond étape par étape.
Demandez des devis gratuits pour la pose d’un faux plafond!
Quels sont les différents types de faux plafond ?
Les étapes à suivre pour la pose d’un faux plafond dépendent du type de faux plafonds à réaliser. De manière générale, cet élément existe sous trois formes : le faux plafond tendu, le faux plafond suspendu et le faux plafond autoportant.
Poser un faux plafond tendu
Le faux plafond tendu est très utilisé par les décorateurs d’intérieur pour améliorer l’aspect esthétique d’une maison ou d’un appartement. Il se compose d’une toile en PVC tendu entre les profilés fixés aux murs. Il est surtout apprécié pour ses qualités thermiques et acoustiques ainsi que sa solidité.
Faire un faux plafond tendu ou un plafond tendu requiert des compétences très techniques. Il convient alors de confier les travaux à un professionnel.
Pour connaître le prix d’un plafond tendu au m², veuillez suivre ce lien.
Créer un faux plafond suspendu
Le faux plafond suspendu est constitué d’une ossature en aluminium avec des plaques ou des dalles ainsi que des rails. Il se fixe directement à l’ancien plafond à l’aide de suspentes. Sa réalisation est moins complexe que celle du faux plafond tendu.(Recevez des devis gratuits pour la pose d’un faux plafond!)
Créer un faux plafond suspendu permet surtout de créer un espace vide pour cacher des câbles ou isoler une pièce. Avec les bonnes méthodes, il est possible de faire les travaux soi-même. Sa pose se fait plus ou moins de la même manière que celle d’un plafond suspendu.
Réaliser un faux plafond autoportant
Réaliser un faux plafond autoportant constitue une solution efficace pour améliorer l’isolation phonique du plafond. Les travaux à faire consistent à monter le plafond de murs à murs sans utiliser des suspentes. Il faut généralement fixer des rails sur deux murs en vis-à-vis, puis d’emboîter et fixer les montants.
La pose d’un faux plafond autoportant est assez complexe. L’intervention d’un professionnel est alors recommandée.
Comment poser un faux plafond ?
Les travaux à réaliser pour poser un faux plafond dépendent du type de faux plafond choisi. De manière générale, il faut passer par cinq (5) étapes de la phase de préparation à la réalisation des joints.
Créer un faux plafond : préparation
La création d’un faux plafond commence par la phase de préparation. Celle-ci comprend trois (3) étapes clés, notamment :
• Le choix des suspentes selon la nature du faux plafond et la hauteur entre le faux plafond et le sol,
• Le traçage de la hauteur du plafond suspendu en mesurant sa hauteur dans un coin de la pièce, sans oublier d’ajouter l’épaisseur du faux plafond pour obtenir la hauteur des fourrures,
• La mise en place du niveau laser au centre de la pièce en s’assurant que le rayon soit projeté au niveau du trait tracé sur le mur,
• La tracée d’une ligne de hauteur sur les murs de la pièce où sera installée le faux plafond.
Réaliser un faux plafond : installation des suspentes
Pour réaliser un faux plafond, il faut ensuite installer les suspentes. Pour ce faire, il est conseillé de :
• Fixer une suspente à chaque angle de la pièce en gardant un espace de 10 cm au minimum entre le mur et la suspente,
• Placer la suspente contre la joue de la solive,
• Régler la hauteur de la suspente selon la ligne de hauteur tracée sur le mur,
• Visser la suspente,
• Fixer les autres suspentes,
• Joindre les 4 coins dotés de suspentes en utilisant un cordeau de nylon,
• Visser les rangs de suspentes un à un en gardant un espace maximum 120 cm entre les solives et de 60 cm sur la longueur des solives.
Poser un faux plafond : installation des fourrures
La troisième étape pour la pose d’un faux plafond consiste à installer les fourrures. Pour ce faire, il faut :
• Mettre en place les fourrures en les clipsant sur les suspentes,
• Recouper les fourrures à l’aide d’une scie à métaux pour les liaisons,
• Utiliser des éclisses de raccordement pour poser les fourrures bout à bout,
• Vérifier la planéité des fourrures à l’aide d’une règle de maçon au fur et à mesure de l’installation des fourrures.
Poser les plaques du faux plafond
La pose des plaques du faux plafond doit se faire correctement pour obtenir un rendu esthétique satisfaisant. Pour réaliser les travaux, il est conseillé de :
• Couper les plaques à la longueur nécessaire,
• Poser la première rangée de plaques en laissant un espace de 5 mm par rapport au mur,
• Visser les plaques tous les 30 cm le long des fourrures.
Poser un faux plafond : faire les joints
Une fois les plaques posées et vissées, il reste les joints. Pour cette étape, il faut :
• Appliquer un enduit spécial pour les joints entre les bords amincis,
• Poser une bande de calicot sur les joints,
• Repasser de l’enduit,
• Lisser l’enduit avec un couteau à enduire,
• Faire le joint contre le mur,
• Renforcer le tout avec une bande de calicot et de l’enduit.
Recevez jusqu’à 5 devis gratuits pour la pose d’un faux plafond!
Faire appel à un artisan pour la pose d’un faux plafond
Faire un faux-plafond soi-même est possible. Il faut cependant maîtriser les techniques de pose et disposer des outils et des fournitures nécessaires pour les travaux. Si vous ne vous sentez pas capable de réaliser la pose du faux plafond selon les règles de l’art, il est conseillé de faire appel à un artisan, comme un couvreur. Celui-ci dispose des compétences requises pour assurer la qualité du travail. Il peut également vous conseiller sur le choix du type de faux plafond à installer.
Sachez que si vous engagez un professionnel pour poser votre faux plafond, il vous faut prévoir le tarif de l’artisan en plus du prix du faux plafond. Le coût de pose d’un faux plafond oscille entre 20 et 250 € par m² (fourniture comprise).

LR19-35750 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci pour votre travail.
Texte #11
800 mots
Terminé

Nous insistons que les textes soient 100% originaux, vérifiés avec le système de Plagiat.
Ce sont des textes qui vont être édités sur nos site internet.
Pour vous inspirer d'avantage vous pouvez consulter nos sites et voir leurs styles, comprendre mieux nos activités.
www.ouverture-murs-porteurs-tré*** URL MASQUÉE ***
*** URL MASQUÉE ***
Merci également de mettre en place le maximum des mots clés.

COMPARATIF DE PRIX DES REVÊTEMENTS DE SOL
Dernière mise à jour le : 19 août 2020 par Rénovation et travaux
Savoir combien coûte un revêtement de sol est essentiel pour chiffrer le prix de vos travaux intérieurs. Avant d’établir son budget, il faut d’abord déterminer le type de revêtement à poser : parquet, carreaux, moquette, faïence… On pensera par la suite à bien s’informer sur le prix d’un revêtement de sol au m², de manière à guider son choix et à établir son budget. Besoin de conseils en la matière ? Notre comparatif de prix des revêtements de sol vous aidera à mieux vous y retrouver.
Demandez des devis gratuits pour la pose de vos revêtements de sols!
Les différents types de revêtements de sol
Pour bien choisir son revêtement de sol, il convient de connaître les alternatives possibles : parquet, carrelage, sol souple… Puis, il faut bien évidemment considérer quelques critères comme la qualité, les dimensions, la couleur et l’esthétique. Il est aussi important de s’informer sur le prix du revêtement de sol, pour trouver la solution la mieux adapté à son budget.
Avant de s’informer sur le coût d’un revêtement de sol au m², il n’est pas inutile de se pencher sur les différentes solutions qui s’offrent à vous, pour mieux vous y retrouver dans vos choix.
Il existe différents types de revêtements de sol. Selon ses préférences et le sol à recouvrir, il est principalement possible d’opter pour :
• Un parquet : réalisé en bois ou en dérivés de bois. Il existe en trois modèles au choix : parquet stratifié, parquet massif et parquet contrecollé.
• Un revêtement de sol souple : disponible en une grande variété de modèles comme la lame de vinyle, la moquette, le sisal, le jonc de mer ou le coco. C’est un revêtement qui se déroule directement sur le sol.
• Un carrelage : surtout utilisé dans les pièces d’eau. Ce revêtement est disponible en une large gamme de modèles de différents matériaux comme : le grès de cérame, la faïence, la terre cuite, le marbre, le granit, la pierre, la pierre reconstituée, la résine et le béton ciré.
Ces différents types de revêtements de sol sont disponibles en un large choix de style, de couleurs et de finitions. Naturellement, le prix d’un revêtement de sol dépend directement de la gamme et de la finition choisie. Pour exemple, un parquet massif en bois noble peut coûter jusqu’à 10 fois plus cher qu’un simple parquet stratifié, composé uniquement de bois aggloméré.
Comparatif de prix des revêtement de sol
Le prix d’un revêtement de sol dépend directement du modèle choisi. En moyenne, le prix d’un revêtement de sol se situe entre 5 et 200 € par m².(Précisez ce budget pour vos travaux en utilisant notre formulaire de demande de devis gratuits et sans engagement!) Naturellement, le prix d’un sol dépendra directement de sa qualité. Il est évident qu’un revêtement à 5 € par m² sera moins durable et moins esthétique qu’un revêtement de sol à plus de 100 € par m².
À titre indicatif, nous vous proposons un tableau comparatif des prix d’un revêtement de sol, qui vous présente le budget à prévoir pour chaque type de revêtement de sol :
À savoir : le prix du revêtement du sol choisi va aussi dépendre des normes de qualité. Citons par exemple la norme M (indice de résistance au feu), le label T (résistante à l’usure pour une moquette), la norme CE (norme européenne) et la norme UPEC pour le carrelage (Usage, Poinçonnement, Eaux, Agents chimiques d’un carrelage). Ces critères de qualité peuvent vous aider à choisir votre sol avec plus de discernement.
Choisir un revêtement de sol pièce par pièce
Si connaître le prix d’un revêtement de sol est une bonne première étape pour choisir un sol intérieur ou extérieur, ce n’est pas le seul critère à prendre en compte. Il est également important de choisir un revêtement au sol parfaitement adapté à la pièce dans laquelle vous allez réaliser la pose.
Tous les revêtements de sol ne conviennent pas à toutes les pièces. Il est alors conseillé de considérer la typologie de la pièce avant de choisir votre revêtement de sol. Renseignez-vous pour cela notamment sur l’entretien et sur la durabilité de votre sol.
Voici différentes suggestions de sol pour les principales pièces de la maison :
• La chambre: optez pour un revêtement à la fois résistant et chaleureux. On préfère souvent le parquet ou la moquette (plus délicate à entretenir). Les petits budgets pourront opter pour du stratifié ou pour un sol souple.
• Le salon : optez pour un revêtement de sol durable et facile à entretenir. On préfère le parquet ou le carrelage. Pour les petits budgets, un sol stratifié pourrait faire l’affaire.
• La cuisine : il vous faut un revêtement de sol résistant au passage intensif, solide, esthétique et facile d’entretien. Le carrelage est le plus utilisé dans cette pièce. Toutefois, il est possible d’utiliser des carreaux de ciment ou encore des lames de vinyle.
• La salle de bain : vous aurez besoin d’un revêtement résistant à l’humidité et aux variations de température, antidérapant et facile d’entretien. Le carrelage est aussi le plus utilisé, mais il est possible d’utiliser des sols souples en vinyle ou en PVC, un parquet en bois exotique ou encore des carreaux de ciment.
• Le garage : un revêtement très résistant pouvant supporter le poids d’une voiture, facile à entretenir. Un sol dur en béton ou en ciment conviennent parfaitement à cette pièce.
Même si votre budget est limité, renseignez-vous sur la durabilité de chaque revêtement de sol. Il est parfois plus intéressant de se tourner vers une gamme de revêtement plus haute, si cela vous assure un sol durable et de qualité.
Recevez jusqu’à 5 devis gratuits pour la pose de vos revêtements de sols!
Combien coûte la pose d’un revêtement de sol ?
En dehors du prix d’un revêtement de sol, n’oubliez pas de prendre également en compte ses frais de pose. La pose d’un revêtement de sol peut se faire de différentes manières, selon le type de revêtement choisi. La technique de pose utilisée va influencer le prix du revêtement de sol.
Les différentes poses pour un sol intérieur
La pose d’un revêtement de sol nécessite des compétences en bricolage. Selon le type et l’état du sol, il peut être nécessaire de mettre en place une couche intermédiaire ou de réaliser un ragréage. Ce n’est qu’après la préparation du support que l’installation s’effectue.
En principe, il existe 5 types de pose possibles pour un revêtement de sol :
• La pose collée : surtout utilisée pour la mise en place de carrelage, de parquet ou de moquette.
• La pose clouée : surtout utilisée pour mettre en place un parquet.
• La pose clipsée : une technique rapide permettant d’effectuer la pose de parquet, de vinyle ou de carrelage.
• La pose scellée : une méthode utilisée pour la pose d’un revêtement en pierre et de carrelage.
• La pose flottante : une technique courante pour la mise en place d’un parquet contrecollé ou stratifié.
Si vous souhaitez avoir plus de précision sur le prix de pose d’un carrelage, veuillez suivre ce lien.
Prix de pose d’un revêtement de sol
La pose d’un revêtement peut être effectuée par un carreleur, un menuisier, un parqueteur ou un artisan tous corps d’état. Il est d’ailleurs conseillé de faire appel à l’un de ces professionnels pour assurer la qualité de la pose.
En ce qui concerne le tarif, pour la pose d’un revêtement de sol, le prix appliqué par un professionnel tourne autour de 20 et 30 € par m² (pose collée) :

LR19-35750 a été choisi pour la rédaction de ce texte.

Avis du client
Merci de votre travail.